Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

Recensement suspect des chrétiens en Inde

Lu sur Fides :

M "Un «étrange» recensement des Evêques, prêtres, maisons des différents fidèles, écoles et institutions chrétiennes réalisé par la police locale est en cours dans l’Etat du Madhya Pradesh, dans le centre de l’Inde. L’initiative alarme l’Eglise et toutes les communautés chrétiennes :

«il s’agit d’une mesure ô combien suspecte et discriminatoire. Nous sommes très préoccupés parce que nous ne connaissons pas les raisons et les conséquences qu’il pourrait avoir. Rappelons en effet les précédents : une initiative semblable fut prise au Gujarat en 1998 et elle s’est vérifié en d’autres occasions. Ces actes préparèrent une offensive massive et des rafles de chrétiens de la part de radicaux hindous»

explique à l’Agence Fides le Père Joseph Babu Karakombil, porte-parole de la Conférence épiscopale d’Inde. Les responsables chrétiens ont été soumis à des interrogatoires sans aucune justification afin de fournir des données et des détails sur l’extension et les propriétés de la communauté. Selon l’Eglise, cela est «totalement inacceptable et viole les garanties constitutionnelles». […] L’Eglise catholique a demandé au gouvernement local et aux autorités fédérales de bloquer ce «recensement ad hoc» et a obtenu des paroles rassurantes à ce propos."

Partager cet article

4 commentaires

  1. Et personne pour faire alusion aux « heures les plus sombre de notre histoire » et au « relent nauséabond »…

  2. Bien évidemment, je juge cela scandaleux mais je me permets d’attirer l’attention sur un autre aspect très souvent occulté par nos médias cathos bobos qui consciemment ou non « oublient » des détails d’importance.
    En Inde comme dans de nombreux autres pays, les catholiques chrétiens ont été convertis par des missionnaires avec d’autant plus de facilité qu’ils promettaient l’égalité…comme le parti communiste.
    Face au système des castes hindou ou autre, la conversion peut être une occasion de changer de vie en bénéficiant d’un soutien logistique des missionnaires (écoles, hopitaux, aides à l’agriculture,…) mais aussi psychologique face à un système des castes fortement oppresseur (ce que les médias bobos pro Gandhi se gardent bien d’exprimer et qui fait passer la soi disant ghetoisation de nos banlieues pour une sinécure enviable pour les basses castes hindous pauvres).
    Dans mon souvenir des états comme le Madhya Pradesh ou tout du moins l’est de l’Inde sont soumis à une guerilla se revendiquant « maoiste » qui encore ce mois ci a tué plusieurs dizaines de policiers.
    Je n’ai pas regardé aujourd’hui mais, sans en connaître l’ampleur, de mémoire, de nombreux agriculteurs confrontés à la faillite se suicident en ingérant de l’engrais afin d’éteindre leurs dettes. Ces situations sont évidemment du pain bénit pour les « révolutionnaires ».
    De même dans le sud de l’Inde (bien plus développé), les zones chrétiennes et communistes se recoupent parfois.

  3. Complèment notifiant les guerillas maoistes « naxalistes » et les « ennemis de classe » notamment au Madhya Pradesh :
    In India today there are many Maoist parties and organizations that either predate the Communist Party of India (Marxist-Leninist) or emerged from factions when the CPI-ML split after the death of Charu Majumdar. Three of them, the CPI-ML (People’s War), CPI-ML (Party Unity), and the Maoist Communist Center (MCC), are currently engaged in armed struggle.
    Extremist organisations in Andhra Pradesh, Madhya Pradesh, Bihar, Maharashtra and even Orissa have for long killed people after branding them as « class enemy. »
    http://www.globalsecurity.org/military/world/para/mcc.htm
    Le CPI Maoist et le CPI (ML) Janashakti sont les deux groupes les plus importants. Le premier est présent dans les États d’Andhra Pradesh, Chhattisgarh, Jharkhand, Bihar, Orissa, Uttar Pradesh, Madhya Pradesh, Maharashtra, Bengale-Occidental, Karnataka, Tamil Nadu, Uttaranchal et Kerala (156 districts), et le second se limite à ceux d’Andra Pradesh, Chhattisgarh et Maharashtra. Ce dernier mouvement a souffert de scissions en 1996 et 2003.
    Le naxalisme trouve la majeure partie de son soutien auprès des travailleurs ruraux sans terre extrêmement pauvres et des membres des castes inférieures. Ses militants emploient fréquemment la violence, y compris l’assassinat, l’usage de bombes, l’attaque de train et d’autobus, le chantage, l’émeute et l’extorsion, pour arriver à leur fins. Le mouvement a été par exemple impliqué dans la tentative d’assassinat de Chandrababu Naidu, l’ex-ministre en chef de l’Andhra Pradesh. Ils ont également menacé de tuer les ministres en chef du Jharkhand, du Bengale-Occidental, du Bihar, du Madhya Pradesh et du Chhattisgarh, les états où ils sont bien implantés. En dehors de ces États, les Naxalites ont également effectué des actions telles que le meurtre d’officiers de police et de fonctionnaires de gouvernement, sans compter le déraillement de trains transportant des passagers civils dans les États tels que le Maharashtra, l’Orissa, l’Uttar Pradesh et le Jharkhand.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Naxalisme

  4. Moi qui croyais que les Hindous étaient toujours doux même avec les rats mangeurs de récoltes

Publier une réponse