Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Radio Courtoisie : Réponse de Paul-Marie Couteaux à Henri de Lesquen

Suite à cette lettre de Henri de Lesquen, Paul-Marie Couteaux souhaite que le salon beige publie sa réponse :

"Le Salon Beige a publié, le 11 juin, un « appel à Henry de Lesquen », pour qu’il clarifie la situation créée par les propos qu’il tient dans le cadre de sa campagne présidentielle, et qui rejaillissent fâcheusement sur « Radio Courtoisie ». Cet appel, qui fait suite à la démission de 3 producteurs d’émissions et qui, lancé à l’origine par 6 autres, l’est aujourd’hui par 11 ( ce qui fait 14 départs…), a été explicité, comme je crois qu’il le fallait, par une lettre ouverte mise en ligne le lendemain sous ma signature par le même Salon Beige, lequel a tenu à publier aussi la réponse de M. de Lesquen.

Cependant, cette réponse, dont chacun a pu noter qu’elle ne répond pas au fond, (m’excluant de surcroît d’une antenne que j’avais déjà quittée), contient une lourde erreur, au point d’être diffamatoire, de sorte que, l’erreur se trouvant ainsi publique, je me dois d’y répondre.Il est vrai que j’ai été condamné en janvier dernier, en première instance, par la désormais fameuse XVIIème Chambre du tribunal de Paris, saisie par SOS Racisme et La Maison des Potes, jugement duquel j’ai fait appel. Cependant, je ne l’ai pas été pour avoir « demandé que les romanichels soient enfermés dans des camps », comme l’écrit M. de Lesquen en reproduisant des titres de presse qui ont été rectifiés –car je n’ai, bien entendu, jamais demandé pareille chose. Je l’ai été sur un paragraphe tiré d’une entrée de mon blog de campagne, tandis que j’étais tête de liste RBM dans le VIè arrondissement de Paris, à la date du 19 février 2014, sous le titre « sur l’installation des Roms dans Paris et la lente disparition du sentiment de la dignité nationale », paragraphe que j’ai à cœur de reproduire ci dessous..

Après avoir constaté la recrudescence de familles de roms, enfants compris, qui, après la mise en application, le 1er janvier précédent, d’une réglementation européenne facilitant l’obtention de permis de travail, s’installaient en grand nombre en France, et en particulier dans les arrondissements de Paris réputés « généreux », je rappelai aussi que, parlementaire européen, j’avais voté contre l’entrée de la Bulgarie et de la Roumanie dans l’UE en raison précisément des conséquences, que je prévoyais, du principe de « libre circulation des personnes » et des facilités qui ne manqueraient pas d’en découler. J’écrivais donc ceci :

 « Une dernière raison explique que ces Roms entrent dans la campagne (électorale) : ils témoignent jusqu’à la caricature de l’irresponsabilité générale, et corrélativement de l’abandon quasi-complet d’un sentiment élémentaire de dignité nationale ; les passants, en général, ne jettent pas un regard, sinon, quelquefois, une pièce furtive, sans que personne ne se scandalise. Or, ce spectacle est indigne de Paris, indigne de la France, indigne d’un grand pays. Du fait que des familles entières s’installent au milieu de nos rues avec leurs bouts de lits rouillés, leurs cabas, du fait de cette saleté et des épidémies qu’elle ne manquera pas de provoquer, de la marée montante de cette barbarie grise, nul ne se sent responsable. M. le maire du VIème, apparemment, ne fait rien : il désapprouve sans doute, se lamente peut-être, et se rassure tout aussi probablement de ce que, la Police n’étant pas placée sous les ordres des autorités municipales, il ne peut rien : la chose dépend de M. le Préfet de police de Paris. Or, M. le Préfet de police n’a sans doute reçu aucun ordre  de M. le ministre de l’Intérieur : sur un sujet aussi délicat, ce serait à lui de donner des instructions. Mais que peut faire M. le ministre de l’Intérieur, à part concentrer ces populations étrangères dans des camps, où la vie serait sans doute si peu conforme à ce qu’elles escomptaient du voyage qu’elles préféreraient déguerpir d’un territoire aussi inhospitalier? Le ministre irait sans doute ainsi à l’encontre des oukases bruxellois, de la Cour européenne des Droits de  l’Homme, de tout l’attirail dit européen, sans compter la catholicité et le pape en personne, et ne songe pas une seconde à de telles extrémités : au reste, la libre circulation ne procède-t-elle pas d’accords internationaux, lesquels ont la force des traités et s’imposent à tout acte national ? Nul n’est donc responsable, nul ne peut rien, et le sentiment même de la dignité nationale s’évapore ainsi sous un terrible soleil» 

Ce texte est un peu long, certes, et je crois avoir écrit dans ma vie des pages plus limpides : d’une part l’ironie n’arrange rien ; d’autre part, le fait que ce texte, qu’un de mes colistiers avait initialement rédigé pour en faire un tract, et dont j’avais jugé préférable, par souci de modération, de faire une simple « entrée de blog » en retouchant plusieurs passages, avait été écrit en quelque sorte en deux versions, a certainement nui à la clarté de la démonstration, laquelle avait principalement pour but d’attirer l’attention de mes électeurs sur la confirmation des craintes qui avaient inspiré mon vote au parlement de Strasbourg, mais aussi d’insister sur l’impuissance publique et, comme le titre l’indiquait, sur l’érosion du sentiment de dignité nationale. 

Il arriva cependant qu’une dépêche AFP, reprise peu après par Le Monde et Libération, puis dans la presse nationale et régionale, présente mon paragraphe ainsi : « Un candidat FN demande de concentrer les roms dans des camps », résumé si évidemment controuvé, et à plus d’un titre, que j’ai obtenu la correction de mes propos, par à un rectificatif publié aussitôt, sur 17 médias -un quotidien envoyant même à mon avocat un chèque de 500ee., prenant en quelque sorte les devants d’une demande de dommages et intérêts dont je menaçais ceux qui ne publieraient pas ma « mise au point ». Il y avait donc « une affaire dans l’affaire », qui ressortait de l’habituelle « désinformation » que nous ne connaissons et ne subissons que trop.

Quelle n’est pas ma surprise de voir que c’est la version mensongère de l’AFP, du Monde et de Libération que reprend aujourd’hui M. de Lesquen ! Cela, alors qu’il savait très bien que j’avais publié une rectification et que je ne demandais nullement la construction de camps –il le savait si bien d’ailleurs qu’il m’a dit un jour, au téléphone, que mon texte, dont il prétend aujourd’hui être choqué, lui paraissait bien tendre… Mais, il est hélas prouvé que, la lucidité qu’il avait alors, il l’a depuis égarée, chose regrettable dont il a montré ces dernières semaines d’abondantes et déplorables illustrations. Cette affaire (à laquelle je pourrais, si je le voulais, donner une suite judiciaire), est donc loin d’être close –et il n’y a pas à douter qu’elle sera longue."

Partager cet article

28 commentaires

  1. L’AFP, Le Monde et Libération doivent bien rigoler en voyant les patrons se jeter la vaisselle à la figure…
    Comment peut-on prêcher pour l’union des droites quand les patrons des émissions de Radio-Courtoisie ne peuvent pas se supporter ? “Oz ta radio”.

  2. Ridicule
    La lettre, la contre lettre, le droit de réponse etc…
    Le Salon Beige n’a pas d’autres sujets plus intéressants que cette guéguerre infantile au sujet d’une radio que personne n’écoute?

  3. M de Lesquen, par ses propos outranciers, fait du mal à la cause nationale. Rien à voir avec ceux de M Couteaux, qui apparaissent fermes mais justes,courageux mais mesurés.
    M de Lesquen, malgré son parcours scolaire de premier de la classe, manque cruellement de profondeur de jugement et de culture doctrinale.(Non,la France n’est pas née en 1789 !)

  4. Henri de Lesquen nous semble un peu fatigué et devrait laisser sa place de président de Radio Courtoisie ; il a fait son temps et devrait penser à la retraite: il aurait ainsi tout le loisir de satisfaire ses ambitions politiques et préparer sa campagne pour la présidentielle.
    Quant à son remplaçant éventuel, il y en a un qui me paraît s’imposer : spécialiste de la ommunication audiovisuelle, apprécié de toutes les composantes de notre famille catholique et nationale, il fait à Radio Courtoisie un travail formidable. Je ne dirai pas son nom, mais vous l’avez sans doute tous deviné…

  5. Entièrement d’accord avec les deux premiers commentaires.

  6. Trop facile mais tant pis: ils sont à couteau tiré. tous les deux..?

  7. @Gégé
    Vous avez tort, si les sujets abordés par le Salon Beige vous intéressent. Les thèmes et les invités sont souvent de grande qualité et cette radio n’a pas à rougir de la comparaison avec les autres organes plus établis de la presse audio. Et, comme c’est mon cas, il n’est pas nécessaire d’avoir la trentaine pour y passer de très bons moments (bien qu’avant de l’écouter je la prenais pour un bastion retranché de pétainistes aigris… ce à quoi elle est très loin de se résumer finalement.)

  8. Pour information, l’audience de Radio Courtoisie est loin d’être négligeable.
    De mémoire, sur la base des cotisations, il y aurait plusieurs dizaines de milliers, peut-être quelques centaines de milliers, d’auditeurs dont l’une des principales particularités est la fidélité.
    Si on a bien en tête le nombre d’antennes émettrices autorisées par le CSA, 6 sur toute la France, et qu’on ne considère pas que la publicité faite autour de la radio dans les médias lui permette d’attirer aujourd’hui encore beaucoup d’auditeurs par d’autres canaux, c’est une audience plus qu’honorable.
    De plus, cette crise s’inscrit dans une actualité plus vaste de mouvements de la Droite souverainiste française sur la position politique à adopter : élargir oecuméniquement ou intensifier les marqueurs traditionnels de la Droite ?
    Ces mouvements trouvent chacun des relais dans plusieurs autres médias comme TV Libertés, F. de Souche, Nouvelles de France, Boulevard Voltaire, Riposte Laïque, Égalité & Réconciliation ou encore bien sûr notre cher Salon Beige (pour n’en citer que quelques uns et sans négliger l’importance des contributions des autres au moins aussi connus).
    Cet échange rendu public est donc une saine occasion de débattre, de se fâcher peut-être, mais surtout de trouver un socle commun sur lequel la remise en selle de notre patrie pourra s’opérer.
    Vive Radio Courtoisie, Vive la France !

  9. Dans sa lettre à en-tête de Radio-Courtoisie, H de Lesquen a manifestement laissé la courtoisie au vestiaire, autrement dit, il s’est tiré une balle dans le pied.

  10. Allez Lesquen ! Tous les auditeurs te soutient
    Il y a une règle CLAIRE sur la radio, on l’approuve ou non mais c’est la règle : liberté totale, les paroles n’engagent QUE les patrons et JAMAIS la radio, SURTOUT parole hors antenne. Lesquen n’a donc absolument pas fait de faute. De plus, c’est le chef.
    Certes Couteaux a été mal traité (par Franck en autres qui lui a coupé la fin de son émission, c’est regrettable) mais il n’aurait jamais dû faire de lettre ouverte. Sur la forme il a tort (on lave le linge sale en famille, à présent, ces rebelles ont, par cette publicité, fait grand tort à la radio – ) et sur le fond (il contrevient à la règle de la radio)

  11. Gégé
    “au sujet d’une radio que personne n’écoute?”
    Je rappelle, que sur un mois, on relève un million d’auditeurs de radio courtoisie. Etude faite par un organisme d’Etat.
    Pour ma part, je l’écoute tous les jours.
    Quand il y a une telle qualité des émissions, et des 75 patrons, dont énormément de connus, les gens sont attirés et donc écoutent. rappelons aussi que sans cette radio, jamais les mobilisations contre la Loi Taubira, contre les pièces de théâtres cathophobes à la Castelucci etc n’auraient eu le succès qu’elles ont eu. radio courtoisie est primordiale dans le combat catholique et national. Donc évidemment que les gens écoutent massivement.
    Vous connaissez beaucoup de fête de radio qui rassemblent des milliers de personnes comme ce fut le cas dimanche dernier ??
    Allez ne racontez pas n’importe quoi…

  12. C’est beaucoup plus grave que ne le suggèrent les deux premiers commentaires : la droite nationale, la vraie droite, peu importe son nom, est structurellement vouée aux gémonies comme repaire de fascistes et de tristes sires, se complaisant dans des haines rencuites. L’attitude hallucinante de Lesquen, qui se sert de sa position à des fins politiciennes tout en ayant un programme électoral délirant, fait un tort considérable à son camp.
    Qu’il dégage et vite.

  13. Le SB devrait parler d’autre chose.
    Rentrer dans une guerre fratricide même ridicule pourrait nuire.
    Cette histoire est pitoyable.
    Passons notre chemin.

  14. @ Michel : non vraiment je ne vois pas

  15. Qui est ce fameux “spécialiste de la communication audiovisuelle” qui fait “un travail formidable” et qui remplacerait avantageusement le type imbuvable et grossier qui donne de cette radio une image déplorable?

  16. Aucun intérêt !
    Dommage, pour une radio qui était intéressante, de finir, ainsi, à cause d’ambitions politiques sans le moindre avenir !

  17. Michel, vous parlez d’un autre breton ?

  18. Gegé se trompe j’écoute Radio courtoisie, en podcast , le plus souvent, mais guère Henry de Lesquen parce qu’il coupe la parole de ses interlocuteurs sans nécessité le plus souvent. Et puis je me demande si, malgré ses immenses facultés intellectuelles, il possède vraiment celle du ” Réel” ! Ce réel si difficile à appréhender, à connaître et le plus souvent à comprendre !
    Cela dit, rentrons les “couteaux ” :
    ” Rentre en toi-même, Octave et cesse de te plaindre ” !

  19. ” Ce texte est un peu long, certes, et je crois avoir écrit dans ma vie des pages plus limpides …” PMC
    C’est vrai que Paul-Marie Couteaux écrit souvent beaucoup trop long.
    Je le lui ai écrit en trois mots il y a quelques années mais je ne suis pas sûr qu’il m’ait lu.

  20. Paul marie Couteaux est un homme pitoyable qu’il reproche à henry de Lesquen un coté autoritaire et des propos à la limite du légal c’est une chose. Il faut rappeler qu’il y a une dizaine d’année Radio Courtoisie était au bord du gouffre et que c’est H. de Lesquen qui a injecté de l’argent pour la remettre à flot. M. Paul Marie COUTEAUX ne peut encaisser ces échecs personnels, son éviction du SIEL, une fin de non recevoir de la part du Front National et enfin son exclusion de Radio Courtoisie. Je ne comprends pas en quoi le salon beige doit prendre ou non parti dans ce débat. Quand on combat la dictature socialiste, on n’abat pas son camarade de combat sur la place publique on se désolidarise. Je dirais qu’une chose mon honneur s’appelle fidélité.

  21. Michel, vous pensez à Le Gallou ?
    Vous avez raison.
    Fidèle auditrice de RC depuis 1994 je peux mesurer le chemin parcouru.
    On ne peut que reconnaître à M. de Lesquen le remarquable travail qu’il a effectué pour faire évoluer la radio, l’ayant dépoussiérée, modernisée, soutenue et maintenue de toutes ses forces cependant, je n’oublie pas la manière dont il s’y est pris pour y prendre le pouvoir. Jean Ferré l’aurait adoubé, SdB l’aurait soutenu… or, je me souviens très bien que ce dernier ne semblait pas très chaud et plutôt inquiet
    de l’avenir de RC. Mais après réflexion, il a pensé que c’était le mieux pour sa chère radio et il savait sans doute qu’il était trop malade pour espérer y revenir. Depuis quelques temps, HdL fait passer sur les ondes le dernier échange téléphonique (poignant) de Serge.
    Serait-ce un besoin de légitimation ?
    Serait-il en si mauvaise position qu’il éprouve la nécessité de faire appel à un mort ?
    Je ne trouve pas cela très digne. Et j’ai de la peine pour SdB. J’irai même jusqu’à dire, indécent…(Qu’en pensent sa veuve et ses enfants ?).
    Il faut se rappeler qu’au passage de relai, il y eut déjà des “purges” de patrons d’émissions… A mon sens, pas très correctes…. Le changement de nom du ” Prix Daudet” auquel JF tenait expressément ( et ceci, non en hommage au président disparu, mais par désaccord entre Jean-Louis Daudet et HdL ) Et récemment, le renvoi de Martial Bild.
    Cette radio associative appartient à ses adhérents; il me semble que la loi stipule en la matière que toute décision importante, tout changement notoire doivent être pris au cours d’une AG extraordinaire.
    D’autre part, les patrons d’émission doivent certainement être eux-mêmes adhérents (non ?) ?
    Quelqu’un peut-il m’expliquer comment un président d’association a le droit d’écarter autoritairement ses membres actifs en dehors de la raison de non paiement des cotisations ou pour manquement à leurs engagements ?
    Ces engagements concernent-ils seulement le devoir d’obéissance aveugle aux propos et actions personnels du “patron” ?
    Qu’on m’éclaire.
    Ce que l’on peut tous constater, c’est l’autoritarisme du personnage, son “humour” particulier envers ses collaborateurs (pourtant, on perçoit chez lui une vraie gentillesse), son côté “psychorigide”.
    HdL est un homme brillant, intelligent, extrêmement cultivé, mais il manque de psychologie.
    Beaucoup d’auditeurs s’inquiètent qu’à cause de ses “manières” la radio soit en danger. J’en fais partie.
    Ce serait une perte irréparable pour la France et les Français.
    Qu’il se reprenne. Qu’il redescende un peu sur terre. Qu’il fasse amende honorable, qu’il mette de l’eau dans son vin, que tous se réconcilient et trouvent une solution équilibrée et mesurée, par pitié. M. de Lesquen n’a qu’à se mettre en “vacance” de la radio jusqu’aux élections et proposer au vote des adhérents, un président “temporaire”.
    Quant à PMC, malgré son âge et son expérience, il n’a toujours pas compris que toute vérité n’est pas bonne à dire (surtout publiquement) et qu’il faut savoir parfois louvoyer entre les gouttes pour préserver le Bien Commun.
    Il semble que nous assistions là à une querelle d’égos et qu’on nous y embarque contre notre gré et certainement à nos dépens.
    “Halte au feu ” !!!
    Remarquez, il nous restera toujours TV Libertés mais hélas, tout le monde n’a pas Internet…

  22. M. de Lesquen est un tyran qui se sert de radio courtoisie comme d’une tribune pour exprimer ses idées ( et promouvoir sa campagne politique) que nul ne peut et ne doit contredire…
    A-t-on déjà entendu un vrai débat contradictoire sur RC ?…pas le lundi soir en tous cas…les invités de son “libre” journal son systématiquement coupés, repris, amendés, quand ce n’est pas M.de Lesquen qui fait lui même les questions et les réponses…où est la courtoisie dans cette émission ? M. de Lesquen détient la vérité absolue et malheur à celui ou celle qui aurait la mauvaise idée de ne pas être en accord avec sa majesté ou d’exprimer la plus infime critique.
    Quant à la réponse du lèche-bottes opportuniste M. Bourbon dans son billet sur la crise actuelle, elle est aussi ridicule que le personnage lui-même…traiter Bernard Antony, entre autres, de faux-dévot, il faut le faire !

  23. Il y a t-il une pétition pour la destitution d’Henry de Lesquen à Radio Courtoisie ? Je ne cotiserai plus tant que ce monsieur sera sur cette radio et fera un travail de destruction massive. Ses propos ne sont pas politiquement incorrects mais méchants, haineux et stupides.

  24. Soyez adultes! Réglez ca face a face une bonne foi pour toute.
    En faite on en a rien a faire de vos disputes

  25. Lesquen est un grand malade, et depuis toujours. Depuis son putsch pour succéder à Jean Ferré, il s’est débarrassé d’une douzaine de patrons d’émission et a rendu l’atmosphère irrespirable à Radio Courtoisie. Les 11 signataires ont bien raison de réclamer sa démission, dommage cependant qu’il aient autant tardé pour le faire et attendu que Lesquen perde définitivement la raison.
    Quant aux autres patrons d’émission qui sont nombreux à être du même avis, mais n’oseront jamais rien dire de peur de perdre leur tribune à la Radio, ils renoncent ainsi lâchement à défendre l’honneur, la justice et la vérité.

  26. Le FN aussi a voulu se “dédiaboliser”…; on voit le résultat !
    L’un des principes essentiels de Radio Courtoisie est la liberté de pensée et d’expression de chaque patron d’émission, libre et autonome dans sa propre émission; c’est une garantie de “diversité” au sein de radio de “toutes les droites”, dans le respect des lois et pour la défense de la France, de sa langue, de son identité, et de sa civilisation chrétienne.
    Que l’on soit d’accord ou non avec les propos, idées, ou programme d’H. de Lesquen, ou que l’on apprécie ou pas ses méthodes, sa personnalité, ou son caractère, ce n’est le problème. L’homme a ses défauts, et ses qualités aussi qu’il faut savoir reconnaitre.
    Cet esprit “démocratique” et typiquement révolutionnaire de toujours “se payer” la tète du “chef”, cette volonté de détruire l’autorité, tout cela ne conduit qu’à la division, qu’au chaos, au profit de nos adversaires communs et pour leur plus grande joie!
    Cet appel subversif et irresponsable à la démission de l’actuel patron de R-C est donc d’une nocivité énorme, une faute morale et politique dont il est encore temps pour ses auteurs d’en prendre la mesure avant qu’elle ne fasse des dégats.
    C’est une tempète dans un verre d’eau.

  27. Si, sans nul doute, HdL est un homme intelligent et extrêmement cultivé, il ne brille pas par sa psychologie et sa modestie. Son cas est devenu pathologique: il ne supporte pas la contradiction, manque très souvent de respect à l’égard de ses invités, fait très souvent les questions et les réponses avec une bonne dose de tyrannie. Sans s’en rendre compte, il dessert bien évidemment notre cause, faisant le jeu indirect de nos adversaires. Son projet de candidature à l’élection présidentielle est grotesque et utopique. Il illustre la bonne dose d’orgueil et l’ego du personnage. HdL n’a aucune empathie, aucun charisme pour un tel combat. Qu’il cultive son jardin et développe encore un peu plus sa culture par les livres .. Je salue la belle et courageuse lettre ouverte de PM. Couteaux. Je salue tous les patrons d’émission, avec leurs différences, qui ont oeuvré avec talent et dévotion pour que vive RC depuis tant d’années. Je salue ceux qui, dans l’intérêt de la radio, demande la démission (justifiée) d’Henri de Lesquen.

  28. Oui, Henry de Lesquen a véritablement commencé à “disjoncter sévère” (pardonnez-moi) dès lors qu’il s’est mis, pourtant sur conseils avisés, sur les réseaux sociaux. Facebook et surtout Twitter. Dès lors il est entré dans un monde qu’il ne connaissait pas, qu’il ne maîtrisait pas, sans aucune prudence jusqu’à s’enorgueillir à outrance d’un twitto lui balançant quasi quotidiennement “Henry de Lesquen Président” jusqu’à plus soif sans qu’il se rende compte qu’il s’agissait, comme souvent sur Twitter, éventuellement d’un hameçonnage. D’où sa plus que pathétique candidature à la présidence de la République. Tout le monde reconnaît à Henry de Lesquen son intelligence et son immense culture sur les domaines les plus variés. Il a porté Radio-Courtoisie en présidence avec force de longues années et nul ne peut remettre en question son travail et son investissement humain pour cette radio. Cependant, il a chuté en orgueil démesurée, utilisant ces derniers temps la radio à ses propres fins de façon sinon pathologique certainement de façon pathétique, utilisant son temps d’antenne en rassemblant sa “cour” pourtant constituée de gens des plus respectables, sans compter l’immonde de faire ressortir le témoignage poignant du plus qu’estimé Serge de Beketch sur son lit de mort sur les ondes. Pathétique, affligeant. Et je vous passe encore le mot qu’il a adressé à l’endroit de “Courtoisix”, ce bénévole passionné de la radio qui a oeuvré pendant près de dix ans pour mettre en ligne les émissions et nombre d’informations sur radio-Courtoisie avant même que la radio ait son propre site http://carnets-de-courtoisie.overblog.com/ sans JAMAIS rien demander en reconnaissance et qu’Henry de Lesquen s’est permis de lui transmettre à l’antenne qu’il n’aurait sans doute pas dû mentionner les “éléments de crises” au sein de la radio, alors qu’il ne faisait qu’informer sans le moindrement s’autoriser à prendre position. Henry de Lesquen est tombé dans l’infect. Il semble que la programmation de ce lundi 20 juin, consacrée à sa Majesté, ne va rien arranger. Tristesse.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.