Radicalisation fourre-tout

Capture d’écran 2018-03-17 à 17.49.42PwC, cabinet d'audit et de conseil Américain membre du Big 4 (les quatre groupes d'audit les plus importants au niveau mondial : DTT, EY, KPMG, PwC.), est très influent notamment auprès de la plupart des chefs d'état et de gouvernement du monde et est donc à ce titre un acteur puissant du lobbying économique et politique notamment en terme de réglementation ou de choix de politique économique.

PwC co-organise avec un organisme se nommant "Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence" une conférence sur la "Radicalisation menant à la violence" le 20 mars à la CCI bourse co-organisée. Voici ce qu'on peut lire sur leur site :

Extremisme politico-religieux:

"Forme de radicalisation associée à une lecture politique de la religion et à la défense, par l’action violente, d’une identité religieuse perçue comme attaquée (conflits internationaux, politique étrangère, débats sociétaux, etc.). Cette radicalisation violente peut trouver ses racines dans toutes les religions."

Extremisme à cause unique:

"Forme de radicalisation motivée essentiellement par une seule cause. Entrent dans cette catégorie : les extrémistes environnementaux ou de défense des animaux, antiavortement, certains mouvements homophobes ou antiféministes, ou encore les extrémistes à caractère ultra-individualiste et autonomiste (Freeman on the Land ou Citoyens souverains) utilisant la violence pour défendre leur cause. Les tueurs de masse dont les motivations sont partiellement ou totalement idéologiques peuvent aussi être rangés dans cette catégorie."

Un lecteur du Salon Beige a écrit à cet organisme: 

"Vous organisez une conférence en partenariat avec mon entreprise (PwC) le 20 mars prochain à la CCI Bourse. Ayant parcouru attentivement votre site, y compris vos expertises scientifiques et vos publications, je suis surpris d'autant de flou, d'absence de précision et d'éléments chiffrés permettant de justifier la dénonciation de tel ou tel type de radicalisation (et leur sous catégories) menant à des actes violents. Sauf erreur de ma part, je n'ai pas vu d'analyses en ce sens sur votre site. Vous comprendrez donc mes interrogations sur un organisme qui est amené à faire des conférences avec l'un des plus importants cabinet d'audit et de conseil du monde.

Sur cette page de votre site, vous dénoncez des courants de pensées politiques ou religieux qui peuvent mener à la violence en les mettant au même niveau (absence de classement avec un degré de risque à verser dans la violence défini à partir des chiffres officiels).

 

Je vous suggère donc de compléter et de nuancer le contenu de votre site internet, de vos expertises scientifiques, de vos publications ainsi que de vos conférences sur la base des chiffres officiels : nombre et type de violences par type d'extrémisme, nombre de victimes par type d'extrémisme et nombre de condamnations par type d'extrémisme.

Cela permettrait aux personnes qui vous lisent et vous écoutent de mieux cerner et quantifier les risques de passage à la violence selon les types de radicalisation et de repérer ceux qui sont très significatifs, moyennement significatifs, non significatifs, voir même inexistants au regard des chiffres officiels.

Ainsi, vous pourrez présenter une analyse reflétant la réalité et ne plus laisser la place au sous entendu consistant à dire que toutes les opinions politiques, éthiques ou religieuses présentent un même taux de risque à verser dans la violence.

Enfin, je vous suggère de ne pas oublier de mentionner certains types de radicalisation menant à la violence, comme vous le faites sur votre page internet citée plus haut en omettant certains groupes féministes violents et régulièrement condamnés par la justice Française."

Laisser un commentaire