Qui a dit ?

V "Que peut-il ? Tout. Qu'a-t-il fait ? Rien. Avec cette pleine puissance, en huit mois un homme de génie eût changé la face de la France, de l'Europe peut-être. Seulement voilà, il a pris la France et n'en sait rien faire. Dieu sait pourtant que le Président se démène : il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète ; il cherche à donner le change sur sa nullité ; c'est le mouvement perpétuel ; mais, hélas ! cette roue tourne à vide. L'homme qui, après sa prise du pouvoir a épousé une princesse étrangère est un carriériste avantageux. Il aime la gloriole, les paillettes, les grands mots, ce qui sonne, ce qui brille, toutes les verroteries du pouvoir. Il a pour lui l'argent, l'agio, la banque, la Bourse, le coffre-fort. Il a des caprices, il faut qu'il les satisfasse. Quand on mesure l'homme et qu'on le trouve si petit et qu'ensuite on mesure le succès et qu'on le trouve énorme, il est impossible que l'esprit n'éprouve pas quelque surprise. On y ajoutera le cynisme car, la France, il la foule aux pieds, lui rit au nez, la brave, la nie, l'insulte et la bafoue ! Triste spectacle que celui du galop, à travers l'absurde, d'un homme médiocre échappé '."

Bravo à Bertrand. Ce pamphlet est signé Victor Hugo et s'intitule «Napoléon le Petit». Vendu sous le manteau, en 1852, à 30 000 exemplaires, Victor Hugo le paya de vingt années d'exil.

Michel Janva

15 réflexions au sujet de « Qui a dit ? »

  1. Clément

    Il faut cependant remarquer que Victor Hugo ne l’a pas “payé” par 20 ans d’exil. Napoléon III l’avait même pressenti pour le ministère de l’instruction publique, que le poète a refusé.
    Victor Hugo s’est mis en exil lui-même, inspiré il faut bien le dire par le souvenir de Chateaubriand dont il avait dit “Je serai Chateaubriand ou rien!”.
    Par ailleurs, si la diatribe correspondrait assez bien avec quelqu’un de connu actuellement, elle ne cadrait ni avec le personnage de l’empereur, ni surtout avec sa vie engagée (Carbonari, insurgé en Italie, soulèvement militaire, emprisonnement, évasion etc…).

  2. Philippe

    Le pamphlet est une compilation de bons morceaux d’une oeuvre un peu plus conséquente. Bravo ! c’est excellent !
    Vous citez:
    “Il a pour lui désormais l’argent, l’agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort.”
    Mais la suite de la phrase n’est pas mal non plus:…” et tous ces hommes qui passent si facilement d’un bord à l’autre quand il n’y a à enjamber que de la honte”

Laisser un commentaire