Qu'est-ce donc que l'extrême-droite ?

Un mythe selon Minute :

E"Historiquement,
l’extrême droite
n’existe pas :
c’est un mythe
largement fondé par
la gauche
, un fourretout
commode
supposé rassembler
des courants très
divers et qui se sont,
au cours de
l’histoire, combattus
les uns les autres,
pas seulement en
raison de
divergences
d’intérêts et de
stratégies, mais
souvent
d’incompatibilité
d’idées. […]

Les uns la font
remonter à la Révolution française,
à l’époque où l’Assemblée constituante
se divisa pour ainsi dire
« géographiquement » entre droite et
gauche. Mais à cette époque déjà,
où placer sa frontière ? Trois courants
monarchistes coexistaient
: les
conservateurs, « aristocrates », défenseurs de l’absolutisme; les traditionalistes,
hostiles au centralisme,
attachés aux prérogatives de la
noblesse, aux « libertés » et aux
corps intermédiaires; et les réformateurs,
monarchiens et autres,
adeptes des Lumières et partisans
d’une monarchie constitutionnelle
à l’anglaise. […] S’il faut fixer une date de naissance
approximative à ce courant
politique, elle se situe sans doute
aux début de la IIIe République,
moment où, à la faveur du boulangisme
et de l’affaire Dreyfus, certaines idées de gauche basculent
« à droite »,
comme le nationalisme,
la critique du capitalisme ou
encore l’antisémitisme."

Et le FN ?

"Si le FN est assurément né, en
1972, dans un regroupement qui a fait
de Jean-Marie Le Pen le chef de file
des différentes composantes de l’extrême droite française, composantes
antagonistes dont lui seul parvenait à
réaliser la synthèse, le Front national
de 2013 n’est plus d’extrême droite
qu’à la marge, celle qui n’a pas claqué
la porte au fil des ans et qui n’a pas été
épurée par la présidente élue en janvier
2011 au congrès de Tours.
Ce discours est étranger à Marine
Le Pen. Une erreur d’analyse consiste
à affirmer que si elle ne tient pas
ces propos, c’est par volonté de « dédiabolisation »
. Elle tiendrait à se
monter respectable. C’est mal la connaître. Marine Le Pen, comme son
père, dit ce qu’elle pense. Simplement,
elle ne pense pas la même chose, ne serait-ce que parce qu’elle est
née en 1968 et a eu vingt ans pour la
réélection de François Mitterrand,
alors que Le Pen, lui, avait eu vingt
ans peu après la fin de la Deuxième
Guerre mondiale, l’Algérie étant encore française et l’Indochine aussi.
Dans le programme de Marine
Le Pen ne se trouve rien qui renvoie
à l’extrême droite, sauf à adopter le
postulat marxiste qui est que la rupture avec la « lutte des classes » suffit
à marquer l’appartenance à l’extrême
droite – encore qu’on se demande
si Marine Le Pen a vraiment
abandonné ce concept."

7 réflexions au sujet de « Qu'est-ce donc que l'extrême-droite ? »

  1. HA

    On pourrait dire que le FN est passé d’un Parti patriote et économiquement libéral ( le FN de JM ) à un Parti toujours patriote mais économiquement socialiste ( le FN de Marine ).
    Ce qui est drôle, c’est que vu qu’il est le seul Parti nationaliste, il est en fait le seul Parti restant républicain !
    En effet, l’UMPS a bradé tous les pouvoirs régaliens de l’Etat à l’UE et ont charcuté la Constitution plus de 20 fois, la réduisant à une coquille vide.
    Lorsque l’UMPS hurle que le FN n’est pas républicain et est extrémiste, c’est donc un mensonge total.
    Les traîtres au Peuple français sont à l’UMPS !
    Allez ! ! En prison !

  2. Philomene

    Oui, Caroline vient de l’expliquer: tous ceux qui sont contre l’immigration galopante, surtout sub-saharienne et maghrébine, sont des racistes et des xénophobes, donc d’EXTREEEEME DROOAAATE.
    Ce n’est pas compliqué à une petite variante près: Le FN de Jean-Marie était antisémite et celui de Marine est anti-islamique.
    Et qu’en pensent les Français? Au moins 75%, même parmi ceux qui votent PS ou PC, estiment qu’il y a beaucoup trop d’étrangers et d’immigrés naturalisés sur le territoire français. Il y a donc au moins 75% des Français qui sont d'”extrême-droite”, n’en déplaise à Rama Yade et à tous les donneurs de leçons de morale!

  3. anonymus tacitus

    la dialectique Gauche// Droite est d’abord une question d’Idée , contre le réel, ensuite historiquement d’idéologie contre l’ordre établi.
    La première Gauche fut en 1789 celle de la Liberté, celle aussi du pas de libertés pour les ennemis de la Liberté…. Elle existe encore aux USA, cette gauche libertaire pour toutes les “réformes” antichrétiennes. Mais l’Europe a connu une nouvelle Gauche, celle de l’idéologie égalitariste, contre le “capitalisme”. Par suite la première gauche s’estretrouvé… de droite!!! Mais les mots sont pipés: l’anticapitalisme n’est pas l’antilibéralisme, il n’y a pas plus “révolutionnaire libertaire” qu’un communiste! Pas étonnant que la droite fasse une politique de gauche: Giscard-Chirac = avortement , mais cela ne suffit pas à l’esprit de gauche, il faut y aller toujours davantage….
    In fine? la droite et donc l’extrême droite sera toujours le catholiscisme, Marine le Pen a gauchisé l’image de son père, et elle passe mieux, mais pas de cadeau pour tout ce qui lui reste de français et de France, entendez ce qui vient de son baptême à Reims, à détruire de fonds en comble…. pour tout esprit de gauche, libéral ou socialiste, les deux faces d’une seule Révolution…

  4. FP

    deux points :
    -il y a un paradoxe dans l’article de minute. Au debut, on nous explique l’estreme-droite est un mythe, puis plus loin que MLP n’est pas d’extreme-droite. On s’y perd un peu…
    -qualifier le FN “d’economiquement socialiste” est faux et un non-sens. Proner un colbertisme moderne n’est pas etre socialiste. On peut etre contre, mais encore faut-il argumenter. C’est un reflexe typiquement liberal que de voir un socialiste dans tout opposant à tout ou partie du liberalisme.

  5. Olivier M

    La description que Minute fait de Marine Le Pen est très grossière et peu au fait des réalités.
    Très loin du “socialisme”, le FN de 2013 (comme des années précédentes) prône le nationalisme le plus réel qui soit, celui attaché à l’Histoire de la France et à sa civilisation; Marine n’a d’ailleurs de cesse de rappeler la culture chrétienne de la France, comme elle l’a rappelé dans son discours de l’UDT du FN à Marseille le 15 septembre.
    Le FN est en outre, en parfaite cohérence avec son nationalisme, protectionniste d’un point de vue économique, donc contre un “ultra-libéralisme” international qui voue les Nations aux gémonies.
    Enfin le FN de Marine a un caractère beaucoup plus social aujourd’hui, car il a travaillé avec beaucoup de talent tous les pans de la Défense nationale, qui commence par la défense physique (police, armée, justice) du peuple et du territoire, se prolonge dans la défense de notre civilisation, de ses racines chrétiennes et de ses terroirs (culture, langue, histoire), et qui se décrit en profondeur dans la protection de la société française, donc du “social” (aide aux familles et soutien des valeurs familiales, soutien du système de protection sociale français, soutien des plus démunis).
    Soutenir nos ouvriers en s’opposant au mondialisme ultra-libéral et à la finance apatride n’a jamais fait un socialiste; au contraire, seul le FN s’oppose aux délocalisations et à l’abattement de nos frontières, qui sont le piège mortel qui menace nos emplois ouvriers comme paysans.
    Tout le monde s’en rend compte aujourd’hui et c’est grâce à Marine Le Pen.
    Puisse-t-elle continuer!

  6. P.R.

    L’extrême droite n’existe pas ; le mythe de l’existence de l’extrême droite permet à la gauche de dominer le débat en diabolisant ces adversaires les plus résolus. Ce mythe est fondé sur le principe de l’amalgame car l’extrême droite supposée est un fourre-tout qui permet d’assimiler les uns aux autres des courants politiques et spirituels très différents. Utiliser le mot extrême droite, c’est tomber dans un piège.

Laisser un commentaire