Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : L'Islam en France / France : Politique en France / France : Société

Quels moyens la France a-t-elle pour la guerre sur son territoire ?

Decryptage.la-france-est-en-guerre-mais-avec-quels-moyensCette question est en filigrane dans tout ce qui nous préoccupe depuis les attentats de vendredi soir. Nombre de commentaires demandent la protection de l'armée, le gouvernement augmente la présence militaire dans la capitale de 1000 soldats supplémentaires, en renfort de Sentinelle et Vigipirate. Mais l'armée – peau de chagrin  est déjà au-delà de ses capacités, elle ne peut fournir plus. Un décryptage intéressant pose la question suivante : serons-nous obligés, pour faire face au danger djihadiste, de faire appel à des sociétés civiles de protection, le devoir régalien de sécurité des Français sera-t-il abandonné à la société civile, faute d'avoir préservé suffisamment l'outil de défense ?

[…] "Entre les soldats déployés pour ces missions [Barkhane au Sahel, Chammal en Irak et Syrie, et Sangaris en RCA, plus Sentinelle et Vigipirate en France – NDMB], ceux qui s'y préparent et ceux qui en rentrent, ce sont 60 000 soldats français qui contribuent déjà à la lutte contre le terrorisme.[…]

Comment mobiliser davantage de forces militaires dans le cadre de cette « guerre » à laquelle le Président a fait référence ? Comme le dit le ministre de l'Intérieur : «Toutes nos forces de sécurité sont mobilisées. »

Et Bernard Cazeneuve de préciser que 230 gendarmes ont été déployés en renfort et que « deux sections du GIGN sont pré-positionnées ».

Quant aux armées, elles « ont dégagé 1 000 militaires supplémentaires, essentiellement en Ile-de-France, qui patrouilleront dans Paris dans les prochains jours » en renfort de l'opération Sentinelle. Les renforts s'ajoutent « aux 30 000 policiers, gendarmes et militaires engagés depuis plusieurs mois à la protection de 5 000 lieux sensibles sur l'ensemble du territoire, dans le cadre du planVigipirate », a rappelé Bernard Cazeneuve.

Actuellement, policiers, gendarmes et militaires ne peuvent guère être déployés de façon plus intensive. Mais l'usure, déjà à l'oeuvre, et la tension permanente obligent à renoncer aux formations, remises à niveau et périodes de repos. Les forces de l'ordre pourraient, certes, aussi, rappeler des réservistes mais leur déploiement reste limité à une poignée de semaines.

Ce que l'État est réduit à faire

Le ministre a donc raison : toutes nos forces sont mobilisées. L'aveu ira droit au coeur de ceux qui réclament des hausses de budget pour l'Intérieur et la Défense et déplorent les réformes successives qui ont pénalisé nos forces armées et réduit leurs capacités.

Une rallonge budgétaire, après les événements de janvier, avait permis de réduire les coupes claires dans les effectifs de la Défense et de financer des achats urgents d'équipements. La tension budgétaire actuelle va-t-elle entraver tout nouvel effort de l'État ?

Indéniablement, la Nation est acculée à des choix qui portent sur le domaine régalien. Elle va devoir décider, en fonction d'une enveloppe budgétaire contrainte et d'une dette déjà abyssale, où le gouvernement fera porter ses efforts. Choisir de renforcer la police, les services de renseignements et les armées signifie d'imposer des sacrifices aux autres services de l'État (santé, éducation, sports, cultures etc.).

Si ce choix est jugé inacceptable par la Nation ou la représentation nationale, il faudra se résoudre à admettre que le poids financier de la sécurité publique doit être encore plus partagé entre l'État, les collectivités locales et les entreprises. À l'État de continuer à assurer la sécurité sur la voie publique. Au secteur privé de mettre en oeuvre des dispositifs de sécurisation de ses sites, de ses personnels et de ses clients. Si ce choix était entériné, l'État ne pourra qu'accepter d'armer de nombreux agents de sécurité.

Actuellement, le recours à ces personnels armés reste exceptionnel. Il est autorisé pour le transfert de fonds. Or, en matière d'autorisation de port d'armes, le feu semble être récemment passé au vert. On sait que des équipes embarquées armées veillent, désormais, sur des navires marchands français. On sait, aussi, que les personnels et les locaux de Charlie Hebdo sont actuellement protégés par des personnels armés d'une société de sécurité privée. On connaît, enfin, des entreprises spécialisées qui, récemment, ont commencé à effectuer des missions armées sur le territoire national.

Nul doute que ce choix d'un recours accru aux capacités du secteur privé, à défaut d'être rapidement débattu dans les sphères politiques, sera discuté et commenté à Milipol, le salon de la sécurité intérieure des États qui ouvre mardi à Paris."

Partager cet article

18 commentaires

  1. “Les forces de l’ordre pourraient, certes, aussi, rappeler des réservistes mais leur déploiement reste limité à une poignée de semaines.”
    Dans les faits, de nombreux réservistes participent déjà à Vigipirate

  2. Armer les agents de sécurité ????
    Il suffit de les regarder pour prendre conscience que la plupart appartiennent peut-être aux phalanges ennemies …..

  3. Nous sommes en guerre et notre ligne Maginot s’appelle le fichier “S”.

  4. Quand je me suis présentée aux dernières élections municipales de mon village, j’avais inscrit dans mes propositions à mettre en ace au niveau de la communauté de commune une formation accélérée de [olivâtre ??] adultes triés soigneusement sur des critères de sûreté, de stabilité de caractère. ..par les maires et ensuite encadrés par la gendarmerie locale. J’avais prévenu qu’en cas de problèmes liés à des attaques exogènes, cela serait nécessaire de de prendre ces mesures préventivement car “les hommes libres se défendent eux memes”
    J’ai comme d’habitude été traitée de “foldingue” bien que chaque fois depuis 40 attaques [s n’entende ??] le même refrain sur mes propositions “Finallement vous aviez raison”
    la seule solution actuelle est cette mise en place de milices communales formées et encadrées par la gendarmerie.quant aux moyens dans les campagnes en ce qui concerne les armes: ils existent déjà en grande partie grâce aux nombreux chasseurs qui possèdent des fusils.
    une volée de plomb calibre 4 bien visée n’est pas mortelle pour l’homme mais considerablement dissuasive.
    et…..avant même d’en arriver là il est possible de revenir aux cartouches chargées en gros sel qui quand le sel pénètre sous la peau brûle terriblement et déstabilisé fortement celui qui a reçu la volée saline sous la douleur provoquée mais non dangereuse à condition de ne pas viser la tête.
    Ces milices communales de volontaires sont à générer d’urgence, elles sont là solution aux manque d’effectifs et elles sont responsabilisantes pour les populations, elles coûteront infiniment moins cher que la mise en place de moyens disproportionnés et c’est en ce cas tout le pays qui se défend en arme sur son territoire avec plus d’efficacité car il défend son territoire de vie de proximité où vit les siens.la motivation est encore plus grande. [Si vous commentez à partir d’un smartphone, puis-je vous demander d’être attentive à la correction intuitive, qui joue de sales tours : un mot pour un autre et la phrase devient incompréhensible. Idem pour la ponctuation et les majuscules. Merci infiniment. MB]

  5. A mon post précédent, je rajoute que dans les grandes villes ce processus est également possible et applicable par quartiers et même par immeubles à une condition obligatoire c’est l’établissement d’un couvre feu.ce couvre feu permettant une plus grande efficacité de surveillance par les forces de l’ordre.

  6. à chacun de nous de se protéger sans armes, autoriser le port d’arme c’est donné aux terroristes plus de moyens!
    dans le thalys un carnage a été évité car des jeunes gens sont intervenus!
    il faut apprendre les gestes utiles, comment réagir à des actes terroristes!
    dans les transports en commun il faut intervenir quand une personne, souvent des jeunes filles, est molestée!

  7. Tout comme pour l’Education Nationale, ce n’est pas qu’une question de moyens. Des freins psychologiques doivent sauter : exemple : le contrôle au facies.
    Pour ce qui est des moyens : ne pas s’arrêter au collectivités et entreprises mais aller jusqu’au citoyen : avoir le droit de s’armer pour se défendre, comme c’est la cas en Israel.
    Rapidement, face à tous les scenarios envisageables, nous devrons bien nous soumettre à la seule solution viable, humaine et durable : la remigration !

  8. Qui occupe les postes d’agent de sécurité dans les sociétés évoquées ?
    Il y en a une qui assure la sécurité du site sur lequel je travaille : pas un seul blanc…
    Je serais donc un peu inquiet si l’Etat faisait ce choix.
    Mais récupérer des milliards n’est pas très compliqué, à condition d’en avoir la volonté politique : fin de l’arrosage automatique pour tous les clandestins, arrêt des subventions débiles servies aux associations immigrationnistes ou gay, fin des multiples privilèges dévolus aux élus et surtout aux anciens élus, stop aux “dons” sans contrepartie à d’autres pays (en direct ou via l’UE – Turquie, pays africains…), etc…. contrairement à ce qu’on dit, il y a toujours de l’argent en France, il est seulement très mal utilisé.

  9. Tant que tout nos serviles généraux, la plupart sans régiment, inféodés à la FM veilleront à bénéficier de la carte SNCF de 1ère classe pour eux et leur famille gratuite alors qu’on fait désormais payer systématiquement les billets aux autres engagés, on est mal barré !
    Un officier général (= politique, rappelons-le) comme De Villiers ou un Puga, fans de lézion d’honneur, sont des girouettes pires que Grouchy !
    Comme ledit frère qui n’a fait que des […] en luttant contre le FN en 2002 au côté du multi-traître Pasqua mais qui se réveille telle une Cassandre plus fou que jamais en ayant atteint le fond du puits [La carte SNCF militaire sur la 1e classe ne permet pas d’avoir accès à la gratuité du billet mais une réduction de 75% du tarif, et seul le militaire, quel que soit son grade, en bénéficie, pas sa famille, qui est au même régime que les autres Français. Connaissez-vous personnellement les généraux de Villiers et Puga, et plus généralement “les généraux”, pour vous permettre de telles approximations ? Quant à votre jugement méprisant sur ces généraux sans régiments, le gouvernement et celui qui a précédé vous ont-il entendu manifester votre désaccord sur le rétrécissement drastique et dramatique du format de notre armée ? Est-il possible de vous suggérer de contrôler votre ordinateur : il écrit des inepties. MB]

  10. Depuis 1975, l’armée est dépecée.
    Aujourd’hui, on lui demande de jouer les potiches soi disant pour rassurer la population.
    Ca ne sert qu’à faire du peu de soldats qui nous reste des cibles faciles.
    Vigipirate ultra renforcé plus qu’écarlate n’a même pas empêché un seul des terroristes de flinguer à tout va. Vigipirate n’a pas tiré un seul coup de feu.
    A quoi servent ils ?
    Gouvernement de nuls.
    Pas un seul général pour protester.
    Il faut attendre qu’ils soient en retraite pour commencer à entendre un murmure de réprobation de la part de certains un peu moins serviles que les autres.
    Je sais : devoir de réserve, ça excuse tout.

  11. @ Chantal de Thoury :
    Je vous comprends tout à fait et même suis d’accord avec vous, mais avec un bémol cependant : nos miliciens communaux armés au gros sel risquent fort de trouver en face d’eux du 7,62 ou 7,5 mm… voire du 5,56 des Famas qu’ils auront piqué à la Gendarmerie du coin, qui bien sûr aura reçu l’ordre de ne pas réagir pour ne pas faire de provocations…
    Sinon, dans le principe, entièrement d’accord pour une “Home Guard” comme l’ont fait les britanniques en 1940 !

  12. Il y a en fait plusieurs options, tout dépent évidemment des choix et de la volonté politique.
    On peut choisir d’augmenter les effectifs de l’armée de métier. De ce point de vue il y a de la marge. Il suffit de rappeler qu’un corps comme la Légion étrangère comptait environ 30.000 hommes à l’époque de la Guerre d’Algérie contre seulement 8000 environ aujourd’hui. Et nous sommes confrontés maintenant à un genre de guerre d’Algérie, mais à l’intérieur des frontières de l’Hexagone.
    On pourrait choisir de rétablir le service militaire obligatoire. La solution ne serait toutefois pas optimale. En effet comment un gouvernement comme celui de Hollande pourrait-il justifier politiquement d’envoyer des appelés se faire tuer sur des théâtres d’opérations extérieures, pour rattraper la politique foireuse qu’il a mené de même que ses prédecesseurs notamment en Libye et en Syrie?
    Une solution existait en Belgique avant 1914. Il s’agissait à côté de l’armée régulière d’une “garde civique” de citoyens armées, implantée dans les communes, qui gardaient leurs armes à domicile et s’entrainaient régulièrement. En 1914 notamment cette garde civique avait retardé l’avance allemande.
    Sinon il faut rappeler que l’un des candidats à la présidentielle américaine Donald Trump, en commentant les évènements du 13 novembre, a déclaré que si le port d’armes par des particuliers avait été permis en France comme dans certains états américains, une tuerie comme celle du Bataclan n’aurait pas été possible, comme une partie des victimes au moins aurait été à même de se défendre.
    Enfin s’il y a des coupes à réaliser au plan budgétaire, ce serait plutôt au niveau de la culture. Toute la question est de savoir s’il est préférable de subventionner des manifestations comme le “Hellfest”, les “journées de la musique” ou des festivals de Rock, sans parler du “Vagin de la Reine” dans les jardins de Versailles, ou d’assurer la sécurité des Français. D’autant que la suppression de ces rassemblements de foule diminuera d’autant les cibles potentielles des terroristes!

  13. je rectifie l’orthographe de mon post ci-dessus, désolée de n’avoir pas été suffisamment attentive avec l’écriture automatique de mon smartphone.
    je rédige actuellement à partir de mon PC
    —-Quand je me suis présentée aux dernières élections municipales de mon village, j’avais inscrit dans mes propositions à mettre en ace au niveau de la communauté de commune une formation accélérée de volontaires adultes triés soigneusement sur des critères de sûreté, de stabilité de caractère. ..par les maires et ensuite encadrés par la gendarmerie locale. J’avais prévenu qu’en cas de problèmes liés à des attaques exogènes, cela serait nécessaire de de prendre ces mesures préventivement car “les hommes libres se défendent eux mêmes”
    J’ai comme d’habitude été traitée de “foldingue” bien que chaque fois depuis 40 ans que je suis engagée dans le combat politique, j’entende le même refrain sur mes propositions “Finalement vous aviez raison”
    la seule solution actuelle est cette mise en place de milices communales formées et encadrées par la gendarmerie.quant aux moyens dans les campagnes en ce qui concerne les armes: ils existent déjà en grande partie grâce aux nombreux chasseurs qui possèdent des fusils.
    une volée de plomb calibre 4 bien visée n’est pas mortelle pour l’homme mais considérablement dissuasive.
    et…..avant même d’en arriver là il est possible de revenir aux cartouches chargées en gros sel qui quand le sel pénètre sous la peau brûle terriblement et déstabilisé fortement celui qui a reçu la volée saline sous la douleur provoquée mais non dangereuse à condition de ne pas viser la tête.
    Ces milices communales de volontaires sont à générer d’urgence, elles sont là solution aux manque d’effectifs et elles sont responsabilisantes pour les populations, elles coûteront infiniment moins cher que la mise en place de moyens disproportionnés et c’est en ce cas tout le pays qui se défend en arme sur son territoire avec plus d’efficacité car il défend son territoire de vie de proximité où vit les siens.la motivation est encore plus grande. [Merci pour vos rectifications, c’est très gentil à vous. MB]

  14. pour étayer, mon argumentaire précédent, j’envoie dès maintenant en article au présent Blogue du Salon Beige, les propositions de l’Alliance Royale en ce qui concerne les aménagements à opérer au niveau de l’armée pour que la nation soit en arme vite et facilement sans avoir à rétablir le service militaire tel qu’il existait avant sa supression par le gouvernement Chirac.

  15. La seule solution est de rétablir notre armée que ces traitres démantèlent depuis des années !!!
    SI VIS PACEM, PARA BELLUM !!!

  16. Halte au sketch !
    On a 280000 policiers, gendarmes et assimilés pour 90000 soldats de l’Armée de Terre, on est dans un Etat policier.
    Alors que ces braves gens fassent leur boulot au lieu de traquer le contribuable solvable pour remplir les caisses vides d’un Etat indigent.
    C’est bien de les voir se déployer en masse une fois que tout est fini .
    A la préfecture de police de Paris, 8 policiers pour 1 poste 24/24.
    Les pompiers de Paris, qui ont été héroïques dans leur mission sont eux 3,5 maxi, chercher l’erreur !

  17. Des moyens ? le premier serait de virer les imposteurs qui nous gouvernent !

  18. Caterpillar
    Vous avez tout dit
    Nous sommes dans un état policier qui est une oligarchie et surtout pas une démocratie.
    Les pompiers sauvent ou périssent au service de la population
    Les policiers tuent et vivent au service du pouvoir.
    C’est bien triste mais c’est ainsi.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services