Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Quelques vérités sur le 93

L’ex-commandant de police Patrick Trotignon a travaillé pendant 30 ans dans le 93. Il s’est reconverti :

F"J’étais écoeuré. J’avais l’impression d’être un ventilateur qui ne faisait que brasser de l’air. J’en pouvais plus d’être inutile. Il fallait faire du chiffre, compter les points, les ‘bâtons’ comme on dit, c’était la ‘bâtonnite aiguë.’ J’interpellais les gens, je lançais la procédure, et ceux que je venais d’interpeller étaient aussitôt remis en liberté. Je me demandais : ‘Mais je sers à quoi ?’ […] On est passé d’une petite délinquance traditionnelle à une criminalité organisée, avec une économie souterraine et d’importants trafics de drogue. Au début de ma carrière, on était trois pour une interpellation dans la cité des 3 000 à Aulnay-sous-Bois. Maintenant, c’est BAC, CRS,…sinon on se fait démolir. Aujourd’hui, les jeunes délinquants ne veulent plus seulement en découdre avec la police, ils veulent tuer du flic. […] La délinquance a intégré la vie publique normale. Comment voulez-vous qu’un jeune qui gagne 2 ou 3 fois le SMIC en trafiquant accepte ensuite un boulot au SMIC ? […]

[I]l est 18h30 et je finis mon service à 19h. Une affaire tombe, on m’amène un interpellé qui avait de la cocaïne dans sa voiture : garde à vue, scellé du véhicule, de la drogue, perquisition à préparer. Je rentre chez moi à minuit et je me lève à 5h pour être à 6h à la perquisition. La journée est longue, le midi je mange pas, pas le temps, et je veux respecter le délai de la garde à vue. Au final, j’ai bossé deux jours non-stop, et, une heure après, la personne est remise en liberté! C’est frustrant."

Michel Janva (via Fds)

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

8 commentaires

  1. Tout cela me donne la nausée….
    On ne s’étonnera pas si un jour se met en place une “police parallèle” !
    Nous avons de la chance d’avoir encore des jeunes qui “osent” le métier de policier !
    Mais jusqu’à quand ?
    C’est pas quelqu’un de connu qui nous parlait de “tolérance zéro”??

  2. vous ne comprenez à rien ? il n’y aura pas de tolérance zéro…
    “Paul voulut aller en Asie mais l’Esprit Saint l’en empêcha. Actes 16, 6”
    Dans la Bible, ils ont libéré Barabbas en laissant exécuter Jésus …comme nous.
    N’ayez pas peur !

  3. A David…
    Moi, j’ai peur,
    Du fait que quasiment les deux tiers des catholiques pratiquants (d’après le dernier sondage) pensent que “toutes les religions se valent”, du fait aussi que de nombreux théologiens modernistes ont réintroduit l’arianisme (Jésus n’est plus Dieu, il est “de Dieu”, ou “adopté” par Lui, etc.)
    Je crains donc que, face à certaines pressions, beaucoup de chrétiens n’abjurent un jour le Christ pour le réduire à Issah !

  4. Pourquoi parler de 9.3 (neuf-trois ou neuf-cube)dans le titre
    On peut parler de Seine Saint Denis ou si on préfère les chiffres de 93 (quatre-vingt treize).
    Ce sont justement les adversaires des policiers qui utilisent ce vocable de 9.3 .
    Reprendre ce terme revient à leur accorder une victoire symbolique . Poser un débat en utilisant le vocabulaire de l’adversaire , ce n’est jamais très bon .

  5. Que ce policier se plaigne de sa vie personnelle c’est son droit le plus strict néanmoins il faut rappeler de saines vérités sur ce métier. 1/ Ce n’est pas une “vocation” mais un métier pour la plupart qui étaient en échec scolaire comme le montre chiffres, études et reportages (ça c’est une réalité concrète). 2/ Quid des syndicats de gauche omniprésents (voir le livre Place Beauvau où les syndicats de gauche déclarent ouvertement: “c’est nous qui avons créé la police d’aujourd’hui” ??!!!!). A ce titre un autre livre parle dans les années 30 de choix “commissarial”, càd local au niveau des gardiens de la paix, de suivre ou pas des affaires qui n’iraient pas dans le sens des gens lisant ce site… Ce livre parle des militants et policiers communistes (le titre : Le Sang des communistes) Et aujourd’hui ? 3/ Quid des très nombreuses affaires qui mettent fortement en doute la moralité des policiers. Ex : dans un procès mettant en cause des policiers pour des viols de prostituées un avocat déclare: “il est fréquent de voir des prostituées se faire “protéger” par un policier du commissariat local en échange de faveur”, à l’occasion on peut se demander si ces policiers sont mariés et donc manipulables par la police politique par exemple… Dans le même procès un policier explique à Marianne : “c’était le xxxxxxx au Commissariat : même un major (sous off le plus gradé) c’est fait voler son portefeuille par ses subordonnés”. Le film “Le petit lieutenant” salué par les syndicats de police comme très réel montre une police de femmes alcooliques (littéralement en retour de cure), de jeunes flics qui “se la jouent”, et de plus anciens qui vont au café boire un canon pendant que les copains vont faire une interpellation. Donc il faut arrêter de dire “notre” police n’est pas défendue, etc… C’est la police du pouvoir qui a recruté des gens qu’elles estiment fiables et manipulables avec la coopération des syndicats. Si des gens nobles et honnêtes font ce métier je sais que ce n’est pas la majorité. Ces gens ont des syndicats, des hiérarchies, des médecins du travail,…et peuvent se confier facilement aux RG… qu’ils leur parlent de leur problèmes avant de fatiguer le bon citoyen. Pour finir vous pouvez consulter Libération au lendemain des émeutes de 2005 et vous verrez que les syndicats de police (officiers compris) ont colonnes ouvertes dans ce type de journal. Un journaliste écrivait même en substance : “tel gradé de la police me répond après quelques heures de sommeil (toujours prêt pour répondre à Libé ?) et m’explique dans quel situation bloquée sont les jeunes”. De quels côtés sont ils ?

  6. Une petite info au passage:
    depuis que Sarkozy a promis le “karscher” dans les banlieies (et que son amie Fadela Amara a appliqué par son “plan banlieies”, soit des milliards de plus gaspillés en pure perte pour les “jeunes”), les effectifs de police … ont baissé de 25% à Paris.
    Je ne peux vous communiquer les chiffres des effectifs policiers sur la capitale, bien que je les connaisse, mais par souci de ne pas informer les malfrats.
    Tout ce que je peux dire, c’est que ces effectifs sont squelettiques, à un point que vous ne pouvez même pas imaginer pour une ville de 10 millions d’habitants.
    Même chose pour l’ile de France entière.
    Une chose est sûre: si des voyous attaquent un jour à 500, personne ne pourra leur faire face avant que des renforts de CRS n’accourent de toute la France, soit bien des heures après…
    Merci Sarkozy…

  7. @ Trahoir
    Ce livre et cet billet peuvent ne pas emporter l’adhésion générale. Ils ont l’avantage de susciter des réactions comme la vôtre.
    Quant à l’avenir de la sécurité intérieure, puisqu’il s’agit de cela, l’inquiétude est d’actualité. En dehors de la composition des troupes (quantitative et qualitative), le prochain bouleversement viendra de la subordination quasi-complète de la Gendarmerie Nationale au Ministère de l’Intérieur. Vous vous plaignez des hommes syndiqués ou sur la pente des vices, et bien vous verrez glisser petit à petit les troupes encore, plus ou moins, tenues par leur statut militaire.
    Le perdant dans cette affaire, en dehors de la jeune recrue idéaliste et à qui nous pouvons concéder l’objet de “vocation”, c’est le citoyen (brrrrr, cela me fait froid dans le dos d’employer ce terme).
    Une réflexion d’ensemble serait à mener sur le service public de sûreté et sécurité (police et gendarmerie, pompiers, armées) pour refondre les emplois.
    Quels sont les besoins pour les 25 années à venir en police? Menaces, Nombres d’agents, Missions, Moyens?
    Idem en défense (même si un nouveau Livre Blanc est à l’impression, nous aurons une guerre de retard).
    Faut-il créer un corps uniquement de statut militaire (droit restreint) pour assurer la sûreté permanente du territoire? Quelle proportion de forces garder pour l’extérieur ou pour la défense du territoire?
    Les natures “de bras armé de la Nation”, ou de “force de l’ordre public”, imposent à ces troupes des influences politiques, choses desquelles elles devraient affranchies en raison de leur mission première: assurer la stabilité du pays.

  8. @Olivier
    Pourtant ce n’est pas l’impression que cela donne. A Paris, il y a des policiers partout … pour mettre des PV et raquetter le contribuable.
    Et on ne se sent pas en sécurité pour autant.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services