Bannière Salon Beige

Partager cet article

Homosexualité : revendication du lobby gay

“Quelque fois, je me dis que ce serait bien aussi d’avoir une… mère”


DNouvelles de France a retranscrit les dialogues d'un épisode de la série Desperate Housewives, dans lequel une jeune fille élevée par deux hommes se rend compte, à l'adolescence, qu'il lui manque une mère. Réaction de l'un d'eux :

"Je vois mon pire cauchemar se concrétiser.
J’appréhendais ce moment depuis qu’elle est entrée dans notre vie. Et
si, Bob et moi, on lui suffisait pas ? Et si elle avait besoin d’une
mère…"

Partager cet article

2 commentaires

  1. J’ai eu la même surprise que vous en entendant cette réplique dans l’épisode mentionné.
    Si l’on s’arrête à cette phrase, il y a de quoi jubiler pour un message passé à une heure de grande écoute. Je vous invite cependant à découvrir la réponse faite dans la série à cette réflexion…
    En substance, l’envie d’avoir une mère pour cette petite fille est un caprice de petite fille qui lui passera, de même qu’elle voudra un poney, un petit frère ou une voiture.
    Belle méthode pour tacler l’argument de la volonté de l’enfant!
    Bref, relayer cette série comme un argument anti-adoption des couples homo c’est un peu contre-productif.
    [Comme l’écrit NDF :
    “les habitués de la série savent bien que Renee est un monstre d’égoïsme capricieux tout juste bon à consommer y compris des hommes (riches). Ses conseils ne valent pas deux sous. D’ailleurs, même Lee semble avoir du mal à croire l’affirmation de Renee selon laquelle le besoin d’une maman serait un caprice d’ados à mettre sur le même plan qu’un désir de voiture ou de scooter.”
    MJ]

  2. J’avais effectivement lu l’article de NDF qui pointait cette interprétation.
    Je n’avais pas eu cette lecture du personnage et je ne dois pas avoir été le seul.
    La réponse de Renée apparaît comme un argument d’autorité, jeté au visage du père en déroute et par la même occasion à l’ensemble des spectateurs.
    La scène est pernicieuse…un homosexuel doute et une hétérosexuelle le rassure avec force et conviction! Et au nom d’un argument superbe, l’AMOUR!
    Il ne nous reste plus, pauvres spectateurs, qu’à suivre le mouvement et à adhérer à cette idée.
    Voilà pourquoi je parlais de contre-production dans mon précédent commentaire (j’aurais du évoquer la dangerosité plutôt)
    C’est que l’analyse poussée du propos, du contexte et de la psychologie du personnage n’est certainement pas faite par l’ensemble des spectateurs, et qui n’auront pour la plupart aucune connaissance de cet article de Nouvelles De France.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]