Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Culture

Quelle différence existe-t-il entre intérêt général et bien commun?

Quelle différence existe-t-il entre intérêt général et bien commun?

Entretien avec Nicolas Jeanson, vice-président fondateur de l’Institut de Formation de Management respectueux des Personnes (IFMP).

Une vidéoformation proposée par Notre Dame de chrétienté :

Message URGENT de Guillaume de Thieulloy

Cher ami lecteur
allons-nous manquer d’espérance ?
Vous et moi souhaitons de toutes nos forces que le mur de la culture de mort s’effondre.
Le Salon Beige participe à cette tâche selon ses capacités. Mais nous ne pouvons rien faire sans votre générosité.

S'il vous plait, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

3 commentaires

  1. Je dirai que le bien commun est formé de notre patrimoine français (Histoire, christianisme, culture, coutumes, langue…) et que l’intérêt général sont les actions et les lois qui nous permettent de faire vivre notre pays et de le préserver !

    Définitions strictement personnelles, sujettes à discussion bien entendu…

    • Cela me paraît une bonne définition en effet ; l intérêt général au service du bien commun. Et la boucle est bouclée pour vivre en paix.
      si nos politiques avaient pu appliquer ce simple principe, quel bonheur !

  2. Sur l’intérêt général, je préciserais ainsi la définition:
    “L’intérêt général est la somme pondérée des intérêts particuliers”.
    Somme “pondérée”, à la manière du centre de gravité d’un solide composé de plusieurs masses, car les intérêts particuliers sont, par expérience sensible commune (“selon que vous serez puissants ou…”) davantage pris en compte lorsque vous disposez d’une fortune considérable (ou d’un mécène de ce type) ou d’un pouvoir judiciaire, économique ou politique particulier.
    L’observation actuelle est bien qu’un groupuscule – pas nécessairement le pouvoir politique, devenu depuis longtemps le chien au cou usé par le collier de la fable (‘Le loup et le chien’) – s’est emparé de la ‘gestion des pondérations’ des intérêts particuliers à leur propre profit.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services