Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Quel rôle pour l’Etat dans l’économie ?

Sur le site libéral libres.org, Jacques Garello (son site), proche d’Alain Madelin, critique le sentimentalisme de la campagne présidentielle et fait remarquer que, sur le plan économique, le projet des candidats n’est pas très lisible :

Jg_accueil "même chez Nicolas Sarkozy, le projet de société n’est pas très lisible. Sans doute met-il l’accent sur le travail, préférable à l’assistanat – ce qui le prive du vote des clients de l’Etat. Mais il a tellement promis de mesures d’opportunité, depuis le cautionnement bancaire de l’Etat jusqu’au patriotisme économique qu’il se prend souvent les pieds dans le tapis. De même Philippe de Villiers et Jean Marie Le Pen fustigent-ils les interventions de l’Etat, les impôts, et vantent-ils la libre entreprise, mais ils professent en même temps le protectionnisme national ou communautaire et mettent l’Etat un peu partout."

Sur le rôle de l’Etat dans l’économie, le lecteur pourra (re)lire ces extraits de la doctrine sociale de l’Eglise, notamment sur les aspects relatifs à la subsidiarité et aux corps intermédiaires :

"Le principe de subsidiarité s’oppose à toutes les formes de collectivisme. Il trace les limites de l’intervention de l’État. Il vise à harmoniser les rapports entre les individus et les sociétés. Il tend à instaurer un véritable ordre international." (CEC, n. 1885)

"Mais, à part ces rôles d’harmonisation et d’orientation du développement, [l’Etat] peut remplir des fonctions de suppléance dans des situations exceptionnelles, lorsque des groupes sociaux ou des ensembles d’entreprises trop faibles ou en cours de constitution ne sont pas à la hauteur de leurs tâches. Ces interventions de suppléance, que justifie l’urgence d’agir pour le bien commun, doivent être limitées dans le temps, autant que possible, pour ne pas enlever de manière stable à ces groupes ou à ces entreprises les compétences qui leur appartiennent et pour ne pas étendre à l’excès le cadre de l’action de l’État, en portant atteinte à la liberté économique ou civile." (Centesimus Annus, n. 48)

Michel Janva (merci à PG)

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services