Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Idéologie du genre

Queer Week à Sciences Po : Jacques Bompard interroge le ministre

M. Jacques Bompard attire l'attention du ministre de l'éducation nationale au sujet de la Queer Week à Science Po Paris qui vient de se tenir pour la cinquième fois consécutive et qui se définit comme une "semaine de réflexion autour du genre et des sexualités".

"Elle a pour but de faire connaître et promouvoir la "théorie queer" qui prétend, comme le montre les écrits de Judith Butler, nier l'altérité sexuelle et mettre sur le même plan toutes les formes de sexualité (« Homme et masculin pourraient aussi bien désigner un corps féminin qu'un corps masculin ; femme et féminin autant un corps masculin qu'un corps féminin » dit-elle dans son ouvrage phare "Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion"). L'exception ne fait plus la norme, l'exception devient la norme ! D'ailleurs, les défenseurs de la Queer Theory ne font pas mystère de leur volonté d'en finir avec la domination hétérosexuelle, pourtant nécessaire pour la pérennité du genre humain… Monsieur Jacques Bompard note que lors de la Queer Week le pornographique était à l'honneur. En effet, les principaux thèmes abordés durant la semaine étaient les suivants : « l'éco-sex », « le rituel d'activation fétiche », « le post-porno » ou encore « l'installation de l'ordre moral par le coloriage » (sic !). A cela s'ajoutent, des « ateliers pratiques », parmi lesquels on peut citer : « écrire son scénario sexuel » animé par une « travailleuse du sexe », ou encore : « de l'espace normatif à l'espace performatif : le post-porno» qui vise à explorer ces «performances [qui] utilisent le corps pour mettre en scène une sexualité non-normée, dans le but de rompre avec une conception de l'espace public normative et implicitement hétéronormée".

M. Jacques Bompard considère qu'il est scandaleux que ce type de manifestations soit admis dans un établissement public d'enseignement supérieur. Il estime en effet que toutes les pratiques sexuelles ne se valent pas, comme voudraient nous le faire croire les militants LGBTQI. Freud disait d'ailleurs assez justement à ce propos que « ce qui caractérise toutes les perversions, c'est qu'elles méconnaissent le but essentiel de la sexualité, c'est-à-dire la procréation. »

M. Jacques Bompard tient également à marquer son étonnement quant au rapport qu'il peut y avoir entre un établissement d'études politiques et l'étude de pratiques sexuelles en tout genre destinées à assouvir les fantasmes de quelques personnes. Il s'oppose fermement à l'entreprise de banalisation de toutes les formes de pratiques sexuelles et de destruction d'un des repères humains les plus fondamentaux, à savoir la différence biologique entre l'homme et la femme. C'est pourquoi, considérant que les "gender studies" et en particulier la très radicale "queer theory" sont des idéologies qui nient les plus élémentaires réalités anthropologiques, qu'elles sont focalisées sur les intérêts d'infimes minorités, qu'elles visent à promouvoir l'homosexualité comme équivalente à l'hétérosexualité et à normaliser les pratiques de la GPA et de la PMA pour palier à l'infertilité naturelle des couples homosexuels, qu'elles cherchent à détruire la vision traditionnelle et pleine de bon sens de la famille fondée sur l'amour d'un homme et d'une femme qu'elles qualifient d'oppressive, considérant en outre qu'elles promeuvent un monde qui interdit toute distinction (au sens étymologique du terme) entre hommes et femmes, entre hétérosexuels et homosexuels, entre immigrés et autochtones, et considérant, en définitive, que l'idéologie du genre forme un projet de société totalitaire, M. Jacques Bompard demande au ministre de l'Education nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche la suspension de la Queer Week de l'année prochaine et d'organiser un grand débat national pour étudier le bien-fondé de la "queer theory" et des "gender studies" en général."

Partager cet article

15 commentaires

  1. On verra si Benoit HAMON est plus correct, dans sa réponse,que son prédécesseur.

  2. La cinquième fois ???
    Les jeunes ne savent plus s’amuser.
    De mon temps, si on avait eu une Queer Week dans notre école, on aurait pris ça pour ce que c’est réellement: un invitation à faire la fête à fond, et à bien se foutre de la gueule de tous les intervenants. Il y aurait eu une Queer Week, mémorable, mais sûrement pas deux…
    Les jeunes, faites-vous respecter. Si on ne vous respecte pas, utilisez l’énergie et l’insolence de votre âge pour corriger vertement ces vieux débris.

  3. La honte quand même pour notre société dite “civilisée” ! Ces obsédés du sexe qui se croient obligés de tout salir, de tout pervertir.
    Je remarque qu’on dit LGBTQI maintenant ? Je n’arrive plus à suivre, ou je suis bien naïve : Q et I c’est pour quoi ? (déjà que le reste ferait rougir une couvée de singes)

  4. À l’attention de ” ID | 8 avr 2014 14:59:59″
    Q c’est pour “queer” (que nos cousins canadiens ont francisé en “altersexuel/altersexualité”); au sens propre, cela signifie “étrange”, “peu commmun”, c’est-à-dire “tordu”.
    (pour en savoir plus http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_queer )
    I est pour “intersexuel”
    Intellectualisations fumeuses que grivoisement on appellerait en français franchouillard “enculer des mouches”.

  5. il faut aussi rappeller que la FIV est une PMA et c’est aussi inaccepable .la GPA pour hétero est la meme ignominie que pour les homos.
    la femme ne doit pas être une incubatrice a inseminer comme les vaches et l’enfant ne doit pas être un achat !!!!
    ce qui est mal pour les uns est aussi mal pour les autres .

  6. Voilà qui est clair ,simple et plein de bon sens naturel dans les propos de Jacques Bompard .
    En effet que vient faire de la propagande dans les écoles républicaines pour faire de la pub agressive, manipulatoire ,pour toutes les perversions et dévoiements de la sexualité ?

  7. @ GE
    Vous avez raison. Il faut cesser de prendre au sérieux ces obsédés sexuels, devenus cinglés à force d’être obsédés. Il ne me semble pas difficile, en effet, de tourner en dérision leurs délires pervers et de transformer leurs masturbations pseudo-intellectuelles en franches rigolades qui les rendent totalement ridicules et dérisoires…
    Il suffirait de quelques dizaines d’étudiant-e-s (!!!) déterminé-e-s (pour écrire comme ces tordu-e-s), pour transformer leur congrès en mémorable boxon !

  8. En effet nous sommes dirigés par des obsédés du sexe. Comment se fait-il qu’on l’accepte si tranquillement ?

  9. dis, papa 2, c’est quoi, une conception de l’espace public normative et implicitement hétéronormée ?

  10. Et personne à l’UMP pour poser la même question?
    A noter la vidéo qui montre Béatrice Bourges se faire huer et chahuter à Science Po en essayant d’intervenir lors de cette semaine queer.

  11. @gipsy:
    La GPA est encore pire pour les femmes que pour les vaches, car chez les vaches, c’est la mère porteuse qui est indiquée sur les papiers d’identité du veau (même si l’identité de la donneuse est connue pour le “pedigree”). Et on ne les sépare pas davantage de leur veau que leurs copines de troupeau. Les mères porteuses bovines sont mieux considérées que les mères porteuses humaines!

  12. Ce député est admirable, il devrait être premier ministre en place du sinistre toréador qu’on nous inflige …..

  13. Pendant ce temps ,le père Ray Kelly de la cathédrale de Meath, en Irlande, tenait la promesse “d’une surprise” qu’il avait faite à deux splendides et jeunes personnes, Chris et Leah O’Kane, un homme et une femme (de nos jours la précision n’est guère superflue) avant d’unir leurs destins dans un vrai mariage…Dégustez le superbe Hallelujah qu’il leur a offert, et qui en deux jours aura été vu et apprécié par 240.000 internautes:
    http://www.dailymailco.uk/news/article-2600904/P

Publier une réponse