Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique / Pays : International

Que vont devenir les milliers d’embryons des Emirats ?

Une clinique publique de Dubaï va se débarrasser dès la semaine prochaine de milliers d'embryons humains congelés, en application d'une loi fédérale de 2008, qui interdit aux Emirats arabes unis le stockage d'embryons humains congelés et ce pour des considérations religieuses relatives à la filiation. Quelque 5.000 embryons sont stockés au Dubai Gynaecology and Fertility Centre. Par ailleurs, un stock similaire est conservé dans un hôpital d'Al-Aïn, à 150 km au sud-est d'Abou Dhabi, la capitale des Emirats.

Partager cet article

3 commentaires

  1. Que pensez vous de cette décision?
    Pour moi elle est malheureusement la seule possible car ces embryons ont des soins disprportionnés, mais comme l’a souligné le saint père dans une récente encyclique, on ne peut pas trouver de solutions satisfaisantes à ce problème…

  2. destination de ces embryons, je ne sais pas dans ce cas précis, mais des labo. ne se privent pas d’en utiliser pour les vaccins, et en Chine pour des substance type viagra très prisées là-bas paraît-il.
    Pour moi c’est du cannibalisme version moderne. C’est l’horreur intégrale

  3. « panouf » a presque raison, et c’est la position qu’à défendue Mgr Jaques SUAUDEAU, avec des nuances. Il disait à peu près cela :
    On avait pas le droit de les congeler ni de les maintenir dans cet état car c’est les mettre hors du temps, comme suspendre le cours normal de leur vie (et non pas les « maintenir » en vie). On a pas le droit de les tuer directement, donc de s’en « débarrasser ». On a pas le droit non plus de les réimplanter dans le corps d’une autre femme, car malgré sa générosité apparente elle coopèrerai au mal qui a été fait. Le moindre mal est de les laisser reprendre, même un bref instant, le cours de leur vie en les laissant décongeler dans un milieu nutritif adéquate, puis bien sûr ils mourront de ce que certains appellent une « euthanasie passive ».
    Nous ne sommes pas responsables du mal sans issu qui a été fait, mais ainsi on ne rajoute pas du mal au mal.

Publier une réponse