Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Liberté d'expression

Que l’on apprécie ou pas Jean-Marie Le Pen, que l’on soit d’accord avec lui ou pas, ses Mémoires sont passionnants

Entretien avec Guillaume de Thieulloy suite à l'annonce que ses éditions Muller allaient publier les mémoires de Jean-Marie Le Pen :

Le-pen-etudiant002Nous avons appris récemment que vous alliez éditer le premier tome des mémoires de Jean-Marie Le Pen. Comment cela s'est-il fait ?

D'après ce que je sais, Jean-Marie Le Pen et son entourage se sont heurtés à plusieurs refus de "grands" éditeurs (en tout cas, plus habitués que moi aux grands tirages). Etant plus libre que la moyenne de mes confrères par rapport aux oukases de la bien-pensance, j'ai volontiers accepté de m'en charger.

Quelle est votre motivation ?

D'abord, l'intérêt pour un demi-siècle d'histoire contemporaine vu par un acteur politique de premier plan. Ce premier tome couvre la période de l'enfance, l'engagement dans la Résistance, l'Indochine, le poujadisme, les combats pour l'Algérie française, la campagne de Tixier-Vignancour, mai 68… Jusqu'à la fondation du Front national en 1972. Que l'on apprécie ou pas Le Pen, que l'on soit d'accord avec lui ou pas, c'est passionnant.

Ajoutons, ce qui ne gâte rien, que c'est bien écrit.

Plusieurs médias laissent entendre que votre proximité idéologique avec Jean-Marie Le Pen est pour beaucoup dans cette publication. Qu'en est-il ?

Comme beaucoup de Français, je suis d'accord avec Jean-Marie Le Pen sur certains sujets et en désaccord sur certains autres. J'ai lu dans la presse que Muller éditions était une maison "ultra-nationaliste". C'est assez loufoque. D'abord, parce qu'en général, une société n'a pas de doctrine politique. Ensuite, parce que, personnellement, je ne suis pas ultra-nationaliste, ni même nationaliste tout court. Le nationalisme est une idée moderne et je suis ce que les Américains appellent un "paléo-conservateur" – ou ce que Mme Schiappa qualifie de "réactionnaire, obscurantiste et moyenâgeux" (mais, à la différence de Mme Schiappa, je crois que le Moyen Âge de saint Louis et de saint Thomas d'Aquin est le sommet de la civilisation!). S'il faut absolument me coller une étiquette, je suis un catholique social à la façon d'un La Tour du Pin ou d'un Henri V.

CaptureEt s'agissant de la politique concrète, je suis plus "droite hors les murs" qu'autre chose. Je déteste le régime des partis et je m'imagine mal prendre ma carte dans un parti, quand bien même il défendrait 100% de mes idées.

J'ajoute qu'ayant travaillé longtemps au sénat avec Jean-Claude Gaudin, le maire LR de Marseille, je connais beaucoup mieux ce parti que le FN. Il y a, à ce propos, une chose qui me frappe à la lecture des mémoires de Le Pen: pendant ce premier tome, il est essentiellement un élu du CNIP d'Antoine Pinay (comme Gaudin à cette époque). Il n'aura échappé à personne que leurs routes se sont bien éloignées par la suite. Mais, dans les années 60, deux hommes qui représentent aussi magistralement la division de la droite contemporaine pouvaient militer côte à côte.

Mais, tout de même, Le Pen, n'est-ce pas un peu sulfureux ?

Qui décide que c'est "sulfureux" ? La gauche, n'est-ce pas ? Eh bien, pour ce qui me concerne, je dénie absolument à la gauche – qui n'hésite pas à s'allier avec les communistes aux cent millions de morts – le droit de me dire qui est fréquentable et qui ne l'est pas.

Il m'est arrivé souvent de dire en quoi j'étais en désaccord avec tel dirigeant du FN (au point que l'on m'a dit que, pendant un temps, et c'est peut-être encore le cas, le Salon beige était la bête noire au "Carré" – plus même que "Libération"!). Mais ces désaccords n'exigent pas, je pense, de me rouler par terre en écumant de bave dès que l'on énonce le nom du FN ou de Le Pen devant moi.

Et, si le fait qu'un éditeur de la "droite classique" puisse tendre la main à Jean-Marie Le Pen pouvait être le premier pas vers une sortie du piège mitterrandien de la division à droite, j'en serais ravi.

Partager cet article

11 commentaires

  1. Je trouve son « Ma vie est un détail de l’histoire de la Trinité » spécialement élégant, comme un effacement vis-à-vis de sa provocation de 1987.
    Mais sans revenir dessus.

  2. Merci monsieur Guillaume de Thieulloy pour votre ouverture d’esprit et votre absence de sectarisme ! Les tartufes qui osent vous critiquer pour cette édition ne manquent vraiment pas d’air !!!

  3. Je dirais plutôt que ces mémoires sont passionnants.

  4. Bonne nouvelle. Et tant pis pour ceux qui font la fine bouche.
    JMLP est notre homme politique le plus ancien, celui qui a la vision la plus étendue sur les soixante dernières années de notre histoire.
    De plus il est le seul et unique homme politique qui parle et écrive encore en français. Les autres, sans aucune exception, ne pratiquent plus qu’une sorte de sabir sans aucun style.
    Ce sera certainement un succès d’édition.

  5. « je suis un catholique social à la façon d’un La Tour du Pin ou d’un Henri V »
    Bravo Guillaume, et vive Henri V !

  6. Nous prévenir de la sortie de cet ouvrage avant que la bien pensance trouve le moyen de le faire saisir l’envoyer au pilon.

  7. Bravo et merci. Je souhaite le plus grand succès à ce livre.

  8. merci pour ces réponses claires à tous les « bien-pensants à sens unique » « A gâch! Gâche! »

  9. Pourquoi Guillaume de Thieulloy refuse -t -il d’être qualifié de « nationaliste  » ? beaucoup de gens qui , à travers le monde , combattent pour la libération de leur peuple se qualifient ainsi ! Pense- t -il que Michael Collins ne revendiquait pas fièrement d’être un nationaliste Irlandais, c’est -à – dire un amoureux de sa Patrie ?

  10. J’attends cet ouvrage et je suis certaine de passer d’agréables moments en sa lecture, en plus de me cultiver.
    M. Le Pen en dehors de toutes autres considérations partisanes, est un homme cultivé et simple d’accès… j’ai eu l’occasion de le rencontrer sur mon chemin et de déjeuner pas très loin de lui.
    Il m’a même chanté Santa Anna en Breton, en me faisant un gros bisous.
    Oui, cet homme est un homme bien!
    Et je ne suis d’aucun parti : j’aime mon Pays et je suis reconnaissante à la France de ce qu’elle m’a donné… Quel beau patrimoine nous avons à notre disposition, sur le plan culturel et spirituel!
    C’est bien que nous puissions lire ses mémoires de son vivant… ainsi, il va pouvoir éclairer notre lanterne, si nous avons quelques questions à poser.
    Il faut aussi reconnaître que nous n’avons pas d’hommes politiques de qualité ces temps-ci, mis à part M. Jean-Marie Le Pen qui a été diabolisé tout comme l’est aussi le Général de Gaulle…
    Dans l’Histoire il y des circonstances, particulières et collectives, qui nous échappent et sont le fruit d’une succession de causes à effet. Ce n’est que justice, dans le sens « justesse » que de tout remettre en perspective. Ainsi, avec distance et sans passion, le puzzle se reconstitue.
    Seule l’acceptation du Réel tel qu’il est peut nous libérer de l’aliénation aux situations qui nous sont donné à vivre.
    Polémia : M. Jean-Yves Le Gallou.
    https://www.youtube.com/watch?v=u9BSXtLOPl8&index=2&list=PLvDS1aO9zonOBRNBkRICvAtm9CR9MfCua

  11. Bravo d’avoir cette liberté d’esprit. C’est trop rare en ce moment. Prévenez-nous de la sortie de ce livre car « les autres » feront tout pour le saisir. Encore merci.

Publier une réponse