Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Que les prêtres se remuent

À l’occasion de la fête de Saint Jean Marie Vianney, le Curé d’Ars, le 4 août prochain, le Cardinal Claudio Hummes, Préfet de la Congrégation pour le Clergé, a envoyé le 15 juillet un message fraternel aux prêtres. Extraits :

"L’Église aujourd’hui sait qu’existe une urgence missionnaire, non seulement « ad gentes », mais aussi dans les régions et les milieux dans lesquels depuis des siècles la foi chrétienne a été prêchée, implantée, et où les communautés chrétiennes se sont établies. Il s’agit de la mission, ou de l’évangélisation missionnaire (Redemptoris Missio, 2), au sein du troupeau lui-même ; elle a pour destinataires ceux que nous avons baptisés mais que, pour diverses raisons, nous n’avons pas réussi à évangéliser suffisamment, ou ceux qui ont perdu leur première ferveur et se sont éloignés. La culture postmoderne de la société contemporaine – une culture relativiste, sécularisée, agnostique et laïciste – exerce une forte action d’érosion de la foi religieuse de beaucoup.

L’Église est par nature missionnaire. « Le semeur est sorti semer » (Mt 13,3), dit Jésus. Il ne se limite pas à jeter la semence par la fenêtre, mais il sort de la maison. L’Église sait qu’elle ne peut rester inerte ni se limiter à accueillir et évangéliser ceux qui la cherchent, dans ses églises et ses communautés. Il faut se lever et aller là où résident les personnes et les familles, où ils vivent et travaillent. Aller vers tous : vers les entreprises, les organisations, les institutions et les divers milieux de la société humaine. À cette mission tous les membres de la communauté ecclésiale sont appelés : pasteurs, religieux et laïcs.

Par ailleurs, l’Église reconnaît que les prêtres sont la grande force propulsive de la vie quotidienne des communautés locales. Quand les prêtres se remuent, l’Église se bouge. S’il n’en était pas ainsi, il serait très difficile de réaliser la mission. Vous, chers frères prêtres, vous êtes la grande richesse, le dynamisme, l’inspiration pastorale et missionnaire, au milieu des gens, là où vivent, en communautés, nos baptisés. […]

Une petite fraction des prêtres a gravement dévié. L’Église cherche à réparer le mal qu’ils ont accompli. […] En cette année Saint Paul et en attendant le Synode des Évêques sur la Parole de Dieu, qui se déroulera à Rome en octobre prochain, nous voulons tous nous disposer à la mission urgente."

Michel Janva

Partager cet article

6 commentaires

  1. C’est vrai que c’est aux prêtres de bouger, mais qu’a t on fait du sacerdoce au cours des Trente années ecoulées . Il a pris la tempête de face et il est bien malade en Occident : peu de vocations, place contestée au sein des communautés chrétiennes, contestation théologique , départ et scandales divers…Il faut d’abord relever le clergé comme les évêques l’ont fait après le concile de Trente ( voir l’ouvrage de Paul Broutin : “La Réforme Pastorale en France au XVII°siècle)

  2. il faut dabord que certains prêtres se convertissent, au lieu de nous faire des messes spectacles, et dire le contraire de la Bible !

  3. Il faudrait que tous les évêques s’unissent autour du Pape… mais ont-ils tous ce désir ? Certains semblent travailler pour un autre dieu, celui de la laïcité. Ce n’est pas ainsi qu’ils restaureront le sacerdoce.
    Heureusement des vocations ne manquent pas dans la Tradition, c’est peut-être pourquoi elle est si combattue dans l’église !

  4. Oui, d’accord avec “onésime”, les prêtres doivent être (ou redevenir) des “sacrificateurs” avant tout, à l’exemple du Saint curé d’Ars, du Padre Pio et de tant d’autres saints prêtres modestes serviteurs inlassables présents dans leurs églises pour confesser leurs fidèles, faire le catéchisme (le bon), encadrer les patronnages, organiser toute la liturgie, les processions;Qu’ils “occupent les églises” et ne se dispersent pas dans des organisations pseudo-catholiques de ce monde, qu’ils soient prêtres pour transmettre ce qu’ils ont reçu de la Tradition et faire ainsi refleurir la chrétienté en chantant et faisant chanter : “Nous voulons Dieu, dans nos églises, dans nos écoles, dans notre Patrie, nous voulons Dieu, c’est notre Père, c’est notre Roi !” Oui, la Royauté de Notre Seigneur Jésus-Christ, c’est sa restauration que les prêtres de la nouvelle moisson doivent prêcher pour le Salut de toutes les âmes.
    Merci de me publier et que surtout la Sainte Eglise revienne à ce droit chemin,étape après étape, c’est mon espérance et la vôtre à tous.

  5. Malheureusement aujourd’hui on n’encourage pas les prètres dans leurs initiatives. Combien de personnes pour un pélé en centre ville ? Une adoration ? Finalement n’importe quelle participation à l’activité paroissiale en dehors de l’obligation de la messe ?
    Je souligne à nouveau les critiques virulentes à l’encontre de la pretre academy dont je félicite non seulement l’initiative, mais la qualité ! Bravo à ces jeunes pretres

  6. A Jean-Claude,
    Dans quel patelin, dans quel quartier, le curé rend-t-il encore visite à ses ouailles ? Depuis plus de 15 ans, mes parents n’ont plus reçu la visite du curé. Est-ce normal ? Qui doit avoir l’initiative de l’évangélisation ? Le curé ou le converti ? Pas étonnant dans ce cas qu’on compte de moins en moins de Catholiques dans nos contrées ravagées par le consumérisme et l’hédonisme !
    Quand vous marchez dans la rue, comment reconnaissez-vous le curé ? Tous les prêtres sont maintenant fringués comme Monsieur-Tout-Le-Monde. On ne sait même pas qu’ils sont prêtres ! Ont-ils honte à ce point de leur sacerdoce pour abandonner la soutane et même le col romain ?
    Dans quelle paroisse, le curé propose-t-il encore la confession ? Nulle part ! C’est terminé ! Le pardon des péchés et tout le bazar, c’est maintenant has-been !
    L’Eglise de France est moribonde. Les Evêques français des 40 dernières années ont stérilisé l’Institution dont ils avaient la charge. Alors, quand je vois l’action héroïque de Benoît XVI et les quelques Evêques français en sa faveur, je me dis que le vent tourne. Mais quand verrons-nous enfin le prêtre recouvrer véritablement son rôle de pasteur ? Dans 40 ans ? Et pendant ce temps-là, que se passe-t-il ?
    – Pendant ce temps-là, le catéchisme est organisé par des bonnes femmes qui ne connaissent que couic aux Evangiles ou à l’Eglise (je me rappelle de ces séances de torture qu’ont été pour moi les Caravaniers et les Caméramen !).
    – Pendant ce temps-là, les prêtres n’officient même plus les enterrements et délèguent.
    – Pendant ce temps-là, la chorale est animée par des gens qui ne savent même pas chanter ! Vous ne pouvez pas imaginer le supplice que d’assister à ce genre de messes ! Et je ne parle pas des mondanités et spectacles organisés pendant les célébrations.
    – Pendant ce temps-là, le prêtre assure au grand maximum 2 (voire 3 s’il est très courageux) messes par week-end.
    Oui, nous récoltons les fruits pourris des décennies de lente dégradation dont sont responsables un sacré paquet d’Evêques et de prêtres. (Je ne donne pas de nom, mais tout le monde connait une bonne dizaine d’Evêques qui ont fait beaucoup de tort à l’Eglise)…
    Quant à l’initiative de la Prêtre Academy, c’est absolument lamentable. On ne demande pas au curé de faire sa promo et de dire à qui veut l’entendre qu’il organise ses petites cérémonies devant une quinzaine de têtes grisonnantes. On lui demande de partir à la pêche pour récolter les âmes qui se trouvent sur sa route !
    Alors oui ! Il est grand temps que les curés se remuent l’arrière-train et évangélisent. Qu’ils prennent donc exemple sur Saint Jean-Marie Vianney, plutôt que sur Nikos Aliagas !!!
    P.S. : J’espère que ce message-ci ne sera pas censuré…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services