Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation / Pays : Russie

Que la cause des Ukrainiens soit juste ne doit pas être un blanc-seing à des déclarations alarmistes dans le cadre d’une manœuvre informationnelle

Que la cause des Ukrainiens soit juste ne doit pas être un blanc-seing à des déclarations alarmistes dans le cadre d’une manœuvre informationnelle

Les journalistes se sont montrés unanimement alarmistes en évoquant un “bombardement” de la centrale nucléaire de Zaporija en Ukraine. Ils ont malheureusement répété sans aucune vérification les déclarations du président ukrainien Zelinsky, dont l’objectif est de faire entrer en guerre les pays de l’Union européenne et les forces de l’OTAN.

Le manque flagrant de professionnalisme des journalistes français et leur subjectivité leur font perdre toute crédibilité dans la couverture de cette guerre. Les Français, qui ne sont pas en guerre contre la Russie, attendent des informations objectives, mesurées et équilibrées entre les propagandes massives qui viennent des deux camps.

Le magazine Défense et Sécurité Internationale (DSI) a publié un thread sur twitter pour faire le point sur cet incident et seuls Europe 1 et RTB Info (Belgique) ont repris ces éléments :

Zaporijia compte 6 réacteurs à eau pressurisée de 950 MW, en 6 tranches, avec à chaque fois un bâtiment de confinement (béton), des bâtiments auxiliaires accolés, le bâtiment du groupe turbine-alternateur-condensateur. Les approches de la centrale avaient été barricadées par les forces ukrainiennes.

Les images de combats montrent surtout des bâtiments administratifs, avec une progression terrestre, sans artillerie et sans aviation. Elle n’est donc pas “bombardée” et jusqu’à preuve du contraire, les bâtiments réacteurs ne le sont pas. S’ils l’étaient, est-ce un problème ?

La protection de ce genre de centrale repose sur plusieurs couches : l’enceinte de confinement ; la cage bétonnée où est installé le réacteur ; un certain nombre de cages pour les organes essentiels (pressuriseur, pompes primaires, générateurs de vapeur) ; le réacteur lui-même. Contrairement à Tchernobyl et aux réacteurs RBMK, les VVER (comme à Zaporijia) sont à eau pressurisée : la destruction du bâtiment turbine n’implique donc pas de fuite radioactive. C’est donc une question d’enceinte.

Chaque tranche est commandée depuis une salle de contrôle qui lui est propre. Si les VVER sont bien conçus, des sites annexes existent. Quatre boucles caloriporteuses par VVER. Ca laisse de la marge si l’une est touchée. Et des installations diesel pour continuer de faire tourner les pompes primaires, en plus d’une capacité à noyer le réacteur.

A ces aspects, il faut ajouter la pilotabilité : comme nos RPR, elle est assurée par des barres de contrôles commandées par une série de redondances. On n’est pas, comme à Tchernobyl, avec des barres pouvant être sorties et qui doivent être replacées manuellement pour cause d’essai… Bref, il est possible dans l’absolu qu’un bâtiment réacteur soit éventré dans les combats. Mais cela ne signifie pas en soi qu’un réacteur soit détruit, il en faut bien plus.

Autrement dit : oui, c’est inquiétant et inédit, mais du sang-froid ferait du bien. Ceci dit, pourquoi prendre une centrale, du point de vue russe ?

1/ pour la sécuriser (paradoxal, mais personne n’a envie d’être irradié),

2/ parce que Zaporijia fournit 50% de l’électricité de l’Ukraine.

Eteindre les réacteurs et couper le courant au motif de la sécurité, c’est un levier d’action extraordinairement stratégique, en particulier au regard des combats urbains à venir. Le combat va s’établir dans la durée, un tas de systèmes utilisent des batteries. Il y a des groupes électrogènes mais ils dépendent eux-mêmes des stocks de carburant… C’est dans la durée que se produisent les effets : essayez de faire tourner un hôpital, une chaîne TV, un PC opératif sans électricité, une fois que les électrogènes sont à sec et en attente d’être approvisionnés : difficile…

Nous avons besoin de calme, pas d’hystérie. Vraiment. Que la cause des Ukrainiens soit juste ne doit pas être un blanc-seing à des déclarations alarmistes dans le cadre d’une manœuvre informationnelle. Eux aussi opèrent dans ce champ et la prise d’un site nucléaire s’y prête bien.

Partager cet article

10 commentaires

  1. “que la cause des ukrainiens soit juste”…… personnellement, ce qui me sidère dans l’histoire, c’est qu’on n’a pas dit UN SEUL MOT pour les habitants du Donbass, bombardés par les ukrainiens ! Eux, ça fait 8 ANS ! qu’ils connaissent les abris anti-aériens !! Ils vivent dans des conditions épouvantables, et tout le monde s’en fiche !

    • Ces bombardements sont la conséquence logique du séparatisme militant des russes du Donbass, en quelque sorte l’équivalent de nos territoires perdus de la République en 20 fois plus grand.
      La perversité des russes de l’époque soviétique a été de truffer les républiques soviétiques non russes de diasporas russes devenues politiquement actives depuis l’effondrement de la défunte (et sans regrets!) URSS qui réclament maintenant leur rattachement à la mère patrie.
      Si l’Ukraine avait eu l’intelligence de conserver l’armement nucléaire sur son sol qu’elle accepta de céder à la Russie en 1994 (Mémorandum de Budapest) contre promesse de cette dernière de RESPECTER ses frontières, Poutine aurait retourné sa paranoïa contre les pays baltes, l’Azerbaïdjan, la Moldavie ou le Kazakhstan qui ne perdent rien pour attendre…

      • Ah oui ? Les Russes ont artificiellement truffé l’Ukraine de Russes ? Faites un peu, un tout petit peu d’histoire, cher ami ! Même sur BFMTV, on n’ose pas dire ça !

  2. On peut ajouter les liens entre Zelensky et le crime organisé et les oligarques, et sa responsabilité dans les bombardements de civils du Donbass pendant 7 ans.
    Les ukrainiens ont le droit de ne pas être russes, mais leur président est une crapule

    • Une crapule, peut-être, mais démocratiquement élue avec une majorité de 73% des voix, ce qui explique sa popularité et la résistance acharnée des ukrainiens. Une vraie crapule se serait peureusement réfugiée en Pologne, en Allemagne voire en Angleterre.
      On a pu voir bien des repris de justice se comporter héroïquement et mourir au combat durant la guerre de 14.

  3. Cela revient à dire que la fin ne justifie pas les moyens, ce qui est vrai. Maintenant quand les moyens sont ceux de la propagande grossière, on a de très bonnes raisons d’avoir des doutes sur la fin. C’est vrai sur le Covid où l’on a menti sur les nombres de personnes atteintes, l’efficacité des vaccins, des confinements etc.., c’était vrai pendant la guerre du golfe, le bombardement de Belgrade etc.., c’est vrai tous les jours avec le politiquement correct. L’association du mensonge et de la violence est la source du totalitarisme comme Soljenitsyne l’avait montré à propos du communisme.

    • Une crapule, peut-être, mais démocratiquement élue avec une majorité de 73% des voix, ce qui explique sa popularité et la résistance acharnée des ukrainiens. Une vraie crapule se serait peureusement réfugiée en Pologne, en Allemagne voire en Angleterre.
      On a pu voir bien des repris de justice se comporter héroïquement et mourir au combat durant la guerre de 14.

    • Bien d’accord avec vous: En matière de propagande, le néosoviétisme qui a suivi l’effondrement du communisme soviétique, a égalé sinon dépassé son maître et précurseur totalitaire bolchevique.
      On ne peut pas faire grief à l’Ukraine agressée, humiliée, martyrisée d’essayer timidement de l’imiter avec plus ou moins de bonheur sur ce terrain, c’est de bonne guerre.

  4. A la lecture de la presse locale de l’Ouest, il est possible de voir que de nombreux Ukrainiens et nombreuses Ukrainiennes vivent en France, discrètement.
    Actuellement, ces personnes et d’autres organisent de multiples points de dépôts de matériel pour des soins, des vêtements, couvertures, nourriture, etc qui sont acheminés par des camions jusqu’en Pologne.
    Ainsi, à Combourg une Ukrainienne qui y vit a eu immédiatement l’accord de M. le Curé de la paroisse, et le dépôt se fait au presbytère. Ce n’est qu’un exemple.
    Mais je ne peux oublier les Femen dont personne ne parle plus, les horreurs qu ‘elles ont commises à l ‘église de la Madeleine, leurs diverses profanations, ainsi les cloches de Notre Dame de Paris. Elles ont même perturbé une réunion de Marine Le Pen à l’Opéra.
    Si je me souviens, à peu près, lorsqu’elles ont causé des troubles en Russie, la justice est passée.
    En France, il semble qu’elles ont bénéficié d’une certaine indulgence.
    Il arrive que le Ciel se fâche.
    Evidemment, notre famille participe à l’envoi de biens en Ukraine. Les souffrances des civils sont toujours intolérables.

  5. Effectivement Zelensky, comme beaucoup d’autres, était mouillé dans l’affaire des Pandora Papers.
    Ça écorne l’image du héros.

Publier une réponse