Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture : cinéma

Que Dieu m’y garde : le nouveau film de Patrick Buisson sur sainte Jeanne d’Arc

Que Dieu m’y garde : le nouveau film de Patrick Buisson sur sainte Jeanne d’Arc

Le 13 juin, une projection exceptionnelle aura lieu pour présenter le nouveau film de Patrick Buisson sur la sainte de la patrie. Des auteurs comme Colette Beaune, Jacques Trémolet de Villers, Marine Tertrais etc seront là pour dédicacer leurs livres consacrés à Jeanne. Billet à réserver en ligne ici.

Nous avons interrogé Patrick Buisson :

Qu’apporte de nouveau ce film, par rapport à tous ceux déjà sortis ? Que nous apporte Jeanne dans les temps qui sont les nôtres ? 

Nous avions la main tremblante quand nous avons commencé le tournage  de Que Dieu m’y garde. Elle était plus ferme lorsque nous en avons achevé le montage. Un film participe pleinement du mystère de l’incarnation. Katia Miran qui avait déjà été une Bernadette Soubirous très convaincante à l’écran (Je m’appelle Bernadette) a réussi le prodige de restituer tout l’amour que Jeanne vouait à la lumière, le grand éclat du grand midi, ce mariage si typiquement français du ciel et de la terre. Chaque image, merveilleusement filmée par mon réalisateur Guillaume Laidet, en apporte la démonstration. J’ai la faiblesse de croire que, pour ce qui est de la grâce, Katia a été fidèle à la promesse que porte le titre du film en référence à la célèbre réplique de la Pucelle devant ses juges.

Hormis  Robert Bresson que j’admire par ailleurs  mais qui a signé là son film le moins probant, personne n’avait osé réaliser une transposition filmique du procès de Jeanne. La force de notre film  est, je crois, d’avoir fait de l’image la servante du verbe à la manière des enluminures du Moyen-âge et d’être ainsi parvenu à donner une existence charnelle et corporelle à un livre non écrit, à un livre hors de la littérature que Barrès et bien d’autres après lui ont pu désigner comme le plus émouvant et le plus pur chef d’œuvre  de la langue et de la poésie française.

La langue de Jeanne réalise, en effet, la plus parfaite alliance du naturel et du surnaturel. Personne mieux qu’elle n’aura parlé la langue forte et doulce de Joinville. Personne n’a plus naturellement parlé que Jeanne ce que Laforgue appelait du Français de Christ.

Cette langue de Jeanne aura  servi à exprimer aussi bien le cristal d’une foi mystique qu’ un robuste patriotisme populaire. Elle fût, par excellence, la langue de la sainteté casquée. Elle est aussi , comme l’a écrit Brasillach, la figure la plus accomplie dans l’histoire de la vertu d’insolence, d’une insolence de jeune sainte dont l’ opiniâtreté rieuse de fille de la campagne défie les juges, dont la fougue téméraire de chef de guerre bouscule les lignes ennemies.

En ces temps de soumission, Jeanne nous rappelle qu’il n’ y  a «  grande pitié »   au royaume de France que pour ceux qui se sont résignés à déposer les armes en s’inclinant devant les puissants du jour.      

Partager cet article

1 commentaire

  1. jeanne trahie par les clercs
    l’histoire bégaie encore une fois monsieur Buisson, non?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services