Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Homosexualité : revendication du lobby gay

Quand une secrétaire d’Etat du gouvernement parle de la difficulté de grandir dans une “famille incomplète”

Quand une secrétaire d’Etat du gouvernement parle de la difficulté de grandir dans une “famille incomplète”

Agnès Buzyn a beau jeu de faire semblant de ne pas comprendre l’avis de l’Académie de médecine en confondant “enfant d’une famille monoparentale” où le père existe bel et bien et “enfant délibérément privé de père” du fait de la PMA, elle devarit relire le discours prononcé par Mme Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des armées, en hommage à tous les Morts pour la France, le 11 novembre 2017, dans lequel elle évoque le drame des “familles incomplètes” :

“Victimes indirectes de la guerre, des centaines de milliers d’enfants en portent les séquelles et se retrouvent orphelins. Ils grandiront seuls ou au sein de familles incomplètes marquées à jamais par la perte. C’est pour leur permettre de vivre dignement que l’Etat crée le 27 juillet 1917 le statut de « pupille de la Nation ». Destiné à l’origine aux orphelins de guerre, il est étendu aujourd’hui aux orphelins d’un parent tué en opération militaire extérieure ou lors d’un attentat terroriste.”

Faudra-t-il déclarer à l’avenir “pupille de la nation” les enfants nés de PMA et privés de père ? Analyse de Boulevard Voltaire :

“Ce qui retenait particulièrement l’attention, c’était l’évocation émouvante, à propos des pupilles de la nation, du malheur d’avoir grandi au sein d’une « famille incomplète » (comprendre : privée de père et mari). L’expression était courageuse, comme on l’attend justement d’une personnalité publique, occupant de surcroit des fonctions liées à la défense et aux armées. Du reste – et c’est là que je veux en venir – elle semble pouvoir être étendue bien au-delà des questions strictement militaires. En extrapolant à peine les paroles de la secrétaire d’État, on peut poser la question d’une manière générale : – Qu’est-ce qu’une famille ? Réponse (au garde-à-vous) : – Une famille est soit complète, soit incomplète. Et notez bien qu’une famille incomplète n’est pas une partie de plaisir, ni surtout de désir, mais un mauvais coup du sort (la disparition du père et mari). Une tragédie que l’on peut et qu’il faut surmonter, notamment avec le soutien de la nation. C’est bien là – je reviens au discours de la secrétaire d’État – le sens de la création du statut de pupille de la nation au lendemain de la Grande guerre. Il n’y a pas d’ambiguïté possible, ni de renversement du sens des mots. À ceux qui sont dans le malheur, on apporte un soutien sincère et efficace. Extrapolons de nouveau : à ceux qui font leur propre malheur et celui des autres, faut-il apporter l’expédient de la création sémantique et la fuite en avant législative du soi-disant bonheur pour tous ?

Si la famille monoparentale (sans père et mari) est devenue, pour de nouvelles raisons, un fait social incontournable, elle n’en demeure pas moins, en adoptant la terminologie de la secrétaire d’État, une famille incomplète. C’est pourquoi elle ne saurait être encouragée, considérée comme souhaitable, surtout qu’elle est plus l’antichambre que l’antithèse des familles dites recomposées en tout genre – ou faudrait-il dire “plus-que-complètes” ? Bref une famille est soit complète, soit ne l’est pas. Tout le reste relève du conformisme créatif propre au cinéma français ou au Ministère des familles de triste mémoire. Écoutons la secrétaire d’État aux anciens combattants, rappelons-nous son discours qui fut l’expression d’une vérité naturelle et humaine.”

 

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

4 commentaires

  1. Merci d’avoir retrouvé ce beau discours et de nous le faire connaître. Un argument de plus contre cette loi épouvantable!

  2. Je pense qu’avec de tels propos Mme Geneviève Darrieussecq, comme Mme Agnès Thill, ci-devant député épurée de la Recherche des Emmerdements Majeurs, ne va pas tarder à être “démissionnée” de son poste de secrétaire d’état…
    Ses propos doivent être insupportables aux oreilles de Jean-Louis Aquitaine (je me trompe peut-être de région) et de ses déclarations sur l’absence de droit de l’enfant à avoir un Papa…
    😇😇😇

  3. Il faut croire que, malgré le rideau opaque du politiquement correct et les interdits de nos li-li-bo-bo-bonobos de service, l’élémentaire bon sens et la raison existe quand même dans l’esprit de quelques uns de nos zélites en place !

    Quelques phrases, quelques mots qui font l’effet d’une belle éclaircie au milieu d’un ciel gris et lourd chargé de pensées toutes faites et de dogmes progressistes qui font tant de ravages…

  4. Très inquiétante cette non-compréhension !!!
    Agnès Buzyn devenue Veil puis Lévy n’est-elle pas professeur de médecine ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services