Quand une dessinatrice LGBT compare LMPT aux nazis et au Ku-klux-klan

Une "dessinatrice" LGBT allait régulièrement consulter une psy et s'en trouvait plutôt bien, jusqu'au jour où elle s'est aperçue que la psy en question avait participé aux manifs LMPT. Là, tout bascule : la psychothérapie devient celle de la psy, faite par la dessinatrice LGBT, avec toute l'intolérance la compétence qu'on imagine : 

"[…] Donc, je trouve son nom sur internet associé à la «Manif pour tous», je suis choquée, ces gens sont mon pire cauchemar. Je lui écris. Et elle finit par m’avouer à la séance suivante que oui… Nonnnnnn!!!!!! Je suis choquée, comme chaos sur le ring de boxe. J’y retourne, je veux savoir. Comment est-ce possible? «Si elle fait partie de la “Manif”, ce qui serait invraisemblable, j’arrête!, avais-je dit à ma sœur. C’est comme être juif et être en face d’un nazi, ou être noir et être en face du Ku Klux Klan.»[…]

Ka-2

Je ne suis pas partie tout de suite parce que je voulais comprendre comment j’avais pu me tromper à ce point, comment on pouvait penser aussi faux et avoir l’air aussi normal, avoir une éducation. J’ai aussi voulu qu’elle essaie de comprendre, de se mettre à ma place, j’ai voulu croire qu’elle pourrait se rendre compte qu’elle pensait faux.[…]"

Et voilà, nous y sommes : "ils" sont dogmatiques au point de ne pas pouvoir imaginer qu'on puisse penser différemment d'eux et "avoir l'air normal". Pour "eux", oser nier la réalité du "mariage" de même sexe n'est pas le fait de quelqu'un de "normal". Diaboliser l'ennemi, l'assimiler à tout ce qui est socialement acquis comme inacceptable (les nazis, le Ku klux klan), on reconnaît le procédé de désinformation qui a fait ses preuves. N'ayant pas beaucoup d'imagination, "ils" recourent toujours aux mêmes artifices. Pourraient-"ils" avoir, ne serait-ce qu'une fois, l'honnêteté intellectuelle de se demander si ce n'est pas eux qui "pensent faux" ?

Laisser un commentaire