Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Quand l’Institut pour la Justice “découvre” la dérive de notre système judiciaire…

Logo_bleu2L’Institut pour la Justice, dont le président du Comité d’Organisation est le colonel Philippe Schmitt (le père d’Anne-Lorraine, assassinée dans le RER le 25 novembre 2007), a lancé en juillet dernier un référendum sur la justice (ici).

Le but de ce référendum est de recueillir des milliers voire des millions de réponses pour alerter les politiques et faire évoluer le système judiciaire afin de " mettre fin à la manière irresponsable dont on traite aujourd’hui les criminels dans notre pays".

Dans une lettre jointe au questionnaire et envoyée en septembre, Philippe Schmitt écrit :

"Ces réponses seront adressées aux médias, aux parmementaires et à Nicolas Sarkozy. Il nous a déjà reçu, mais nous voulons pouvoir revenir avec 500 000, 1 000 000 ou même, si c’est possible, 5 000 000 de référendums (…)

(…) avant la mort de ma fille Anne-Lorraine, je ne m’étais moi-même pas du tout aperçu de cette dérive de notre système judiciaire. Aujourd’hui, je réalise les conséquences aveugles de ces peines, qui ont entraîné tant de tragédies qui auraient du être évitées (…)"

Ces propos sont particulièrement étonnants de la part d’un officier supérieur ayant eu des responsabilités lourdes au sein de l’Armée de Terre notamment dans le domaine de la communication. Ces propos sont révélateurs d’un manque de connaissance de la réalité de la part de nos élites, catholiques en particulier. Qui peut en toute bonne foi dire qu’il ne savait pas ?

Il serait temps pour certains catholiques de bonne volonté d’élargir leurs sources d’informations. Combien de fois, en 25 ans d’existence, le quotidien Présent a-t-il évoqué ce genre de dérives, combien de fois ce sujet a-t-il été évoqué sur Radio Courtoisie, combien de fois des journaux comme Minute ou National Hebdo ont-ils traité ces scandales ? Des milliers de fois !

Il serait temps aussi pour certains catholiques de reconnaître que ce problème, qui doit se traiter au niveau politique, a été dénoncé depuis trente ans par la droite nationale et le Front National en particulier. Que les propositions de ce parti ne soient pas partagées par certains relève de la liberté démocratique mais dire qu’on ne savait pas relève soit de la naïveté soit de la malhonnêteté intellectuelle !

On pourra sans doute appliquer le même raisonnement à la montée de l’islamisme en Europe et en France en particulier. Certains diront qu’ils ne s’étaient pas rendus compte mais il sera alors trop tard !

Philippe Carhon   

Partager cet article

11 commentaires

  1. Je salue d’autant plus votre analyse que j’avais écrit un commentaire dans ce sens sur le SB il y a un certain temps. A ma grande surprise mon commentaire était passé ! Il y a un réel Ralliement des catholiques BCBG à un certain esprit du moment. Sous couvert de devoir d’état ces gens se retranchent derrière l’obligation de nourrir femme et enfants pour participer de tout coeur (?) au lynchage de gens qu’on fait passer pour les pires extrémistes. Pourtant ces “extrémistes” ont les mêmes idées que les BCBG cathos, voire sont moins virulents en privé, mais ose s’affirmer en public. Ainsi des anti racistes mondains catholiques de droite et bons serviteurs de l’état approuvant les législations les plus idiotes n’hésitent pas à avoir des discours fondamentalement racistes en privé ! Mensonges, aveuglement, mépris pour les gens habitants en banlieue (de toutes origines) car ils ont soi disant moins bien réussi (“mais que font ses parents ?”) ? On pourrait de même écrire l’histoire des membres de l’état major s’enthousiassmant à la lecture de VA le dimanche après un spectacle au Puy du Fou et approuvant les conclusions du Monde sur de nombreux sujets (tous ?) le restant de la semaine. Tout le monde peut se tromper mais ces gens font souvent preuves envers la Droite d’un mépris dont ils épargnent la gauche. Comme le montre la tragique aggression d’A-L plus personne n’est à l’abri. Ni la discrimination positive (négative pour les autres), ni l’extrême gauche, ni les aggresseurs ne leur laisseront de répit. Et les coups pourront venir de leurs propres enfants car Marie Ségolène et très très loin d’être un cas isolé, et certains dérivent plus loin à gauche.

  2. je trouve très déplacés et choquants les propos de Philippe Carhon ainsi que le post qui suit. Faire la leçon, en des termes assez méprisants, à quelqu’un qui qui a ainsi souffert, me paraît relever aussi bien du manque de charité élémentaire que du simplisme. Je suis désolé, tout le monde n’est pas obligé de lire Présent, d’écouter Radio-Courtoisie, ou d’adhérer à la droite nationale pour forger son jugement sur la question.
    Et quoi qu’on en pense sur le fond, je pense au contraire que sur la forme le colonel Schmitt a raison en terme de communication : pour être crédible et toucher les gens, il est préférable d’apparaitre comme quelqu’un qui découvre une situation à la faveur des faits plutôt que comme quelqu’un qui est tributaire d’un courant idéologique.
    Ne serait-il pas plus nécessaire de soutenir ce projet quitte à en apporter des correctifs, plutôt que d’en ridiculiser son auteur ?
    Encore une fois et quoiqu’on en pense sur le fond, de la démission et du manque de courage d’une certaine droite catholique “bien pensante”, insensible à la réalité, il est choquant d’assimiler ipso facto le colonel Schmitt dans ce travers alors même qu’il essaie comme il le peut et avec les moyens dont il dispose de se battre en hommage à sa fille.
    (…)
    (En effet, nul n’est obligé ni de lire Présent ni d’écouter Radio Courtoisie. Et je ne demande en aucun cas d’adhérer aux idées de la droite nationale.
    Mais on ne peut pas prétendre que ce scandale n’était pas connu. Même en termes de communication, ce n’est pas crédible.
    Je conçois que mes propos peuvent choquer et je ne cherche pas à faire la leçon. Mais Philippe Schmitt écrit lui-même dans cette lettre que 10 mois ont passé. Je pense que lorsqu’on inscrit dans une action publique, il faut savoir aussi accepter les critiques.
    Le Salon Beige a soutenu la famille d’Anne-Lorraine au moment du drame. Mon post s’inscrit dans le débat sur l’attitude des catholiques face au politiquement correct.
    C’est un coup de gueule, je le reconnais et je m’y autorise.
    Philippe Carhon)

  3. La principale caractéristique de nos contemporains (y compris de nos gouvernants) est le déni de réalité.
    Par idéologie progressiste “rousseauiste”, par panurgisme, par manque de culture historique, par paresse… ils ne veulent voir ni le monde tel qu’il est, ni la conséquence de leurs actes.
    Effectivement, certains catholiques et nombre de prêtres ne sont malheureusement pas étrangers à cet aveuglement (d’ailleurs sélectif).
    Une des causes principales d’un mauvais “principe de réalité”, comme disent les “psy”, est une image paternelle déficiente. Vu la place de plus en plus évanescente du père dans nombre de “familles”, et son manque d’autorité, on peut prédire que ça ne va pas s’arranger, sauf miracle, ou “coup dur” ouvrant les yeux de ceux qui en sont encore capables de le faire.

  4. Tout à fait d’accord avec Philippe Carhon.Et pas du tout d’accord avec ceux qui voudraient nous faire croire que c’est avec ceux qui sont la cause principale de toutes ces dérives qu’il faut chercher une solution.Car bien evidemment ils n’ont et n’auront jamais le courage politique de modifier ce qu’ils ont entretenu pendant des décennies.Demandez ce qu’il en pense au docteur qui s’est lançé dans la politique dans les années 80 suite au meurtre de son fils pour “empêcher qu’un tel drame se reproduise” et qui est maintenant un paisible conseiller municipal UMP en charge de la délinquance.Et on voudrait nous empêcher un coup de gueule au nom de quel principe?
    Triste époque…

  5. Il faut reconnaître que les limites de notre “justice” ont été pointées du doigt par Nicolas Sarkozy lorsqu’il étit ministre de l’Intérieur et candidat.
    On attend toujours, de même que les habitants de la Courneuve attendent toujours le karcher qui leur avait été promis à la même époque.
    (Vous abordez le bon problème : il faut arrêter de mettre l’état actuel de la France sur le dos exclusif de Mitterrand et de la gauche. Faites le compte des années de pouvoir de la “droite” depuis 1981….
    Philippe Carhon)

  6. Plus qu’un aveu d’ignorance ou d’aveuglement il s’agit surtout dans ce courrier de l’Institut pour la justice d’un artifice rhétorique commun à toutes les lettres de levée de fond.
    On peut le déplorer, soit.
    Il y aura ainsi quelques personnes à critiquer son aveuglement passé. Mais la plupart des destinataires de son mailing s’identifieront à son récit et soutiendront l’Institut pour la justice, qui obtiendra ainsi les fonds nécessaires à son action efficace.
    Il aurait pu employer la même argumentation que le FN : “ça fait trente ans qu’on vous le dit !” Et il aurait récolté la même efficacité…
    “Voici que moi, je vous envoie comme les brebis au milieu des loups; soyez donc rusés comme les serpents et candides comme les colombes.”
    Mat. 10, 16
    (Très bien mais que faire de cet argent : convaincre des hommes politiques qui sont responsables depuis trente ans de ces dérives et de leur demander de faire un mea culpa publique ? La dérive de la justice ne pourra être corrigée que par des lois et pour voter des lois, il faut des députés qui ne sont pas coresponsables du désastre actuel ! CQFD
    Philippe Carhon)

  7. @Philippe Carhon
    “La dérive de la justice ne pourra être corrigée que par des lois et pour voter des lois, il faut des députés qui ne sont pas coresponsables du désastre actuel ! CQFD”
    Pas si sûr. Nos députés ont largement montré qu’ils sont plus sensibles à l’opinion publique qu’aux arguments de la simple raison. Il faut donc retourner l’opinion publique sur ce sujet. Et nos députés, les mêmes que depuis 30 ans, retourneront leur veste et voteront les lois correctrices que le peuple exigera. Point n’est besoin de députés vertueux.
    Vous me trouvez cynique ? c’est possible, mais on n’en sort pas : “soyez donc rusés comme les serpents et candides comme les colombes”

  8. Je réagis au post de Benoit D pour préciser que je n’avais pas l’intention de ridiculiser qui que ce soit mais nous ne sommes plus dans des réflexions d’opinion ou de mèthodes. Pour reprendre un argument venu de la gauche “si cette jeune fille n’avait pas été fille de militaire les médias n’aurait parlé de rien”. Sous entendu : ces choses arrivent souvent, dans le plus grand silence et aussi celui du père d’AL qui malgré ses fonctions et ses convictions (“Le rôle social de l’officier” ?) ne se rendait compte de rien de son propre aveu. Certains cathos se vantant de former une élite auraient dû tirer la sonnette d’alarme, au moins “par charité politique” comme le disait Ph d V qui a ré introduit cette thématique en politique.
    Maintenant si mon post vous a choqué je vous invite à parler de ce fait avec des gens BCBG “ségoliens” de gauche, en vous intégrant à eux vous les entendrez parodier sans hésiter les mères de familles versaillaises genre Lequesnoy en disant “AL violée et assassinée en banlieue : mais que faisait elle donc là ?”. Mais peut être ignorez vous cette réalité ? Et ca ce nest pas de la critique, c’est de la moquerie pure, “l’esprit Mortemart” comme on dit chez les cathos cultivés qui ont le sens de la formule.

  9. TRAHOIR a le sens de l’observation, et il a décrit le catholique conservateur avec une grande justesse : ce sont des modérés, mais qui ont choisi d’être modérément passionnés, plutôt que passionnément modérés.
    Car ils craignent toute passion véritable : elle peut parfois faire oublier l’accessoire mondain au profit de la rectitude de la conduite par rapport à la foi. D’où ces excès verbaux privés des dîners du W-E, qui servent de justification aux abandons du reste de la semaine. Comme le fait dire Pagnol à un de ses personnages dans Topaze, il faut toujours écouter la voix de sa con……
    cierge.

  10. Pour info, Philippe Schmitt s’exprime dans un entretien exclusif :
    http://institutpourlajustice.blogspot.com/2008/10/entretien-avec-philippe-schmitt.html

  11. Merci Pascal G,
    J’ai peut être manqué de mesure dans l’expression de ma pensée ce qui a choqué certains lecteurs ce qui n’était pas le but premier, néanmoins cette forme excessive voulait faire passer un fond que vous partagez (certainement du vécu !). Ces critiques semblent stèriles à certains, en plus d’être inconvenantes, pourtant elles sont la marque de fabrique (et de fabrique de l’échec) de tout un milieu….que nous fréquentons et avec lequel nous votons. Et perdons.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services