Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société

Quand les bouffons s’emparent du service public

Hier soir la Twittosphère était en ébullition à cause d'une blague pas drôle du bouffon commercial auto-sacré Nicolas Bedos, qui avait soi-disant écrit un livre (rien que ça aurait dû mettre la puce à l'oreille des téléspectateurs : on doute qu'il soit capable d'écrire un livre), un livre donc, dans lequel il exposait ses amours avec Valérie Trierweiler, qui était alors locataire – imposée au contribuable - à l'Elysée puisque "en ménage" avec le président. On se tord de rire. Cette grosse farce à laquelle s'est prêtée la journaliste de service a quand même occupé 30 minutes d'une émission financée par nos impôts.

On aurait pu s'exclamer avec indignation que "la femme de César ne doit pas être soupçonnée", oui mais voilà. César étant ce qu'il est, et sa "femme" n'étant pas sa femme, César s'est mis dans le cas

  1. de voir sortir "Merci pour ce moment", qui n'a pas arrangé sa cote de popularité déjà au plus bas
  2. de voir le premier bouffon venu se payer sa tête avec la complicité de la télévision publique.

César ipse s'est paraît-il fendu d'un coup de fil à l'amuseur public ce matin, ce qui en dit long sur le sens de la dignité dudit César.

Et le CSA s'est emparé de l'affaire : on suppose que Bedos va juste se prendre un très léger coup de règle sur les doigts, le CSA réservant sa capacité d'indignation à "Dear future Mum". Puisqu'on est dans un registre romain, il nous reste juste à soupirer "ô tempora, ô mores" … et à envisager très sérieusement de refuser de payer la redevance audiovisuelle.

Partager cet article

9 commentaires

  1. Hollande devient presque sympathique à côté de ce bouffon menteur qu’est Bedos.

  2. Parce que vous payez la redevance télé, vous?

  3. pour refuser de la payer, il suffit de n’avoir pas de téléviseur.
    facile !

  4. Guy BEDOS n’a fait rire qu’à ses débuts, au commencement des années 60 il y a un bon demi-siècle. Mais au moins il a fait rire.
    Nicolas BEDOS, « fils de » a sauté la première étape, le début de carrière !

  5. Odieux, ce Bedos ! A peine pire que son père…

  6. Je n’ai jamais compris l’engouement des politiques et des merdias pour ces deux bouffons père et fils, que je trouve aussi nuls et aussi horripilants l’un que l’autre.
    Est-ce que j’ai une case qui me manque dans la zone humour de mon cerveau, ou est-ce qu’ils volent si bas que je n’arrive pas à me mettre à leur hauteur ? Rassurez-moi !

  7. tel père tel fils! les 2 dans la poubelle!
    sans intérêt donc!

  8. Le bruit d’une télé qui s’écrase sur le trottoir est très doux aux oreilles de l’Eternel.

  9. Il n’est pas farfelu de penser à refuser la taxe TV quand on pense à ce qui nous est proposé: des rediffusions en veux-tu en voilà.
    Peut -être faudrait-il se contenter d’envoyer la photocopie de l’année précédente. Ce serait justice.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services