Bannière Salon Beige

Partager cet article

Médias : Désinformation

Quand le journal La Croix s’indigne…

Quand le journal La Croix s’indigne…

Une tribune de Marion Duvauchel :

La chronique de Bruno Frappat dans le journal La Croix ne vaut pas un bon passage du Gorgias ou du Tractatus philosophicus, mais l’exercice peut donner à nos lycéens, qui ont une épreuve d’explication de texte au baccalauréat de philosophie, une certaine idée de la pertinence de l’exercice.

Le 21 novembre dernier (2018) Bruno Frappat ne s’en remet pas du traitement médiatique des Gilets jaunes, en particulier de l’image en boucle, sur les chaînes de télévision, d’une « petite bonne femme » répétant qu’on aurait sa peau. Celle d’Emmanuel Macron, on l’a compris. Ça l’horrifie qu’une « chaleureuse grand-mère  – comme on en voit sur le marchés – puisse proférer pareille horreur. Il a sans doute oublié le projet clairement formulé du président Sarkozy de voir un homme politique qu’il haïssait particulièrement « pendue à un croc de boucher ». C’était autrement plus violent, autrement plus gratuit, et ça n’a pas suscité l’indignation de la presse catholique. Il paraît que les mots, répétés à l’infini, ressassés, hurlés à tous les carrefours peuvent finir par anéantir. Ça se saurait : la violence s’étale sur les chaînes, nos enfants sont matraqués de slogans pour acheter tout un tas de choses inutiles, le rap n’est jamais qu’un matraquage rythmique sur des paroles le plus souvent violentes. Où a t-on vu que le journal la Croix se soit indigné ? Bon, on n’est pas des fleurs de serre, on est sacrément entraînés à la violence télévisuelle, à la propagande médiatique, au déferlement d’érotisme gratuit dans le moindre feuilleton télévisé et on se remettra sans trop de peine de quelques slogans un peu teigneux. Ajoutons que la propagande des médias peut finir par débiliter la raison mais que ça ne trouble personne.

Bruno Frappat a vu l’adaptation cinématographique tout à fait remarquable de Germinal : « toute foule haineuse est bête et finit par devenir moche quand, la bave aux lèvres, elle ne contrôle plus ce qu’elle lance dans le vent d’automne.

Mais enfin, euh, vous avez-vu des gens la bave aux lèvres vous ?

Le 21 novembre, lorsque Bruno Frappat rédige sa chronique indignée, il y avait des gens très en colère, qui réclamait la démission du Président. Et pourquoi pas sa tête en haut d’une pique, aux Tuileries?Avec celle de sa femme par la même occasionCe sont les génitoires que les femmes portent au bout d’une pique dans la scène d’anthologie qu’imagine Zola : ça indigne Bruno Frappat qu’on puisse vouloir la peau de la femme du chef de l’Etat, mais enfin, personne n’a jamais réclamé la peau de Mme Macron. Pas même la « petite bonne femme » en question. Elle, elle voulait la peau du Président, elle est cohérente, et j’ai la faiblesse de croire que c’était une métonymie, sans grande élégance il est vrai. Mais je suis d’accord que ce mouvement a singulièrement manqué de classe. C’est un problème ?

Il y a une haine profonde de la multitude dans cette chronique du journal catholique. C’est dit sans ambiguïté :  « toute foule est méchante et elle est bête ce que manifestent les slogans simplistes qu’elle fait entendre quand elle bat le pavé devant ses braseros. Bruno Frappat a lu la presse, qui avait alors parlé de jacquerie. « Elles étaient atroces » écrit-il, et on sent combien c’est ressenti. Oh oui, elles étaient atroces, elles étaient à la mesure de la misère du peuple. Et cela a conduit à une Révolution que nous célébrons encore.

On a pourtant vanté le rôle et le poids de ces réseaux sociaux pendant les Printemps arabes, ces réseaux qui auraient largement contribué à la chute de régimes néfastes. Mais pour ce qui concerne notre printemps jaune fluo à nous, cette « jacquerie moderne » se passe « dans le champ de la communication chaotique où tous les mots sont permis. Un mot est lancé, une rumeur sans fondement et le feu prend à la plaine ». Pour une communication chaotique, elle était plutôt efficace. Les gilets jaunes réussissaient à se retrouver, à s’organiser, et dans toute la France, aux ronds points, aux entrées d’autoroutes…

Ce qui a été lancé, ce n’est pas une rumeur sans fondement, mais l’expression d’un refus. Une jeune femme du prénom de Priscilla, au français aussi élégant que son prénom, (gageons que pas mal de petites filles vont le porter dans quelques années) exprimait ses doléances.  Elle disait simplement : refusons, refusons de payer davantage.

Et en effet, le feu a pris. Le feu de l’aspiration de la multitude à des conditions d’existence meilleures. Et surtout son refus de contribuer à se laisser écraser d’impôts au nom d’idéologies mondialistes. Ce feu n’a pas été allumé au départ par une foule méchante, teigneuse et bête, mais par des Français écrasés d’impôts comme l’était le Tiers Etat.

Vous vous souvenez ? Le Clergé, la Noblesse et ce fameux Tiers Etat, autrement dit tous ceux qui n’appartenaient pas à l’un ou l’autre de ces ordres et qui portait sur son dos les deux autres. Les Gilets jaunes, c’est notre nouveau Tiers Etat. Il porte deux « ordres » nouveaux : les « bobos » et leurs serviteurs, le plus souvent immigrés (les chauffeurs de taxis Huber, les femmes de ménage, les baby sitters…). M. Charles Gave a dans une vidéo, proposé une analyse plus que pertinente de cette structuration nouvelle. Comme le Tiers Etat de 1789, le nôtre paie des taxes disproportionnées par rapport aux deux autres, et surtout par rapport aux moyens dont il dispose. Il finance aussi accessoirement, une presse subventionnée, dont le journal La Croix fait partie.

Personne n’était préparé à affronter cette fronde soudaine, son verbe violent et pathétique ni sa pagaille organisationnelle etle caractère aléatoire de ses revendications changeant au gré des jours et des barrages.

Allons donc. La raideur toute prussienne d’un premier ministre « droit dans ses bottes » a raidi une foule exaspérée. Personne n’était préparé… Non, en effet, pour cause de cécité, d’aveuglement, de ce mépris et de cette arrogance, hyperbolique dans la personne d’Emmanuel Macron, mais largement partagée par toute une classe politique.

Il faut relire ces derniers mots de cette inénarrable chronique pour mesurer l’insondable mépris qu’éprouve M. Frappat devant cette « fronde » : son verbe violent et pathétique et sa pagaille organisationnelle.

Les revendications des Gilets jaunes étaient disparates, changeantes en effet, dame, ce tiers Etat, c’est tout ce qui n’entre pas dans les deux autres, ça en fait de la diversité. Mais trois demandes claires avaient très vite émergé : le rétablissement de l’ISF, l’augmentation du pouvoir d’achat, et la démission de M. Macron, exprimée parfois dans des termes dénués de toute élégance. Ces hommes se sont organisés, dans le froid, la fatigue, en même temps, rappelons-le, qu’ils continuaient de travailler.

Où a t-on vu une information assénant sans interruption le discours larmoyant ou violent des gilets jaunes. L’information a été disparate, comme le mouvement. Il y a eu des plateaux télévisés continus au plus fort de l’insurrection, avec des empoignades dignes du temps de Michel Pollack. Tout cela, paraît-il aurait indisposé et lassé « le mieux disposé des nantis qui, la veille, ne soupçonnait pas ou ne voulait pas voir, les plaies du temps répandues dans toutes les provinces ».

Frappat parle sans doute de lui.

Quant à couper les têtes des riches et des « Parisiens » honnis, responsables de tout ce qui dysfonctionne dans ce pays, franchement, on n’est pas dans Germinal. Une fort jolie chanson circule sur les réseaux sociaux : « Les gueux », sur la musique de la superbe chanson de Daniel Guichard, « Mon vieux », illustrée de vidéos de cette plèbe qui réclame la bave aux lèvres la peau de Macron. C’est plutôt pacifique, bon enfant, et même, c’est beau et émouvant. C’est un montage. Et alors ? Ce n’est pas ce que fait la presse en général ?

Ça s’est gâté. Oui. A cause de qui ? Mais des casseurs venus des banlieues, du silence obstiné du Président, de la sidération d’une classe politique qui n’a rien compris, d’une presse qui a d’abord refusé de reconnaître ce mouvement pour ce qu’il est : une immense requête de justice, et qui ensuite, a construit l’habituelle glose sur les plateaux télés et le bavardage insensé qui tient lieu d’information.

La violence est venue après, parce qu’on y a acculé une partie de ces hommes rassasiés d’iniquités. Ils ne la souhaitaient pas, elle leur a porté préjudice.

Cette violence fait surtout honte à tous ceux qui en sont les premiers responsables.

Parmi lesquels ce nanti le mieux disposé qu’est M. Frappat.

Vous savez le rôle que le Salon Beige joue chaque jour dans la lutte contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme; vous connaissez notre pugnacité à combattre chaque jour contre l’avortement, l’euthanasie, le mariage pour tous, la PMA, la GPA et toutes les dérives libertaires.

Le Salon Beige ne remplace pas votre rôle dans ces combats, il les facilite, les accompagne et les stimule<;

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

15 commentaires

  1. cet article est magnifique et ce Mr Frappat fait bien partie de cette faune parisienne bobo gaucho qui se vautre et se gamberge à longueur de journée profitant des taxes multiples et variées qu’un pouvoir déliquescent a rendues insupportables à tous ces petits travailleurs. Mr Frappat , on vous retire les subventions qui sont un véritable racket pour ceux qui triment dur, et vous allez pointer à l’ANPE, ce qui vous ferait réfléchir et vous ferait le plus grand bien. Quant à micron qu’il dégage au plus vite ainsi que sa cougar. A elle seule elle englouti le 10° de ce que l’état doit aux policiers pour leurs heures supplémentaires. A-t-elle besoin d’argent? qu’elle aille travailler si ça retraite ne lui suffit pas , c’est ce que je fais à 72 ans ou qu’elle dégage, a-t-elle besoin de sacs Vuitton et autres colifichet, est-ce que nous gens du peuple avons besoin de tout ça? Non qu’elle donne l’exemple ou qu’elle dégage

  2. Récemment j’ai été contacté par la Croix pour une offre d’abonnement.
    J’ai répondu que je ne lisais pas ce journal car je n’étais pas d’accord avec sa ligne éditoriale : stupeur de mon interlocutrice qui, à mon avis, était persuadée que tous les Catho meurent d’envie de lire la Croix et son en phase avec les éditoriaux de Monsieur Frappa. En a t elle retiré quelque chose ?.

    • Pour moi je me suis vu proposer un exemplaire gratuit à l’entrée du salon Histoire de lire à Versailles les 1er et 2 décembre. J’ai décliné l’offre, le stock de papier-toilette étant suffisant à la maison et aucun feu de camp scout n’étant imminent.
      Il y en avait des piles, et ce journal faisait peut-être office de mécène dans cette manifestation par ailleurs très intéressante.
      Cela est en tout cas tout à fait dans la ligne molle de Mazières et Bellamy de promouvoir dans leur mairie un journal qui fait l’apologie de l’avortement.

  3. Comment pouvez-vous qualifier dans cet article « La Croix » de journal catholique ?
    Il s’agit sans doute d’une erreur de plume.
    Il faut lire « socialiste » !

  4. Bruno Frappat, à l’image de la rédaction de son journal si peu catholique, fait partie de ces “nantis hors-sol” parisiens qui n’ont jamais compris, qui ne comprennent toujours pas, et qui ne comprendront jamais la colère du peuple français qui couve depuis plusieurs décennies !

    Ne connaissant pas personnellement M. Frappat, je ne peux pas me permettre de le considérer comme un imbécile, mais j’ai le droit de penser que ses neurones poissent sérieusement…

    Ou bien comme il est écrit dans le Livre des Psaumes : “Occulos habeunt Domine, et non videunt…” Ils ont des yeux, Seigneur, et ils ne voient pas… quand au discours de cette petite retraitée en colère qui a tant choqué M. Frappat, je lui consille, là encore, de relire le NT cette fois, quand le Christ nous prévient : “Que ceux qui ont des oreilles entendent !”

  5. Magnifique texte.

  6. Marion Duvauchel 1 / Bruno Frappat 0

  7. “la démission de M. Macron,” non seulement il devrait démissionner mais il devrait être traduit devant un tribunal pour haute trahison, et je suis gentil, puisqu’il signe des pactes sans en référer à son peuple, le Peuple Français, qu’il ne peut souffrir d’ailleurs. Quant à La Croix, ce journal est à mettre maintenant dans le même sac que L’Immonde et Libation (entre autres), tous ces journaux qui ne vivent que grâce aux subventions payées par les contribuables. S’ils ne les avaient pas, peut être feraient-ils un travail honnête et objectif, plutôt que la propagande étatique, ce qui n’est pas le cas, ou ils disparaîtraient, pourquoi pas. On ne peut faire ce travail que lorsque l’on est “libre”, sans “propriétaire”, ce qui n’est pas le cas.

  8. Quand on lit l’article de Frappat on est frappé par sa propre colère à lui.
    L’épicier Frappat accuse les gilets jaunes de salir la soupe avec leurs sabots bouseux et surtout leurs menaces. Sa belle soupe consensuelle qu’il sert à ses lecteurs naïfs.
    Pas content Frappat de ces ploucs qui menacent.
    Pas content Frappat de ces gens de rien qui témoignent et qu’on peut pas contredire avec une petite phrase prétentieuse !
    Je suggère à Frappat de partir faire une retraite spirituelle et de réfléchir vraiment sur sa propre responsabilité dans l’avènement de ce mouvement des GJ… Et puis d’arrêter de psychoter sur une brave dame qui parle avec son cœur et pas avec les formules de moralistes macroniens.

    • Tout à fait d’accord, Serge, et vous avez bien compris ce qui se tapit sous la colère ridicule de ce M.Frappat… Ce monsieur et ses amis bobos parisiens de la nomenklatura devraient être obligés de passer quelques mois dans une sympathique HLM de la banlieue parisienne… De quoi tomber de son armoire et prendre dans le nez le choc de la réalité…

  9. Moi aussi après avoir reçu un abonnement gratuit pour quelques semaines, j’ai été contacté par la Croix.
    N’étant pas – comme BASSE- d’accord du tout avec sa ligne éditoriale, j’ai décliné l’offre et mon interlocutrice semblait en effet étonnée d’un tel manque de discernement.
    Mais si l’abonnement gratuit m’est à nouveau obtenu par un ami qui croit ainsi me vouloir du bien, je me garderai bien de le refuser : mon épouse faisait les mots croisés et nous manquons régulièrement de papier journal pour emballer légumes et poissons.

    • J’étais abonnée à La Croix WE et quand j’ai reçu un coup de fil d’incitation au renouvellement, j’ai refusé de le faire en raison de la dérive bobo-gaucho de ce journal… à la surprise de mon interlocutrice. Je constate donc que je n’étais pas la seule…

  10. Mais qui peut encore lire “la croix” ? “journal à grand tirage ? Très bien pour allume le feu” (Coluche)

  11. la trahison des zélites… cf l’évêque cauchon vs jeanne d’arc!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services