Quand la gauche militait (militera ?) pour la pédophilie

Beaucoup de vrai dans cet article futuriste :

"Mardi 15 août 2028. La présidente Belkacem a tenu bon. Malgré
l’ignoble campagne des lobbys conservateurs et de l’extrême droite, la
loi sur la « dépénalisation citoyenne » de la pédophilie a été
votée par décret
. L’immense manif du 10 mai dernie […] n’aura
donc servi à rien. Les relations d’un adulte avec un mineur de moins de
quinze ans ne relèveront plus du code pénal « si il y a consentement »
dit l’article 1er. Le lobby pédophile, dont les représentants était
reçus la semaine dernière à l’Élysée, attendait cette loi depuis si
longtemps !

« Jadis, comme l’homosexualité, a rappelé la présidente, la
pédophilie fut considérée comme une maladie, comme une déviance. Une
minorité était discriminée dans l’ombre de la République, ce n’était
plus acceptable. »

Dans les années 1970 et 1980 du siècle précédent, le tabou aurait pu
tomber, et il n’était pas rare à l’époque, de voir certaines
personnalités
prôner « l’amour avec les enfants » sur les plateaux télé.

Des romanciers, tel Gabriel Matzneff, des philosophes, tel Michel Foucault, prenaient la défense des pratiques sexuelles « périphériques » contre la « répression ». Un vent de liberté soufflait alors, dans le sillage de Mai 68 : dans le défunt quotidien Libération,
on pouvait lire des articles particulièrement audacieux dans lesquels
de courageux militants décrivaient avec faste leurs passions enfantines.
« Ce furent des années de résistance héroïques, où nous sortions de la clandestinité » se remémore Simon, un ancien du FLIP (Front de Libération des Pédophiles, fondé en 1977). […]"

A l'exception du 1er paragraphe et de la citation qui suit, tout est authentique (pour rappel voir ici, ici).

14 réflexions au sujet de « Quand la gauche militait (militera ?) pour la pédophilie »

  1. jejomau

    il parait même qu’un rapport souligne le fait qu’un “prêtre homosexuel présente 52 fois de risques supplémentaires qu’un prêtre hétérosexuel d’agresser un enfant ou un jeune”
    Et les homos tout court, qui ne sont pas prêtres, c’est vrai aussi, non ?
    à lire : http://leblogdejeannesmits.blogspot.fr/search?q=homosexualit%C3%A9+et+p%C3%A9dophilie
    et à faire circuler à qui de droit ici : http://www.elysee.fr/ecrire/ et à vos députés pour qu’ils réalisent toute l’horreur de ce qu’ils vont accomplir : http://www.assemblee-nationale.fr/qui/xml/liste_alpha.asp?legislature=14
    .. Et surtout que la Droite dissolve “Gaylib” qui soutient la Loi Taubira sur le pseudo-mariage. Quelle honte !

  2. PK

    Attention à ne pas tout mélanger : une perversion – quand elle s’applique à quelqu’un de gauche – est une qualité et il faut l’encourager. Quand elle s’applique à un catholique, il faut le pendre (au moins médiatiquement… quoiqu’en forçant un peu la note, on reviendra sans doute dans un mode d’exception de l’emploi de la Faucheuse pour ces gens peu recommandables…).
    Vous devriez un peu mieux apprendre le manuel du bon citoyen de la République française !

  3. Réginald de Chutney

    Cette projection dans un avenir hypothétique est une anticipation crédible dans la mesure où elle pousse jusqu’au bout la logique des promoteurs du “mariage pour tous”. Mus en effet par la conviction que l’achèvement de l’homme se situe dans la conquête de l’égalité, ceux-ci peuvent écrire : “cette ouverture du droit [au mariage] est un message fort de tolérance envoyé à toute la société. Il dépasse les couples homosexuels […] pour se convertir en une norme de respect vis-à-vis de l’orientation sexuelle des citoyens de façon générale.” (José Luis Zapatero dans Le Monde du 4 décembre : Grâce au mariage pour tous, la République française sera plus républicaine).
    Aussi, et bien que cette anticipation paraisse iconoclaste, pourrait-on invariablement l’élargir aux polygames, en fin de compte eux aussi tout aussi injustement discriminés, parce que ne pouvant voir leurs unions librement consenties reconnues par la République.
    M. Zapatero invoque encore le sens de l’Histoire qui ménerait à un “idéal particulièrement chéri des peuple : l’égale dignité de tous les êtres humains.” Voyons-y de plus près : promouvoir le respect de l’orientation sexuelle de chacun, c’est légitimer aveuglement la péderastie et des unions multiples. En réalité, ce n’est pas un progrès vers lequel nous allons, mais vers une régression de près de 2000 ans.
    Fiction n’est pas raison, mais elle permet par l’image, comme la parabole, d’en tirer des leçons.

  4. sarimares

    Ce qui nous sauve, c’est que Mme TAUBIRA s’apprête à voter cette loi “avec dignité” !
    Il n’y aura pas que la pédophilie à être dépénalisée, il y aura la polygamie, la polyandrie, l’inceste et la zoophilie. Après tout, et au rythme de décadence accélérée de l’Occident post-chrétien, cela n’est pas étonnant. Ce n’est que lorsque le monde aura achevé sa destruction dans tous les sens du termes que son jugement interviendra.

  5. Rchouma

    A rabacher et rabacher sur tous les forums.
    afin que les gens, les libres penseurs libertaires et pas seulement, cessent un peu d’agiter leur hypocrite hochet sur les cas de pédophilie malheureusement rencontrés dans l’Eglise.

Laisser un commentaire