Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / Médias : Désinformation

Quand La Croix part en croisade contre la liberté religieuse, au nom de l’avortement

Quand La Croix part en croisade contre la liberté religieuse, au nom de l’avortement

D’un de nos lecteurs, Thomas Jane :

Croisade, donc, de La Croix contre la liberté religieuse, au nom de l’avortement, et des LGBTIQ.

Un catholique peut-il encore payer La Croix ? Une institution catholique peut-elle encore s’abonner à La Croix ? Les autorités de l’Eglise qui est en France ne devraient-elles pas éclairer les fidèles sur la réalité de ce journal ?

La Croix a mis lundi 29 juillet en ligne un manifeste de propagande d’Augustine Passilly.

D’emblée, les lecteurs de La Croix savent que penser : par la création en juillet 2019 de la Commission des droits inaliénables, « Donald Trump souhaite redéfinir les droits de l’homme ».

Telle est en effet la première phrase de l’article…

L’article se poursuit certes en citant le Registre fédéral : il s’agit de réfléchir sur le « discours des droits de l’homme quand ce genre de discours s’éloigne des principes fondateurs de la loi naturelle et des droits naturels de notre pays » puis en précisant qu’il s’agit de distinguer des droits inaliénables de droits ad hoc.

Mais vu le cri d’alarme qui ouvre ce petit chef-d’œuvre de désinformation, qui va comprendre ?

Qui va remarquer qu’il n’y a que des jugements de valeur (la distinction droit inaliénable droit ad hoc serait « artificielle »), sans jamais aucune définition, aucune précision qui permettrait de comprendre le fond de la question et de réfléchir vraiment ?

Qui va comprendre ces phrases particulièrement conceptuelles et abstraites ? (un choix délibéré pour empêcher de comprendre autre chose que l’unique message « Trump va redéfinir les droits de l’homme »)

Qui va comprendre quand les trois autres quarts de l’article sont consacrés à citer les craintes de différentes associations ? (notamment les “Catholics” for choice qui militent pour le « “droit” à l’avortement »)

Qui va comprendre, quand une citation du National Catholic Register est insérée pour faire comprendre le contraire de ce que son auteur voulait dire ? (et faire passer l’idée que Donald Trump politiserait les droits de l’homme pour promouvoir des objectifs partisans !)

Or que voulait en réalité dire le National Catholic Register ?

« La nouvelle commission du Département d’Etat cherche à trouver un antidote à la manipulation contemporaine de la compréhension des droits de l’homme pour faire avancer des agendas politiques [ou sociétaux] particuliers. »

En effet, en renvoyant à la loi naturelle et aux droits naturels, en les distinguant des droits « positifs » ou « ad hoc », Trump et cette commission visent en réalité à conforter solidement et justement les droits de l’homme : en approfondir les fondements, qui sont naturels, et donc inaliénables (mais donc aussi rationnels et universels !) – droits naturels qui sont en danger aujourd’hui, car manipulés, instrumentalisés, détournés par des lobbys ou des réseaux aux intérêts particuliers.

La Croix insinue précisément l’idée inverse, et cite un manifeste de 125 “théologiens” “catholiques” qui s’alarment (eux aussi, décidément, Augustine Passilly et La Croix aiment jouer avec les peurs de leurs lecteurs, ou plutôt les alimenter, et les utiliser, pour faire avancer leur propre agenda) alarme donc face à une « vision de l’humanité conditionnée, limitée et fondée sur une perspective religieuse très étroite qui ne correspond pas aux convictions et pratiques de millions de personnes dans ce pays ».

Or il se trouve qu’aux Etats-Unis, il y a à peu près autant d’américains pro-life que pro-choice, mais qu’il y a une immense majorité d’américains contre les avortements tardifs (voir le sondage de Gallup), que les Démocrates promeuvent pourtant comme des forcenés, criant à l’oppression face à la montée (démocratique, conforme aux vœux du peuple, et ne tuant personne) des lois pro-life – et trouvant des relais dans bien des médias complaisants, par exemple La Croix.

Surtout, il se trouve que de nos jours il faut reconnaître « normal » et « bien naturel » qu’un être humain XX puisse dire être un homme, et qu’un être humain XY puisse dire être une femme, et il faut ajouter que prétendre le contraire serait de la « pseudoscience » ou une « vision de l’humanité conditionnée ».

La liberté religieuse, ainsi, n’est selon La Croix qu’un droit fondamental parmi 30 autres. Pour le Secrétaire d’Etat de Trump, Mike Pompeo, c’est au contraire un des droits les plus fondamentaux. Trump lui-même l’a dit en mai 2017 : la liberté religieuse est la première liberté garantie par la constitution.

Pie XI ne disait pas autre chose dans Mit brennender Sorge (son encyclique contre… le nazisme) ; Pie XII ne disait pas autre chose dans Ci riesce, son immense Discours aux juristes catholiques italiens (1953).

La Croix, curieusement, dit le contraire.

Car un vaste mouvement se fait dans le monde entier contre la liberté religieuse, la loi naturelle – et donc, répétait sans cesse Benoît XVI, contre le Créateur. Dans ce combat satanique, de fait, La Croix s’engage aux côtés du Diable.

La commission créée par Trump pour essayer de contrer ce mouvement devra réfléchir sur ce qui est naturel, moral, rationnel, sur ce qui est spécifiquement religieux : sur les principes fondateurs du droit, et sur leur hiérarchie – et aboutir en définitive à refonder fermement le droit à l’objection de conscience (Wikipédia donne matière à réfléchir).

Dans un pays dont la devise est In God we trust! et dont les Pères fondateurs se réclamaient de la Bible, ce genre de réflexion paraît bien naturel.

Dans une République française qui érige en absolu, contre tout autre ordre naturel, la volonté du peuple sur le peuple, et la loi votée par les “représentants du peuple” (du moins les personnes qui peuvent se prévaloir de ce titre car “élues” du moins issues “des” urnes, ou au moins annoncées au journal télévisé), c’est très différent (voir sur le Salon Beige à ce propos notre article : Vers un totalitarisme français, laïc, et républicain ?).

En France, la liberté religieuse et la clause de conscience des médecins sont chaque jour menacées, au nom de la liberté, au nom d’une liberté supérieure, au nom de l’absolu de la loi républicaine, à laquelle rien ne saurait être supérieur, mais qui pour autant ne cesse d’être modifiée…

Il y a un mouvement mondial contre la loi naturelle, la morale, la liberté religieuse, et la vie.

La Croix y participe, et s’ajoute aux pro-morts et anti-liberté.

Oui, La Croix est un journal engagé. Et fier de le revendiquer.

Mais non, La Croix ne fait plus entendre une voix catholique.

Proclamez-le sur les toits !

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

20 commentaires

  1. Quel catholique achète La Croix aujourd’hui? L’honnêteté commanderait à ce journal de se renommer.

  2. Jusque dans les années soixante La Croix portait en couverture une croix ; elle l’a alors abandonnée : tout est dit .

  3. La journaliste qui a écrit dans La Croix l’article visé par votre correspondant a commencé sa carrière à Libération. Elle n’est certes pas à incriminer spécialement : tous les jeunes journalistes (à quelques exceptions près) sont extrêmement formatés. La doxa dispensée dans les écoles de journalisme (filière désormais quasiment obligatoire alors que le recrutement était autrefois bien plus varié) est un ragoût d’extrême-gauche (avec fort assaisonnement LGBT+).

  4. Je trouve l’article de T Jane très confus .
    Je n’ai aucun doute de la dérive de La Croix, mais il faudrait une présentation plus factuelle de l’article de À Passilly pour bien se faire une idée .
    Ici on a un discours souvent très général .

  5. Je ne comprends pas :
    Pourquoi nos évêques méprisent les trésors que représentent les encycliques de nos papes?
    Pourquoi La Croix ignore totalement ces textes ?

  6. Le problème de l’Église en France, c’est d’ignorer les Saintes Écritures.
    L’enseignement des rabbins, que l’on peut suivre sur TorahBox, me rendent, pour ma part, bien plus catholique.

  7. Lorsqu’on est en guerre, comme c’est le cas actuellement, on doit choisir : à mes ennemis (i.e. ceux qui me désignent ainsi), pas un euro, pas un avis positif, pas l’once d’une excuse. À mes amis vont toutes mes préférences, même si cela conduit à se priver volontairement. La Croix est un torchon gauchiste parmi tant d’autres, comme le Fig, Le Point ou Le Monde, tous détenus par le capital antinational et servis par les collabos du prêt-à-penser. La question pourrait être :”Doit-on citer ce journal, au risque d’en faire la publicité ou doit-on faire comme s’il n’existait même pas ?” Sachant que l’anonymat est la pire des sanctions, moins d’annonceurs donc moins de revenus, l’horreur en somme… Je ne sais pas quelle est la meilleure option.

  8. La Croix ? Le frère jumeau de l'(Im)Monde, soutenu par la CEF, qui trompe encore mieux son monde (catholique) en laissant croire qu’il est la voix (officieuse) de l’Église “qui est en France” : pire qu’un ennemi, un Judas !

  9. Les lecteurs de La Croix sont les même qui votent Belamy et autre politique étiqueté LR !!! Je ne suis pas surpris !

  10. nos évêques devraient avoir honte de cautionner ce torchon, qu’est-ce qu’ils attendent pour le réduire à néant? Mais qu’est-ce qu’ils ont , peux-t-on avoir confiance à des gens qui laissent détruire la Foi par un espèce de torchon qui ne mérite même pas le nom de journal, satan doit se délecter en voyant cela

  11. Oui, mais Judas, il a compris sa traîtrise et s’est donné la mort, lui.

  12. C’est plus des évêques, c’est le bonhomme shamallow, du mou du mou du mou. Qu’ils prennent garde, beaucoup de shamallows finissent grillés …

  13. Regulierement 2 foix par an le journal La Croix m’envoie une proposition d’abonnement sous forme d’envoi sivi d’une dizaines de numeros en cours.
    Je laisse intact la protection cellophane du journal,
    Prend un maker a grosse pointe epaisse. Ecrit en gros caracteres R.A.E.et hop direction immediate ; la boite au lettrr pour ce retour a envoyeur,
    Le RAE oblige la poste a un retour a l’envoyeur.
    J’eu une fois un courrier que j’ai renvoye en ecrivant que je ne lisais pas les journeaux des ennemis de l’Eglise déguisés en Brebis qui sont des loups pour ELLE.

  14. Cessons d’ignorer la triste vérité : l’Eglise de France vit sous subventions publiques via les subventions publiques et La Croix fait de même comme tous les journaux.
    A partir de là il faut donner des gages en embauchant des journalistes “bien pensants”, une dose de franc-macs et surtout pas d’articles trop connotés.
    Eglise de France idem avec ses “fonctionnaires de Dieu”, évêques nommés avec avis du MintInt, beaucoup d’habitués de “tenues” blanches ou pas blanches, des discours humanistes…
    On ne mord pas la main qui vous nourrit.
    C’est l’apostasie immanente dénoncée jadis par Maritain : on se dit catho sur le bocal mais dedans on met de l’humanisme, du relativisme….
    C’est Nathalie Loiseau qui s’affiche catho et défend l’avortement, mariage homo, PMA-GPA…
    Associations catho, itou : du secours catholique, CCFD et jusqu’à Malte France

    On ne peut servir deux maîtres. Tout déjà a été dit.

  15. judas était il un traitre ou l’artisan désigné par jésus pour accomplir la parole?

  16. la croix n’est qu’un journal comme les autres, aux ordres de la bienpensance “progressiste” (mais quel progrès?)

  17. @ philippe paternot :
    Si Judas était “l’artisan désigné par jésus pour accomplir la parole”, lirait-on dans les Évangiles (Mt 26,24 ; Mc 14,21) : ” mais malheur à l’homme par qui le Fils de l’homme est trahi ! Mieux vaudrait pour lui que cet homme-là ne fût pas né ” ?

  18. Un réel converti n’achète pas La Croix. Combien y a t’il de réels convertis ? En 2013, ils se sont levés. Dans nos églises combien se sont levés ? Sur 3 paroisses nous étions une dizaine. J’étais admirative de ceux qui venaient de province, avec un long trajet et un élan formidable.
    Quand Jésus reviendra sur terre, combien en restera t’il ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services