Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : identité chrétienne

Puisque l’on nous parle de l’Europe…

Puisque, désormais après le 14 juillet, même les commémorations nationales du 11 novembre deviennent des vecteurs de propagande européiste, nous ne pouvons nous empêcher de vous faire partager le dernier éditorial de Christophe Geffroy dans la Nef : une Europe de l’Amour.

" Le traité de Lisbonne (…) a été adopté le 19 octobre lors du Conseil européen dans une indifférence quasi générale (…) Si au moins cette Europe contribuait à nous arracher aux maux qui nous rongent. Même pas. Au contraire, elle contribue à les étendre, à les aggraver : bien qu’elle soit un exemple de bureaucratie absurde digne du socialisme, son idéologie est celle du libéralisme mondialisé régi par la seule loi du marché, du matérialisme mercantile (…) ; elle est également le relais du relativisme vecteur de la culture de mort, faisant notamment pression pour l’instauration universelle de l’avortement et des unions homosexuelles ; enfin, elle concourt à l’amnésie et au suicide culturel en reniant ce qu’elle est historiquement (par le refus de reconnaître ses racines chrétiennes et en s’ouvrant à la Turquie, étrangère par la géographie, l’histoire et la culture à l’Europe). J’ajouterais qu’une telle Europe est foncièrement anti-démocratique et fonctionne sur le mensonge et la dissimulation du but à atteindre qui est celui d’un véritable État fédéral (…)

Cette Europe-là est synonyme de mort. Elle est déjà morte. Un chiffre, hélas ! l’illustre clairement : les nations qui la composent connaissent une chute de la démographie qui, pour beaucoup, ne permet plus le renouvellement des générations. Une civilisation qui n’aime plus les enfants, qui ne protège plus la famille est déjà condamnée à disparaître. N’essayons pas de sauver ce qui ne peut l’être, car cette civilisation de mort n’est pas la nôtre. C’est sur ces ruines qu’il nous faudra bâtir une autre Europe, l’Europe que nous aimons qui pourra s’appuyer sur l’amitié des peuples qui la composent, mais respectueuse des nations qui les portent (…)

Je suis persuadé que cette Europe renaîtra en s’appuyant sur ses racines chrétiennes : ce fut la grande intuition de Jean-Paul II de lancer la nouvelle évangélisation ; comme au début du christianisme, c’est par les armes de l’Amour et de la prière que l’Europe et la France renaîtront à la vie, purifiées par les épreuves. Ayons seulement un peu plus de foi en notre vocation."

Philippe Carhon

Partager cet article

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.