Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

“Présent” subit une nouvelle injustice

Depuis 1986, vos impôts et les miens financent une aide de l’Etat (7 millions d’euros, au total) aux "quotidiens nationaux à faibles ressources publicitaires". La Croix et L’Humanité en bénéficient, Présent, non.

Le tribunal administratif vient de rejeter un recours du quotidien catholique (Présent, bien sûr, pas La Croix !), et lui inflige une amende de 1500 euros pour "recours abusif" afin de le dissuader d’en présenter de nouveaux. Présent bénéficiait pourtant de cette aide jusqu’en 1996 (ici, descendre).

Le motif du refus est particulièrement édifiant : l’aide ne peut être accordée qu’à des quotidiens vendus entre 0,90 et 1,30 euro, alors que le prix de vente de Présent en kiosque est de 1,50 euro. Le quotidien a plaidé, sans succès, que son prix de vente moyen (kiosque et abonnements) est de 1,25 euro.

La situation est digne de Kafka : pour bénéficier d’une aide, Présent doit baisser son prix; et Présent ne pourrait baisser son prix sans être aidé.

Prenons cette absurdité par un autre bout : le déficit de L’Humanité est d’environ 20 centimes par exemplaire vendu, subventions incluses (grâce à la complaisance de grandes entreprises capitalistes, le journal se permet des pertes annuelles de 3 millions d’euros pour 50.000 exemplaires vendus… faites le calcul). S’il pouvait se permettre la même perte au numéro, Présent entrerait dans les conditions…

Henri Védas

PS : On ironisait jadis à propos de l’Humanité : il serait toujours plus cher que la Pravda, à cause des frais de traduction…

Partager cet article

10 commentaires

  1. si l’on supprimait toute aide, quelle qu’elle soit,toute subvention, quelle qu’elle soit,on aurait un moment de vérité: l’Humanité ,non subventionnée, disparaîtrait, et Présent, même plus cher, se vendrait
    car, entre temps, les français auraient recouvré leurs moyens économiques!

  2. A l’Huma,on fait le calcul suivant: on perd sur chaque numéro, mais on va compenser en en vendant plus”Géniiialll!

  3. Merci de nous indiquer de quelle manière nous pouvons réagir à cette situation inique.

  4. un journal qui se veut LIBRE,ne devrait demander aucunes subventions !

  5. Un journal qui se veut libre ne devrait demander aucune subventions.De même qu’un paysan devrait vivre de son seul travail. Dans l’absolu peut être, mais dans le monde actuel c’est de l’utopie pure et simple.
    Le système, aux mains du parti unique bicéphale (UMPS), avantage une presse
    ” d’opposition officielle”, de façon à ce que l’on croit que la France est une authentique démocratie.Cela ne leur suffit pas d’exclure du Parlement toute représentation de la Droite nationale, de changer les règles du scrutin avant les élections européennes pour favoriser les listes UMPS et imposer le bipartisme.

  6. Un journal qui se veut libre ne devrait demander aucune subvention… Sans doute, mais il s’agit d’une aide légale qui est versée au vu de critères techniques : parution 5 jours par semaine, prix, volume de pub n’excédant pas 25% des recettes (à Présent c’est quasi nul)…
    Quelle est la famille qui refuserait les allocations familiales, ou une déduction fiscale ? Je vous le demande !
    Que l’aide soit refusée à Présent, c’est là, je pense, l’affaire politique, la preuve que Présent est… trop libre.
    Merci une fois de plus à l’excellent salonbeige de s’être fait l’écho de nos difficultés.

  7. Merci M. Vedas, mais je suis déjà abonné.
    Outre une contribution supplémentaire, que je compte bien adresser à nos amis de Présent, j’entendais en fait poser la question suivante : à quelle instance pourrions, en nombre si possible, adresser une protestation dénonçant toute l’absurdité odieuse de cette situation?

  8. Pourriez-vous nous indiquer auprès de quelle autorité nous pourrions nous adresser pour, au moins, protester contre cette injustice qui frappe le journal “Présent”?
    Remerciements.

  9. “Pourriez-vous nous indiquer auprès de quelle autorité nous pourrions nous adresser pour, au moins, protester contre cette injustice qui frappe le journal “Présent”?
    Remerciements.”
    Vous croyez-pas que personne ne lit Present et que personne n’a envie de le faire ?

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services