Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : L'Eglise en France

Proposer la foi aux jeunes

Mgr Centène, évêque de Vannes, a présenté le 28 avril dernier sa pastorale des jeunes. Dans son introduction, il affirme notamment :

"Il faut d’abord que l’évangélisation annonce un message explicite […] Dans le monde actuel, un témoignage de foi qui resterait implicite serait inaudible. La foi doit être annoncée explicitement et exposée ouvertement. […]

Mgrcentene Le deuxième qualificatif […] c’est celui d’apologétique. Il ne suffit pas que l’annonce soit explicite, il faut qu’elle soit attrayante pour l’intelligence, pour la raison et pour le cœur. Il faut proposer aux jeunes une foi intelligente et décomplexée. Il faut rendre aux jeunes la fierté de la foi par rapport à l’intelligence (je l’ai dit dimanche dernier à la messe des scouts, «si la foi apparaît comme un enfantillage on la laisse tomber à l’adolescence») et par rapport à une relecture de l’histoire. […]

En tant qu’animateur, il faut être convaincu qu’il est plutôt intelligent de croire […]. Il faut être persuadé que l’intelligence humaine est faite pour la vérité et que le Christ est la Vérité. La foi ne viole pas l’intelligence, elle est faite pour elle. […] En même temps qu’elle apporte du sens, l’évangélisation est aussi porteuse de l’identité, de la connaissance de soi-même. […]

Mais pour cela, il faut sortir d’un Christianisme honteux, d’un Christianisme repentant. Sous prétexte de liberté de conscience, de laïcité, on a parfois l’impression que le Christianisme est une maladie honteuse. Cette perspective paralyse notre volonté de l’annoncer. Non seulement il faut revendiquer pour lui la même liberté d’expression, le même temps de parole et le même respect que pour les autres courants de pensée, mais à la lumière de la foi nous devons aussi le considérer comme la Vérité. […]

J’ai parlé d’une annonce explicite d’une annonce apologétique qui puissent donner des raisons de croire et la fierté d’être chrétien. Il me semble aussi, et je terminerai par là, que l’annonce faite aux jeunes doit être une annonce intergénérationnelle. […] Si la pastorale des jeunes ne vise que les jeunes, si la pastorale des enfants ne concerne que les enfants, on fait de la religion un enfantillage. […] Dans l’inter-génération il y a aussi toute la dimension de la culture, de la mémoire, et de l’identité.  Il n’y a pas d’identité sans mémoire, ni sans culture. Il n’y aura pas d’avenir s’il n’y a pas l’appropriation d’un passé."

Michel Janva (merci à GSM)

Partager cet article

8 commentaires

  1. Bravo, Monseigneur ! Magnifique !

  2. Plus cet évêque se manifeste et plus son discours tranche agréablement sur celui de ses confrères !
    Ah ! si l’ensemble de notre hiérarchie retrouvait l’art du parler vrai… et le courage de le faire !

  3. Monseigneur nous annonce comment faire mais ce que nous voulons, ce que nous espérons et ce que nous avons besoin c’est de l’homme qui le fera.
    Il nous faut un Baden Powell de la Chrétienté.
    Un homme qui, part son exemple, son charisme et sa jeunesse d’esprit, soulève ,au niveau national, l’enthousiasme de la jeunesse Chrétienne.

  4. Tout y est : intelligence, raison sensibilité et expérience humaine et pastorale.

  5. C’est excellent ! Merci au Salon Beige de nous faire connaître cette allocution. Si les prêtres, les diacres, les laïcs suivent la pensée de Mgr Centène, le Diocèse de Vannes pourra être un bon terroir pour de futurs prêtres.
    La génération à venir ne pourra que connaître le Christ.
    Il faut que le Diocèse de Vannes prenne exemple sur le Diocèse de Fréjus-Toulon et d’Avignon où la pastorale est centrée sur la Nouvelle Evangélisation.

  6. de tels propos sentent l’Espérance. On se prend effectivement à espérer en entendant un tel évêque : que le Seigneur le protège et le garde de tout mal.

  7. Il y a mieux encore, dans l’homélie que l’évêque a faite le même jour, où il dénonce le minimalisme de la catéchèse auquel on a trop souvent été habitué… Un petit extrait pour le plaisir :
    ————–
    Aujourd’hui encore, sur ces bases là, on ferait l’unanimité, on ferait le plein.
    On adapterait toujours son message à ce dont nous avons besoin.
    « Le rythme hebdomadaire n’est plus tenable aujourd’hui, passons à un rythme mensuel ! »
    « La messe dominicale « ça ne les intéresse pas » passons à des célébrations de grands rassemblements festifs qui plaisent aux jeunes. »
    « La morale personnelle c’est dépassé, « ça ne s’adapte plus aux jeunes », il faut employer un langage qui corresponde à l’évolution des mentalités.
    Il n’y a pas de discours anthropologique définitif ».
    « Le sage ne recommande que la solidarité, ce qui compte c’est la sincérité, il faut être vrai. »
    Et ainsi, de recul en recul, de démission en démission, de décrochage en décrochage, nous pouvons imaginer que nous aurions des églises pleines pour écouter un message vide.
    Ce n’est même pas sûr parce que le message vide ne garderait pas bien longtemps les églises pleines.
    La supercherie serait vite éventée, un enfant finirait par dire comme dans le conte : « Le roi est nu ! »
    ——————
    (télécharger le fichier “Homélie de Mgr Centène au cours de la messe”) http://www.cpj56.org/animateurs/

  8. c’est presque salésien! encore un effort Monseigneur!

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.