Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

Propagande pour des unions à plus de 2 personnes

Lu dans le numéro de Présent du 24 juin :

"Lorsque les défenseurs de la famille traditionnelle avaient prédit que les tenants du progressisme ne s’en tiendraient pas à l’union de paires homosexuelles, les bonnes âmes avaient poussé des cris d’orfraie. Mais puisque ce contrat n’est plus qu’une simple construction humaine amendable au gré des desiderata de chacun, pourquoi devrait-on le limiter à deux personnes ? Voici que la polygamie fait son entrée, discrètement soutenue par la machine de propagande culturelle, au nom de l’amour, évidemment.

Ainsi, le 10 juin dernier, le Figaro Madame titrait dans un article « La polygamie, de plus en plus populaire aux Etats- Unis ». On y apprend que, selon un sondage outre-atlantique, « il est même plus acceptable d’être polygame que d’entretenir des relations extraconjugales ». Autant donc prendre sa maîtresse sous le même toit, pourvu que l’épouse légitime soit d’accord.

En France, on peut compter sur le cinéma subventionné pour nous produire la comédie qui prouve que la législation et les mentalités doivent nécessairement évoluer pour enfin « vivre avec son temps ». Porté aux nues par la critique mais boudé par le public (bon sens populaire quand tu nous tiens), A trois on y va est sorti dans les salles le 25 mars dernier. En voici le scénario, tenant sur un timbre-poste : Charlotte et Micha vivent ensemble. Arrive Mélodie, qui va devenir la maîtresse de chacun des deux protagonistes, sans que l’autre le sache. Lorsqu’ils s’en rendent compte, ils décident de faire ménage à trois. Pour vous éviter de perdre du temps devant l’écran, sachez qu’à la fin Charlotte sort de ce « trouple » infernal (l’adultère, une fois de plus, a gagné). Des critiques y ont vu « une forme d’autocensure inconsciente » (sic) de la part du réalisateur. Mais il est volontiers pardonné, puisqu’ayant fait avancer la cause du Progrès.

Le Huffington Post s’est servi de ce film pour titrer sans ambages « A trois on y va : et si le polyamour était l’avenir du couple ? » A noter au passage ce mot de novlangue de plus en plus répandu chez les plumitifs. Dans une tribune du même média, la sexologue Magali Croset-Calisto nous en donnait une définition : « Le polyamour est une manière différente de vivre et de penser les relations sentimentales, puisqu’il implique toujours plus de deux personnes. Ce choix de vie part de la constatation qu’une seule personne ne peut et ne doit être contrainte de combler tous les désirs et besoins d’une autre personne. » Toujours cette même rengaine soixante-huitarde : « Jouissons sans entrave. » Le coup vient donc de loin, preuve de la ténacité des détracteurs de l’ordre naturel.

Dans son Suicide Français, Eric Zemmour nous rappelait le synopsis des Valseuses, sorti en 1974. « Les deux garçons, interprétés par Gérard Depardieu et Patrick Dewaere, errent en liberté dans une France transformée en Far West, en compagnie de leur égérie, jouée par une actrice sortie du café-théâtre, Miou-Miou, qu’ils partagent comme une bonne bouteille de vin, sans se poser de questions éthiques ou sentimentales. » Le ton anarchiquement rigolard du film, pour paraphraser Zemmour, a laissé place aujourd’hui à un désir de reconnaissance institutionnelle. La destruction du modèle familial traditionnel se poursuit donc avec l’assentiment quasi-général de la classe politico-médiatique, de dirigeants politiques qui ont, en fait, depuis longtemps cessé de dénoncer la polygamie, pour ne pas stigmatiser les immigrés qui débarquent chez nous avec leurs coutumes familiales exotiques. […]"

Partager cet article

8 commentaires

  1. Ceux qui savent ce que c’est que de ne faire plus qu’une seule personne avec sa partenaire, trouve la polygamie incompréhensible ! Il en est de même d’un enfant qui a une maman. Il ne comprendrait pas qu’on lui en impose une seconde !
    Mais dans l’amour bestial, la fidélité a-t-elle sa place ? Non ! Elle est un frein ! Car cet amour agit comme une drogue. Il n’est jamais satisfait ! A peine commencé, il en cherche un autre. Et cela sans fin !
    Mais il faut être riche pour se payer un harem ! Il n’y a plus beaucoup de “sultans” aujourd’hui capables d’entretenir ce genre de choses ! Même si cela fait fantasmer plus d’un, le rapport reste inégal !

  2. En fait, les vrais réactionnaires sont de gauche : ils nous font revenir à l’état de déchéance dans lequel l’homme était tombé après le péché originel et d’où la Révélation nous a tirés.
    Cela se constate à la résurgence des pratiques païennes : droit de vie et de mort sur ses enfants (avortement), sacrifices humains (avortement toujours), esclavage des sens (hédonisme, jouissons sans entrave), apauvrissement des arts et des vêtements (à quand un retour aux peaux de bêtes et aux cavernes ?), et désormais la polygamie.
    Au moins, les hommes des cavernes avaient le charme de vivre au rythme de la nature alors que mainetnant, que faire dans ce monde de métal et de béton si nous en chassons Dieu ?

  3. Si la polygamie est reconnue légalement on n’a pas fini de payer !
    (Comme le chômage sévit gravement, les chefs de famille vont se remplir les poches avec les “allocs”, et les Francs vont se retrouver très vite dans la misère).

  4. Zemmour dit aussi qu’à l’époque des Valseuses, De Gaulle était le chef et Con Bandit le rebelle tandis qu’aujourd’hui, Con Bandit a pris la place du chef et De Gaulle (autrement dit la France authentique) est représenté par les résistants à cette décadence infernale.

  5. Eh oui !
    Et s’est bien là le pb
    Nous pouvons nous poser la question
    Pourquoi certaine organisation
    N’a pas soulevé le pb de la polygamie
    SEUL but du mariage pour tous.
    Et que personne ne pouvait ignorer…
    Personne n’ignore que la planification
    De tout système est planifié 50 ans
    Avant que le peuple commence à voir
    L’iceberg…….

  6. le Mariage réduit à un simple contrat commercial entre personnes, jusqu’où iront-ils?

  7. “les bonnes âmes avaient poussé des cris d’orfraie” > mwai, je pense au contraire qu’ils en étaient parfaitement conscient mais la stratégie étant d’avancer par petits pas il faut toujours essayer de masquer ce qui n’est pas encore à l’ordre du jour… selon le principe bien connu de la grenouille ébouillantée à petit feu.
    Donc direction le triolisme et autres joyeusetés d’une part et d’autre part la vaccination contre le cancer de l’utérus (qui ne couvre que 70% des cas d’infection de cette MST) et autres mesures de santé publique de nos pompiers pyromanes.

  8. Avec cette mode de vouloir honorer tous les orifices, l’homme finira par être aspiré par un trou noir.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]