Projet Taubira : EELV s'inquiète

Dans une tribune publiée dans La Croix, plusieurs personnalités
d'EELV (commission nationale santé EELV, des membres du Conseil fédéral
d’EELV, des délégués EELV…) s'inquiètent du projet de loi Taubira.
Extraits :

"[…] Cependant, l’enfant n’est pas un droit. Beaucoup de militants EELV ressentent aujourd’hui un certain malaise, car l’extension de la PMA pose des questions majeures, pas seulement en termes de droit, et que le débat collectif n’est pas abouti. Sont soulevées l’avenir des personnes conçues par PMA, le rôle de la médecine dans la société, le lien avec la gestation pour autrui (GPA),…
[…]

Nous observons pourtant que la PMA avec tiers-donneur peut être source de difficultés psychologiques pour les personnes conçues ainsi. […]
Mais l’on constate aussi qu’un foyer aimant n’efface pas toujours l’inquiétude existentielle sur ses origines biologiques, souvent source d’angoisse majeure, voire handicapante pour des enfants, des adolescents ou des adultes qui s’interrogent sur celles-ci. Nous ne disposons pas d’un suivi des 50 000 personnes ainsi conçues en France depuis quarante ans, et cette absence devrait inciter à la prudence.
Or nous disposons d’indices significatifs sur le mal-être de certaines de ces personnes, relatif à l’absence de lien avec le père biologique et à la construction de leur identité. […]

Aujourd’hui, la PMA est conçue comme un acte médical, comme son nom l’indique ; c’est-à-dire comme un soin, le plus souvent de la stérilité, celle-ci étant comprise comme l’impossibilité biologique pour un homme ou pour une femme de procréer.
Il est difficile de considérer que la procréation pour les couples homosexuels puisse relever du soin médical, l’homosexualité n’étant pas une maladie
. Ces deux types d’infertilité sont donc bien distincts et, de ce point de vue, le remboursement par l’Assurance-maladie se discute. […]

Certains ne manqueront pas de demander, au nom des mêmes droits pour tous, la GPA.
À ce sujet […] on ne peut en revanche accepter qu’on « achète un ventre » dans un pays pauvre ni en France, et de tels comportements doivent être sanctionnés. […]"

Il n'est pas trop tard pour se réveiller : EELV peut venir manifester le 24 mars pour demander le retrait de ce projet de loi, qu'il soutient pourtant, contre toute logique. Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu'ils en chérissent les causes. Bossuet.

9 réflexions au sujet de « Projet Taubira : EELV s'inquiète »

  1. G

    Un proverbe dit “Le mal porte le repentir en queue”. C’est un attrape-nigaud d’EELV. Que ces gens sournois restent le plus loin possible du cortège.
    Attention, ces gens qui ont l’habitude de bouffer au râtelier des socialos, ont une idée derrière la tête : troubler la manif du 24 mars car ils ont soutenu, jusqu’à présent, tous les projets mortifères. C’est le loup qui veut se faire agneau.

  2. C.B.

    C’est bien: EELV commence à se réveiller et à utiliser les arguments qui sont les nôtres depuis des mois.
    Mieux vaut un train de retard mais une participation à la manif (ouvriers de la onzième heure … nous connaissons).

  3. HS

    Des écologistes commenceraient-ils à étendre à la filiation leur militantisme bio? Il n’est jamais trop tard pour se convertir. Outre les questions d’identité et l’angoisse suscitées par la procréation artificielle avec donneur(se) de gamète et l’incertitude sur le maintien du secret de famille, les interrogations sur le développement et donc le vieillissement après une fécondation in vitro subsistent: 33 ans – l’âge de Louise Brown -, c’est court à l’aune de l’espérance de vie moyenne au 21ème siècle.

  4. BRamets

    Je ne sais toujours pas si un “vert” peut s’accommoder de l’insémination artificielle. Il me semblait qu’il défendait les femelles à travers un élevage digne.
    Pour moi je défend mon Epouse et nos Enfants, votre Epouse et vos Enfants.

  5. Gungadin

    Le 27 soir sur la 2 ,un reportage sur la GMA pratiquée aux Etats-Unis par une française.Que du bonheur! à l’écouter au point qu’elle recrute.15000 euros le bébé livré dès sa sortie.
    Ah le service public et ses publi-reportages.

Laisser un commentaire