Bannière Salon Beige

Partager cet article

Cathophobie

Profanation d’une chapelle à Toulon : ce n’est pas du vandalisme

Mgr Robert Poinard, vicaire général du diocèse aux armées, aumônier national de la marine, répond à Secret Défense à propos de la profanation de la chapelle à Toulon :

T"Samedi 8 décembre, fête de l'Immaculée Conception, un marin rentrant à
la chapelle Saint Vincent de Paul de la base navale de Toulon pour y
prier, en fin de matinée, s'est aperçu tout de suite qu'elle avait été
victime d'une attaque violente. Il a donc alerté les gendarmes maritimes
qui, dans l'après-midi, ont joint le responsable de l'aumônerie
militaire de secteur, le Père Jean-Claude Bonnevie. Ce dernier m'a
aussitôt téléphoné pour me faire part de ce qu'il avait découvert en se
rendant sur les lieux. A savoir une attaque très ciblée sur trois
éléments précis : le baptistère, le tabernacle et l'ambon portant le
livre des Saintes Ecritures. L'ambon, qui est en métal, n'a pu être
détruit mais il a été renversé et le Livre Saint jeté à terre. En
revanche le baptistère et le tabernacle ont été brisés. Le Saint
Sacrement a été répandu sur le sol.
Contrairement à ce qui a pu être dit
ou écrit il ne s'agit pas de quelques "chaises renversées" d'autant que
les sièges à structure métallique sont solidaires les uns des autres,
lourds et difficiles à déplacer et qu'ils n'ont pas été déplacés.

Selon vous, il ne s'agit pas de simple vandalisme ? 

Je ne pense pas qu'il s'agisse de simple vandalisme pour deux raisons
: depuis une quinzaine de jours le Père Bonnevie avait remarqué que les
affiches posées au fond de la chapelle étaient systématiquement
arrachées, déchirées, jetées par terre
. Il y avait donc quelqu'un qui,
rôdant dans les parages, manifestait sa désapprobation par rapport à la
foi catholique. D'autre part s'il s'agit d'un vandale, d'un
ivrogne ou d'un déséquilibré, son action est étonnamment sélective pour
s'en prendre spécifiquement à trois grands piliers de la foi chrétienne

(le baptême, la Parole de Dieu et l'eucharistie). Ceux qui ont parlé de
"chaises renversées" parlent aussi de bris de "statuettes" ce qui est
totalement faux car il n'y a dans cette chapelle moderne qu'une seule
statue, celle de Saint Vincent de Paul, qui est intacte. Il n'a été
porté atteinte ni au chemin de croix, ni aux nombreuses stèles
commémoratives, ni aux vitrages, ni à l'orgue, ni aux icônes, bannières
et tableaux présents sur les murs de la chapelle.  Ce n'est pas un
déchaînement de violence incontrôlée comme on en voit parfois dans la
profanation de cimetières où tout est saccagé. Il n'y a pas davantage de
tags ou d'inscriptions revendicatives ou injurieuses. Cela ne manque
pas de m'étonner si l'on pense avoir affaire à un simple acte de
vandalisme. Ce vandale-là savait très bien ce qu'il faisait en frappant
là où cela ferait le plus mal pour les catholiques. Je peux me tromper
mais ces éléments me font discerner la volonté d'une profanation
."

Partager cet article

10 commentaires

  1. on sera donc oblige d’installer des systemes cameras dans les eglises, les sacristies
    entend-on le gouvernement exprimer sa desapprobation ??? un tel silence ?? qui ne dit mot consent.. on apprendrait que certains actes ont meme ete commandites en haut lieu que cela ne m’etonnerait pas (j’ai qq idees)
    un fait est que la religion Catholique et elle seule gene : preuve que de l’autre cote, la Parole de Verite et de Vie leur fait peur
    s’ils cherchent a nous intimider, il n’y arriveront point, car avec cette Parole, nous resistons a toutes ces attaques, et Prions pour les pauvres responsables ‘irresponsables’
    plus ils nous attaquent, plus ils se ridiculisent aux yeux du monde… quant aux yeux de DIEU, je ne me permets pas de me substituer a Son Jugement

  2. Il me semble que Mgr Poinard confond les mobiles avec l’acte objectif. En l’occurrence quelque soient les mobiles (invérifiables par nature), il s’agit d’un attentat contre la liberté religieuse. (voir article 322-3-1 du Code pénal.
    Même si l’individu qui a commis ce crime est un catholique fervent, il y a dégradation de bien affecté au culte.
    Les médias et les hommes politiques tentent de « noyer le poisson » en faisant la distinction entre homme ivre ou sans mobile et autres. Ce n’est qu’un prétexte pour différencier selon les victimes.
    De plus les auteurs de ces actes lisent les journaux et regardent la télévision et Internet. Si on commence à leur donner des conseils pour disqualifier leurs actes, on les aide, c’est ce qu’a fait la Préfecture par sa porte parole.
    Nous défendons les droits universels de l’homme sans distinction de croyances. Appliquons ce principe dans le cas des dégradations des édifices voués au culte de toute religion.

  3. « Le livre Saint » ? Attention, le livre, l’objet, n’est pas saint en lui même, c’est la Parole qui est sainte, la Parole, qui parle au coeur, qui se forme dans le coeur.
    Je vous renvoie au discours du Saint Père aux Bernardins en 2008 : http://tinyurl.com/c8zb3qf
    La bible, ce n’est pas le coran, que diable !

  4. Un fidèle catholique qui profane les saintes espèces encourt l’excommunication « latae sentenciae ». Censure dont l’absolution est réservée au Siège apostolique (can.1367 C.I.C.83). Il est regrettable qu’à l’occasion de ces événements lamentables l’autorité ecclésiastique ne rappelle point cette disposition pénale du droit canonique destinée à dissuader les fidèles d’accomplir de tels actes et à réparer le scandale qu’entraîne pareil forfait.

  5. un adepte d’une secte ou d’une religion détestant la religion catholique alors et qui aurait ses entrées au sein de la base navale de Toulon ? C’est celà ce que veut dire Mgr Poignard ?

  6. @ Jejomau
    Ce lieu de culte est accessible 24h/24 , normalement protégé de la faune extérieure possiblement hostile du fait même de son implantation (n’entre pas qui veut dans cet arsenal).
    Tout un chacun (une fois montrée patte blanche aux portes d’entrée) peut y avoir accès qu’il soit athée ou d’une autre religion : il n’y a pas d’exclusive .
    Embarqués sur les bateaux comme dans les services à terre logés en base-vie , il y a de tout ; ne pas oublier le personnel civil et ouvriers de l’Etat . C’est le reflet de la société .

  7. C’est malheureusement vrai je suis à la base navale de Toulon. Par contre ce n’est pas forcément un militaire de nombreux civils ont accès à la base. C’est désolant j’ai assisté à la messe de commémoration des sous-mariniers mort pour la France il y a quelques jours à peine. Même à la base navale on a pas entendu parlé de ce sacrilège ! Pourtant je travaille à 100 mètres à peine de la chapelle !

  8. M’est avis que les profanateurs ne sont pas vraiment terrorisés par l’idée d’être excommuniés.

  9. Curieux mais je n’ai pas entendu parler de cette triste affaire en tête de gondole des 20 heures. Me tromp-je ?

  10. Sans les déclarations de msg Poinard, l’affaire aurait été étouffée. D’autres part il ne faut pas ergoter sur la profanation qui n’a rien à voir avec l’auteur mais avec le résultat de l’acte.

Publier une réponse