Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Procès en destitution de Donald Trump : ils sont bien embêtés par cette mascarade maintenant…

Procès en destitution de Donald Trump : ils sont bien embêtés par cette mascarade maintenant…

Il va falloir se préparer à voir une photo similaire. Après avoir fait croire à la France entière que Donald Trump allait être destitué, les médias commencent à se rendre compte de la réalité, comme le décrit cet article du Monde :

Le second procès en destitution de Donald Trump, qui doit s’ouvrir au Sénat mardi 9 février, a toutes les chances de s’achever comme le premier, par un acquittement. Certes, contrairement à 2020, une majorité de sénateurs devrait juger l’ancien président coupable « d’incitation à l’insurrection » pour son rôle dans l’assaut donné par certains de ses partisans contre le Capitole, le 6 janvier, à Washington.

Mais cette majorité, composée des cinquante élus démocrates et d’une probable poignée de transfuges républicains, devrait s’avérer insuffisante compte tenu du seuil requis pour un impeachment (67 voix sur 100). Les élus républicains qui se sont exprimés dimanche dans des émissions politiques ont d’ailleurs dénoncé « une perte de temps » (Roger Wicker, Mississippi), « une farce » et « un risque pour l’unité du pays » (Rand Paul, Kentucky).

L’Obs traite même les Républicains de lâches :

Le procès en destitution de l’ancien président américain s’ouvre au Sénat mardi 9 février. Sauf coup de théâtre, les élus du Grand Old Party voteront son acquittement… sans se prononcer sur le fond. Une démonstration de lâcheté ? Ils sont devenus virtuoses en la matière.

Ou encore celui-ci :

Une nouvelle fois, le milliardaire républicain risque bien de s’en sortir indemne. Pour condamner Donald Trump, il faut rassembler les deux tiers des 100 sénateurs. Autrement dit, 17 républicains doivent se ranger du côté des 50 démocrates. Une situation peu probable puisque 45 sur les 50 sénateurs républicains soutiennent la défense de l’ex-président qui pointe l’inconstitutionnalité d’un procès visant un président hors fonction. Soulever un tel aspect juridique évite aux républicains de devoir se positionner sur le fond du dossier. Il serait en effet bien plus affligeant de ne pas condamner Trump dans ce cas-là (…)

L’influence de Donald Trump sur les républicains reste considérable et la procédure n’a que peu de chance d’aboutir. Aucun des deux camps ne souhaite toutefois s’y attarder. Ni les républicains, pour qui elle est une source de division, ni les démocrates qui ne souhaitent pas voir le procès Trump monopoliser les débats et bloquer de fait l’avancée législative de Joe Biden.

Partager cet article

8 commentaires

  1. Trump est aussi grand dans l’adversité qu’il l’a été dans la gloire. C’est mon avis. Vive Trump!

  2. C’est une grosse farce depuis novembre 2020 …

  3. Ce procès sera un Bide pour les démocrates !…

  4. Ce procès à le mérite d’exposer au monde entier les hypocrites et les traitres.

    Il est évident que Trump n’a pas de responsabilité dans l’affaire du capitole et que ces propos ne sont en rien un appel à l’invasion.

    Rappelons la culpabilité des antifas et des démocrates dans cet assaut dont un certain nombre sont déjà identifiés.

    L’enquête actuelle démontre que l’assaut a été longuement planifié à l’avance…

    Rappelons enfin la culpabilité écrasante de Pelosi qui n’est étonnamment pas poursuivie alors qu’elle est censée protéger le Capitole avec une armée de 2000 hommes qui coûte la bagatelle de 460 millions de dollars au contribuable…
    Or c’est la Garde Nationale envoyée par Trump qui est allée remettre de l’ordre ! Garde Nationale qui n’est pas censée pénétrer dans Washington dc…

  5. En réalité, vouloir destituer M. Trump alors qu’il n’est plus Président revient à enfoncer une porte ouverte. C’est aussi ubuesque.
    Mais les démo-grattes ayant tout essayé contre lui depuis qu’il avait gagné les primaires du GOP, devenant le concurrent de l’icône de la bien-pensance et l’archétype de l’honnêteté intellectuelle, ayant réussi à installer leur vieille marionnette dans le Bureau oval, s’estiment en droit de continuer à piétiner les règles constitutionnelles pour assouvir leur haine. Les instigatrices de ce harcèlement sont clairement Metz Pèle-aussi et Came-allah qui souhaitent, au nom de l’unité nationale, éradiquer jusqu’à la mémoire de la Présidence de M. Trump et tout ce qui peut le toucher, de près ou de loin, y compris ses électeurs dans leur travail et leur environnement.

  6. La presse se déshonore une fois de plus.
    La pantalonnade du Capitole est un piège cousu de fil blanc.
    Une diversion qui aura principalement servi à interdire le débat sur la fraude.
    Trump sort grandi, en position de recours, c’est pourquoi les Dems veulent le destituer: Quand ils seront rejetés en masse, les électeur se porteront sur leur pire ennemi.
    Les libéraux sont consternés devant la fraude comme devant le fanatisme Démocrate et la piètre alternative trumpienne, mais nous avons une raison de nous réjouir: La probité des Paul père et fils, Ron et Rand, dont la stature morale tranche absolument avec la fange politicienne et journalistique.

  7. Compte tenu des procès actuellement en cours aux Etats-Unis pour juger les cas de fraude, de corruption et de haute trahison parmi le “personnel” politique et industriel du camp démocrate, je ne crois pas que cette tentative d’impeachment soit une simple mascarade.
    En effet, une prochaine destitution du nouveau président étant plus que probable en raison de son implication dans des affaires plus que douteuses et en particulier sa compromission avec le parti communiste chinois dans la fraude à grande échelle orchestrée à l’occasion des élections présidentielles, les démocrates cherchent manifestement à empêcher un probable retour de Trump en cas de destitution de son successeur illégitime.
    Quant à l’implication prétendue de Trump dans les émeutes du Capitole, aucune preuve n’en a encore été apportée et il y a fort à parier que la justice américaine percera bientôt à jour la machination fomentée par les démocrates avec l’aide de l’extrême gauche locale pour faire croire à une action violente des partisans de Trump dirigée par ce dernier, afin d’ouvrir la porte à la procédure d’impeachment.
    Tout ceci est à l’évidence complètement faux, au même titre que la prétendue trahison de Trump avec les Russes.

  8. Au nom de quoi s’arroge-t’on le droit de gloser sur ce qui se passe en Amérique ? Le président Trump a fait ce que son coeur et son patriotisme lui ont dicté de faire , ces deux notions étant totalement méconnues en France … ( C’est pour cela que ça va si bien chez nous …………….)

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services