Bannière Salon Beige

Partager cet article

L'Eglise : Vie de l'Eglise

Prière pour les Juifs : explications

Suite à la modification de la prière du Vendredi Saint pour les Juifs, Rome explique, par l’intermédiaire de la revue catholique Civiltà Cattolica, qui n’est imprimée qu’après un contrôle, ligne par ligne, de la secrétairerie d’état du Vatican :

"Dans le climat actuel de dialogue et d’amitié entre l’Eglise catholique et le peuple juif, il a semblé juste et opportun au pape [de faire cette modification], pour éviter toute expression qui pourrait présenter la moindre apparence d’offense ou déplaire d’une façon quelconque aux juifs".

La nouvelle formulation de la prière :

"n’a rien d’offensant pour les juifs, car l’Eglise y demande à Dieu ce que saint Paul demandait pour les chrétiens, c’est-à-dire que ‘le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ […] daigne donner un esprit de sagesse’ aux chrétiens d’Ephèse pour qu’ils puissent comprendre le don du salut qu’ils ont en Jésus-Christ (cf. Ephésiens 1,18-23). L’Eglise croit en effet que le salut n’est qu’en Jésus-Christ, comme il est dit dans les Actes des Apôtres (4,12). D’un autre côté, il est clair que la prière chrétienne ne peut être que ‘chrétienne’, c’est-à-dire fondée sur la conviction – que tous n’ont pas – que Jésus est le Sauveur de tous les hommes. C’est pourquoi les juifs n’ont pas de raison de s’offenser si l’Eglise demande à Dieu de les éclairer pour qu’ils reconnaissent librement Jésus, unique Sauveur de tous les hommes, et qu’ils soient eux aussi sauvés par Celui que Shalom Ben Chorin appelle Mon Frère Jésus".

Michel Janva

Partager cet article

3 commentaires

  1. “Il était dans le monde,et le monde a été fait par lui et le monde ne l’a pas connu.
    Il est venu chez lui, mais les siens ne l’ont pas reçu.”
    Faut-il supprimer ces phrases du prologue de l’Evangile de Saint Jean, divinement révélées par l’Esprit Saint, qui ne peut nous tromper?

  2. “Il est venu chez lui, mais les siens ne l’ont pas reçu”
    “Chez Lui” devrait être “chez nous”, dans un coeur accueillant, brûlant de foi, d’espérance et de charité. Or nous – qui nous disons chrétiens – pouvons-nous dire sans rougir que nous Le recevons comme il se doit ? Il me semble que nous devrions montrer plus d’humilité.

  3. Pinaillage que tout cela — une nuance dans une prière prononcée une fois par an!
    Quand donc les Juifs et les Chrétiens se pencheront-ils enfin sur l’Al-Fatiha et ses médisances contre leur foi, prononcées au moins 17 fois par jour par tous les croyants de l’Islam?

Publier une réponse