Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Société

“Prenez date” le 10 février 2016 : concert aux Invalides au profit des blessés de guerre

585789751_2
On pourra néanmoins regretter l'utilisation de cette vilaine expression de langue anglaise devenue visiblement une mode très "branchée entreprise"… A ce titre, on relira avec plaisir ce petit texte écrit par Gabriel de Broglie de l’Académie française, Chancelier de l’Institut de France, à propos de cette expression :

"Paradoxe de l’emploi de la langue : alors que les anglophones nous font l’emprunt du mot « rendez-vous » pour les rencontres agréables, nous, francophones (…) sommes tentés de chiper l’expression save the date en toute occasion. Mais l’échange paraît guindé. Car un « save the date » adressé pour une inauguration, une cérémonie ou un vernissage n’a pas la courtoisie de la parole qu’on se donne, à deux ou à plusieurs, de se retrouver en des date et lieu déterminés.

C’est une injonction pressante, autoritaire et non négociable de se rendre disponible, comme une assignation pour un duel ou une injonction d’assister à un mariage. L’expression anglaise est aussi la même pour sauver la planète, les éléphants ou toute autre entité menacée d’extinction.

Alors, au lieu de l’hyperbole tyrannique de « sauvez la date », préférons retrouver courtoisie et sens commun. « Prenez date » respecterait précisément la perspective probable ou certaine des évènements. Mais un usage s’est déjà installé que les imprimeurs d’invitations connaissent bien et qui invite gentiment à la prévoyance. C’est « gardez la date ». Pourquoi en chercher un autre"

Partager cet article

6 commentaires

  1. Un catholique , le mercredi des Cendres, a autre chose à faire qu’à aller au concert:ce jour là c’est jeune et pénitence .

  2. En effet, l’emploi de plus en plus courant d’expressions anglaises qui plus est plus ou moins adaptées devient agaçante. A l’heure où notre pays est vendu, bradé, voir donné en pâture, faire de même avec sa langue parait sans doute logique mais je ne m’y ferai pas.
    Non moins surprenant à notre époque est le choix pour cette soirée du jour des Cendres, jour d’entrée en carême où il nous est demandé de prier et faire pénitence. L’intention est bonne cependant mais l’enfer est pavé de telles bonnes intentions. La veille, jour de Mardi Gras, eut été plus propice.
    Il est également totalement illogique que les familles de nos soldats blessés ou morts pour la France (ou pour les intérêts de ceux qui la gouvernent ? La question mérite d’être posée au moins pour certains conflits) dépendent de la générosité des citoyens pour vivre décemment, citoyens qui paient déjà beaucoup d’impôts, lesquels devraient également couvrir ce genre de besoins.
    Ne vous trompez pas sur mes intentions : l’association qui compense les manquements de nos gouvernants (un de plus !) en ce domaine a toute ma faveur. Ceci n’empêche pas de souligner l’incongruité du simple besoin.
    Bonne chance à cette association et… qu’elle se renseigne sur les dates auxquelles les catholiques pratiquants, parmi les généreux donateurs de manière générale, ne pourrons assister à pareille soirée. A moins que ce jour n’ait été choisi par le gouverneur lui-même ?

  3. Ce “save the date”, c’est pire que cela, c’est bien la marque de l’asservissement de notre pays et c’est un lapsus révélateur par rapport à l’indépendance de notre pays et notamment en ce qui concerne notre armée et les missions qui lui ont été données notamment sous Sarkozy (cf Libye). Cette remarque évidemment ne concerne pas nos soldats, leur courage, leur abnégation et le fait qu’il faut privilégier ce genre de manifestation et le but qu’elle poursuit.

  4. Parce-que vous estimez que Paris est encore francophone ? On se croirait à Toronto ou à Birmingham lorsqu’on arpente les rues commerçantes !

  5. @Madame jacqueline Jolu :
    Mais, chère Madame, ne soyez pas aussi légaliste que les pharisiens ! Ce concert est une très bonne action, qu’on peut parfaitement faire tout en respectant le “jeûne et abstinence” demandé par l’Église.
    Et puis, rien ne vous empêche d’envoyer votre don sans aller au concert (le bulletin d’inscription vous offre le choix) : voilà une belle occasion de “faire pénitence” en pratiquant la vraie charité, vous ne croyez pas ?

  6. Ah ! Ces KTOS rigoristes qui ne veulent pas faire passer la Charité avant la Pénitence !Pas de Concert le Mercredi des Cendres ! Pourtant, un de nos soldats qui saute sur une mine le Saint Jour de Noël, c’est pas vraiment jour de Fête pour lui et les siens ! Hypocrites !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]