Bannière Salon Beige

Partager cet article

Immigration / Liberté d'expression

Pourquoi nous soutenons l’action de Génération Identitaire dans les locaux de SOS Méditerranée

Pourquoi nous soutenons l’action de Génération Identitaire dans les locaux de SOS Méditerranée

Dans une tribune publiée dans Valeurs Actuelles, une cinquantaine de personnes, parmi lesquelles Guillaume de Thieulloy et votre serviteur, signent une tribune en soutien à l’action de Génération Identitaire, qui ont brièvement envahi les locaux de l’association d’aide aux migrants SOS Méditerranée, déployant une banderole dénonçant l’aide aux clandestins apportée par l’ONG. Une opération qui a valu à 22 d’entre eux d’être immédiatement arrêtés par les forces de l’ordre et d’être mis en examen pour « violences en réunion », « séquestration », « participation à un groupement en vue de commettre des violences » et « enregistrement et diffusion d’images violentes ».

Parce que l’occupation des locaux de SOS Méditerranée le 5 octobre 2018 a été menée de façon pacifique. Il n’y a pas eu d’effraction, la porte du siège a été ouverte par les membres de l’association. Il n’y a pas eu de « séquestration », les activistes pro-clandestins ont pu sortir librement. Aucun coup n’a été porté ni reçu. Ni le mobilier, ni la façade de l’immeuble n’ont été endommagés.

Parce que cette non-violence a été confirmée par le porte-parole de la Direction départementale de la sécurité publique des Bouches-du-Rhône en ces termes : « aucune personne n’a été blessée et les interpellations se sont déroulées sans incident ». La porte-parole de SOS Méditerranée a, elle aussi, reconnu l’absence de violence.

Parce que la répression contre les militants identitaires relève de l’acharnement politique et non du droit. Pour cette occupation symbolique d’une heure, les 22 militants de Génération Identitaire ont été placés en garde à vue durant 2 jours et deux nuits. La longueur de cette garde à vue ne se justifiait pas. Il s’agit d’une décision politique venue du Ministère de l’Intérieur. Libérés le dimanche 7 octobre en fin d’après-midi, les 22 militants devront se soumettre à un contrôle judiciaire. Ils sont mis en examen notamment pour « violence en réunion » et « séquestration », deux charges imaginaires qui visent uniquement à criminaliser une simple occupation temporaire de locaux.

Parce que l’action de Génération Identitaire est justifiée par les agissements délétères de SOS Méditerranée. 30 000 clandestins transportés en trois ans depuis les côtes libyennes alors même que, selon un rapport d’Interpol, 90% des passages de migrants vers l’Europe ont été organisés par des réseaux criminels.

Parce que SOS Méditerranée est incapable de dire la vérité sur les conséquences de son action. Combien parmi les 30 000 migrants débarqués par l’Aquarius venaient vraiment de pays en guerre ? Combien se sont ensuite rendus coupables en Europe de délits et de crimes ? SOS Méditerranée prétend « sauver des vies » mais combien, par son action, en a-t-elle gâchées et détruites en Europe ?

Parce que la grande majorité des Français refuse cette immigration massive imposée. A contrario, les 60 rassemblements organisés samedi 6 octobre par SOS Méditerranée ont été un échec avec moins de 8 000 personnes au total.

Pour toutes ces raisons :

Nous soutenons les 22 de Marseille. Nous appelons à l’abandon des charges à leur encontre. Nous demandons une enquête parlementaire sur SOS Méditerranée et la mise sous séquestre de son navire l’Aquarius. 

Partager cet article

3 commentaires

  1. Bravo les Identitaires ! Mille fois bravo ! Vous êtes les courageux « poilus » de notre temps ! Il faut faire le « buzz », diffuser au maximum des images de telles actions ! Par colère, je m’emporte souvent ici dans mes commentaires, mais ce sont ce genres d’actions qui vont sans doute faire le mieux réagir nos compatriotes !

  2. Cela nous renvoie à un récent échange de forum où un lecteur du SB, lui-même magistrat, intervenait en défense de l’indépendance de la magistrature en accusant le législateur trop laxiste.
    Nous avons là un exemple flagrant de partialité qui ne met pas en cause notre arsenal législatif mais son dévoiement par la magistrature au profit d’une cause politique qui met en évidence la corruption morale de cette institution.
    Nous pouvons souligner cette dérive sans pour autant oublier qu’il existe encore des magistrats intègres qui se désolent de cet état de fait.

  3. selon que vous serez antifa ou identitaire les jugements de cour ….

Publier une réponse