Bannière Salon Beige

Partager cet article

Valeurs chrétiennes : Education

Pourquoi mettre ses enfants dans les écoles sous-contrat ?

De Gabrielle Cluzel dans Monde & Vie :

E "En ce mois de rentrée, je me pose cette question lancinante : pourquoi, comme des milliers de catholiques aussi benêts que moi, ai-je inscrit mes enfants dans une école privée sous contrat? Oui, je vous le demande, pourquoi? Ces écoles-là ont un prix. Un prix moins élevé que les écoles hors contrat puisqu’elles bénéficient, en échange de leur allégeance, d’un certain nombre de subventions auxquelles, par nature, ces dernières ne peuvent prétendre, mais un prix certain. Les écoles hors contrat vous coûtent un bras, mais vous savez pourquoi. Les écoles sous contrat, elles – à quelques rares exceptions près qui doivent se compter sur les doigts de la main , présentent une valeur ajoutée qui reste à définir, bien cachée, si bien cachée que je désespère de la trouver. Dans notre monde capitaliste de libre échange, l’école sous contrat serait donc le seul bien que l’on achèterait sans aucune contre partie, de façon purement irrationnelle, par une sorte de dépense absurde et masochiste? Dans ces écoles-là, on va souvent par habitude. […]

On peut aussi faire ce choix par espoir d’y trouver de meilleures fréquentations. Un leurre le plus souvent. […] Il ne faudrait pas créer de ghettos sociaux. De bantoustans dans lesquels ces minorités opprimées que sont les enfants bien élevés pourraient se serrer les coudes. La directrice a donc soigneusement pris soin de les disperser dans les classes. Cela s’appelle la mixité sociale, héritière, selon elle, du « Nous sommes tous frères, aimons-nous les uns les autres ». Quand ces écoles se souviennent soudain qu’elles sont chrétiennes, c’est pour faire montre d’un angélisme béat. Les directeurs de prison eux-mêmes ont compris qu’il fallait séparer les caïds des petites frappes, qu’on ne mélangeait pas sans dommage les grands criminels et les petits délinquants. […]

On cherche alors un niveau scolaire? Pensez-vous. Nombre d’entre elles accueillent au contraire, dans un grand élan fraternel, les enfants pudiquement dits « à problème » que l’école publique, qui n’a pas les mêmes délicatesses, a renvoyés. Le dernier argument plaidant en faveur de l’école privée sous contrat m’a été avancé par une aide-ménagère martiniquaise. Elle l’a livré avec un franc-parler sans complexe autorisé par sa couleur de peau : dans les écoles privées, puisqu’il faut payer, les populations des logements sociaux, issues des pays d’au-delà de la Méditerranée à la puberté précoce, sont peu représentées. Le climat du collège y est, de ce fait, plus calme. Elle-même travaille dur pour réussir à offrir cet environnement à ses deux enfants. Un avantage, on s’en doute, que ne saurait revendiquer haut et fort l’enseignement privé. On tente plutôt de vendre un projet éducatif fumeux. […]

Certains bien sûr, ont pris conscience de l’extrême vacuité du système, comme Mgr Cattenoz, par exemple, qui s’est aussitôt attiré les foudres de tout ce qui compte dans l’enseignement privé. Imaginer faire du catéchisme dans une école catholique, c’est un peu fasciste, non? Dans son sillage, une jeune et courageuse journaliste du magazine Famille Chrétienne a voulu entamer un dossier sur le sujet, qui devait compter plusieurs volets. Il a avorté dans l’oeuf. Le bruit court dans les couloirs de la rédaction qu’après la parution du premier article, des pressions ont été faites en haut lieu pour que le dossier soit enterré. Et ça, ce n’est pas un peu fasciste?"

Les principes non-négociables n’ont jamais été si attaqués. Aidez le Salon beige à contre-attaquer et à promouvoir la culture de vie !

Partager cet article

10 commentaires

  1. Merci pour ce texte, il exprime à merveille le paradoxe de ces établissements dit “catholique” qui deviennent des publiques payants

  2. Bonjour,
    Juste une remarque: le public accueille aussi”des élèves à problème du privé”, qui les renvoie car ils sont soit trop idiots pour parfaire le taux de réussite aux examens soit paumés ou insolvables…de plus, ils sont souvent renvoyés sans conseil de discipline;
    Juste un souhait:que le privé devienne meilleur qu’il ne l’est.Et comme vous le laissez entendre, il n’aura pas de mal.

  3. Cher Salon Beige, je vous aime beaucoup, c’est pourquoi je vous écris.
    Cela dit :
    1/ le lien proposé avec “monde & vie” ne renvoie pas à l’article auquel vous vous référez. Dommage, j’aurais peut-être mieux compris cette polémique..
    2/ Les écoles “hors contrat” c’est sûrement très bien. Mais il n’y en a pas partout, et toutes ne sont pas de même qualité… Personnellement, je n’ai jamais pu y avoir accès pour mes propres enfants (aucune n’était suffisamment proche ou l’école ne s’adressait pas aux âges des enfants ; ou encore -mais oui- on ne voulait pas les prendre…Peut-être que je n’avais pas “le bon look” ou pas le bon patronyme ? Pourtant je suis vraiment catho) bref, tout ça est fort compliqué et j’y perds mon latin, c’est le cas de le dire.
    Je crois que là comme ailleurs, il faut bien se garder de généraliser. Etre plus nuancé, faire preuve de discernement et de prudence : vertus éminemment catholiques, non ?
    [L’article n’est pas sur le net, il faut acheter le numéro pour le lire. MJ]

  4. J’ai l’impression de lire les réflexions partagées avec mon mari quelques jours avant la rentrée. Résultat : changement d’école pour mon “petite section” et école à la maison pour ma “grande section”…si seulement nos évèques avaient conscience du mal qu’ils font à l’Enseignement dit “Catholique”.

  5. Un excellent article qui résume bien la vacuité de la plupart de ces écoles; celles-ci ont vécu quelques temps sur des fondements chrétiens, qui se dissolvent peu à peu, oubliant que ce sont ces fondements qui en faisaient la valeur. Comme suppléante dans cet enseignement sous contrat, je peux témoigner qu’il devient même difficile de s’affirmer catholique dans la salle des profs; le faire, c’est perdre une partie de sa crédibilité, surtout dans une matière littéraire.
    Qu’attendent nos évêques? Souvent, ceux qui le voudraient ne trouvent pas de directeurs cathos (normal, on ne les accepte pas toujours dans les formations); quant aux professeurs, j’en connais d’excellents, cathos, qui se sentent plus libres dans le public. Un constat désolant, dont on ne voit pas bien l’issue…

  6. Et dire que si on avait le système des bons scolaires, tous les établissements s’amélioreraient – ou disparaîtraient.

  7. Et tout cela fait de parfait Scout de France…

  8. Sans compter que “faire du catéchisme”, c’est rarement autre chose que chahuter en gribouillant des coloriages.

  9. Et dire que le Secréraire général de l’enseignement catholique, qui s’est récemment exprimé, parlait de “phénomène isolé” en décrivant les “quelques” écoles hors contrat… Il y en a plus de 600 en France et qui affichent complet ! Ayant fait ce choix du hors contrat, je me reconnaîs parfaitement dans les propos de cette dame. Je ne comprends toujours pas pourquoi l’enseignement catholique ne se remet pas en cause. Ce serait tellement simple de reconnaître que les “conventions” ou “allégences” avec l’Etat lui ont fait perdre sa spécificité chrétienne… le combat continu !

  10. J’avoue mal comprendre les exagérations de Monde et Vie. Personnellement, le seul reproche que je ferais aux établissements libres sous contrat est un élitisme exagéré basé sur la sélection des élèves plus que sur la qualité de l’enseignement. Mais à part cela, mes quatre enfants y sont passés et dans l’ensemble, j’en ai été satisfait. Les dérives décrites comme cas général doivent correspondre plutôt à des rares exceptions.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services