Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Pourquoi la victoire de Donald Trump serait une bonne nouvelle

Pourquoi la victoire de Donald Trump serait une bonne nouvelle

Plusieurs amis, sachant que je m’intéresse de près à la politique américaine (je crois bien être un des rares chroniqueurs français à avoir assisté à un meeting de Trump, avant même qu’il ne soit désigné comme le candidat du parti républicain en 2016…), m’ont demandé ce que je pensais de l’élection présidentielle américaine. Je voudrais tenter de leur répondre par cet article à la veille de ce vote important.

Je ne suis pas un expert électoral et ma première réponse serait d’inviter les journalistes à l’humilité et à la prudence. Ne serait-ce que parce que la plupart des commentateurs français de cette folle campagne ne connaissent que New York ou San Francisco, qui sont loin de représenter tous les Etats-Unis. Il est, de façon générale, assez délicat de « sentir » les passions politiques d’un peuple. Et les sondages, qui peuvent aider à comprendre les tendances et les évolutions, ne nous renseignent pas précisément sur l’état d’esprit ni surtout sur les motivations d’une personne ou, a fortiori, d’un peuple : les questions déterminent le type de réponse et il est bien connu que les instituts de sondage faussent ainsi partiellement – parfois involontairement, parfois pour complaire à leurs clients – leurs propres résultats. Ainsi, de toute évidence, le vote Trump est sous-estimé par les sondeurs, pour la simple raison que la plupart des électeurs ont intégré l’idée que, selon la nomenklatura, voter Trump est « plouc », tandis que voter Biden est « chic ». C’est ce qu’on appelle là-bas l’effet Bradley.

Il faut ajouter qu’il n’y a pas une seule élection : la présidentielle américaine se fait au suffrage indirect par Etat et non au suffrage direct sur l’ensemble de la nation. Il est donc parfaitement possible de l’emporter en ayant moins de voix que son adversaire. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à Donald Trump en 2016 : il a perdu le vote populaire, mais gagné la présidentielle. Or, les règles électorales diffèrent d’un Etat à l’autre et il est donc très difficile d’extrapoler d’un sondage réalisé à l’échelle du pays le nombre de grands électeurs qu’obtiendront chacun des deux candidats.

Précisons encore que la fraude pourrait bien être massive : il y a eu de nombreux votes par correspondance et les démocrates ont la réputation (qu’ils ne contestent pas et dont ils se vantent, au contraire, volontiers) d’être bien meilleurs que les républicains pour aller chercher les votes par correspondance. Or, aux Etats-Unis, on sait assez précisément qui vote quoi. Il peut donc être tentant pour une organisation aux sympathies démocrates d’aller voir toutes les personnes âgées du voisinage en leur proposant de poster leur vote – et de mettre à la poubelle les courriers des sympathisants républicains.

Bref, l’élection de demain est probablement encore plus indécise que la précédente.

Mais il n’est pas sans intérêt de noter que, malgré la puissance du président américain, l’élection présidentielle n’a pas, aux Etats-Unis, l’importance centrale de notre propre élection présidentielle. Certes – et je vais naturellement y venir –, il n’est pas du tout indifférent que Trump ou Biden l’emporte, pour les Etats-Unis d’abord, mais aussi pour tout le monde occidental, et même pour la planète entière. Mais leur élection ne sera pas le seul résultat ni le seul enseignement du 3 novembre. La majorité au sénat et à la chambre ne sont pas moins importantes – et peuvent être largement « décorrélées » de la présidentielle (en 2016, Trump avait gagné dans des Etats qui n’avaient élu, le même jour, que des parlementaires démocrates et c’est loin d’être un cas unique). La récente nomination d’Amy Coney Barrett à la Cour suprême est, elle aussi, d’une importance cruciale – en particulier parce que cette dernière devrait pouvoir rester en poste pendant des décennies. Et je ne parle pas ici des innombrables référendums sur lesquels les Américains vont devoir se prononcer demain. Il n’est pas rare qu’un électeur ait, outre le président, à élire plusieurs parlementaires et à se prononcer sur une dizaine de sujets aussi variés que l’éclairage public ou la restriction de l’avortement.

Ce qui veut dire que, même si Biden l’emporte, ce ne sera pas nécessairement une défaite écrasante pour les républicains ni, moins encore – et cela m’importe plus – pour les conservateurs (qui sont électoralement liés au parti républicain, mais ont un “agenda politique” largement autonome). L’inverse est également vrai.

La principale nouveauté de cette campagne, selon ce que je peux en percevoir en lisant la presse américaine (mais sans avoir été, cette année, aux Etats-Unis comme je le fais habituellement quelques semaines par an), c’est que le pays est plus fracturé que jamais. Les Etats-Unis n’ont jamais été une nation au sens français du mot : ils seraient bien davantage un empire composé de myriades de nations plus ou moins étrangères les unes aux autres, et unies par une sorte de religion civique qui n’est pas sans rappeler celle de l’ancien empire romain. Mais il est frappant que les émeutes raciales, les attaques partisanes et les crises politiques à répétition des derniers mois ont conduit les différentes communautés à s’éloigner les unes des autres, au point parfois de ne même plus pouvoir trouver de point commun. Non seulement leur vie n’est plus la même (c’était déjà le cas avant : un immigré italien de première génération vivait très différemment d’un Anglais dont la famille était implantée avant l’indépendance des treize colonies), non seulement les médias qu’ils consultent ne sont plus les mêmes, mais leur langue n’est plus la même, leur imaginaire n’est plus le même, le pays qu’ils aiment n’est plus le même. Trump et Biden portent une part de responsabilité dans cet état de fait, mais ils n’y peuvent rien et le vainqueur ne règnera même pas sur une Amérique divisée : la moitié du pays le considérera comme illégitime et le méprisera.

Cela ne pourra pas manquer d’avoir des conséquences sur l’avenir du pays – et de l’Occident en général. Cela ne veut certes pas dire que les Etats-Unis vont cesser d’être une grande puissance – ni même la première puissance du monde. Mais ils vont clairement être fragilisés par leurs propres divisions – qui, à mon sens, sont profondes et durables.

Au plan idéologique, comme en 2016, il y a un véritable enjeu à cette élection. Cela n’a pas toujours été le cas. Pendant des décennies, démocrates et républicains ont partagé une grande partie de leurs convictions. Les démocrates étaient beaucoup moins collectivistes que leurs collègues des partis sociaux-démocrates européens et les républicains s’interdisaient de parler de sujets comme l’immigration. L’arrivée de Donald Trump et de Bernie Sanders a profondément bouleversé la donne. Au passage, c’est aussi l’un des aspects de l’effet Bradley dont je parlais plus haut : comme personne au parti républicain (à l’exception notable de Pat Buchanan) ne parlait d’immigration, ni des traités commerciaux multilatéraux, tout le monde en déduisait que l’immigration et la désindustrialisation n’étaient pas des sujets politiques aux Etats-Unis. Dès que Trump mit ces sujets sur la table, il devint évident que c’étaient des sujets majeurs et cette prise de conscience est irréversible : la plateforme politique du parti républicain a durablement changé, que Trump l’emporte demain ou non.

Si ces quelques lignes ont pu contribuer à nuancer un peu les propos à l’emporte-pièce de tant de commentateurs français, elles n’auront pas été inutiles.

Mais je voudrais saisir l’occasion pour aggraver mon cas et expliquer pourquoi je souhaite la victoire de Donald Trump. Je n’ignore pas combien cette position apparaît loufoque ou odieuse dans le paysage politico-médiatique français – mais j’ai une petite habitude de ne pas être exactement sur les mêmes positions que mes éminents confrères de la « presse dominante ». Par ailleurs, les intérêts des Etats-Unis et ceux de la France ne coïncident pas et, autant j’apprécierais mal que des Américains me donnent des leçons de patriotisme français, autant je ne me permettrais certainement de donner de leçons à ceux de mes amis américains qui liront cet article. Je voudrais simplement expliquer pourquoi, du point d’un catholique et d’un homme de droite français, la victoire de Trump – et, plus encore, la défaite du candidat démocrate – serait une bonne nouvelle.

Disant cela, je n’idéalise pas le personnage. Je continue à rester interloqué de le voir pratiquer la diplomatie du tweet, tantôt cajolant, tantôt insultant ses adversaires, toujours les affublant de surnoms farfelus. Je n’oublie pas non plus que beaucoup de mes amis conservateurs américains avaient été d’abord très réservés, sinon hostiles, devant cet étrange candidat. Mais je n’ai jamais compris comment les journalistes français parvenaient à le grimer en parfait abruti : un homme qui a mené trois carrières différentes au plus haut niveau, comme milliardaire du bâtiment d’abord, puis producteur de télévision, et enfin président des Etats-Unis d’Amérique, ne doit tout de même pas être totalement dépourvu de talent et de charisme ! En toute hypothèse, ce n’est pas tant la personne de Trump ou de Biden qui m’importe, comme Français, que ce que leur élection entraînera au plan politique.

La première raison qui me fait considérer la victoire de Trump comme une bonne chose tient aux sujets que l’on appelle là-bas « social conservatism », c’est-à-dire la défense de la vie humaine, de la famille, du mariage, etc. Donald Trump n’était certes pas des nôtres sur ces questions. Mais il a fait un « deal » avec les conservateurs et il a merveilleusement tenu sa parole. Jamais sous un mandat républicain, la cause de la défense de la vie n’avait davantage progressé. Non pas seulement aux Etats-Unis, mais dans le monde. Il est notamment désormais interdit d’utiliser de l’argent fédéral pour financer l’avortement en Afrique ou en Amérique du Sud. Cela n’empêche pas le très puissant lobby pro-mort du Planning familial de déverser des millions de dollars partout sur la planète, mais désormais sans l’aide de l’Etat fédéral américain. Surtout, Donald Trump a nommé un nombre inouï de juges fédéraux conservateurs et c’est décisif pour l’avenir. Il n’a pas seulement nommé 3 nouveaux juges à la Cour suprême, assurant une majorité conservatrice dans cette instance si importante de l’appareil constitutionnel américain, mais plus de 200 juges fédéraux. Pour nous, pro-vie français, c’est un fantastique signe d’espoir : il est possible de reconquérir le terrain perdu et de faire avancer concrètement et durablement la culture de vie. Inutile de dire que l’arrivée de Joe Biden, tout catholique que soit officiellement ce dernier, changerait tout, tant il est lié au lobby de la culture de mort.

La deuxième raison tient à la politique étrangère. La dénonciation des accords « globalistes » par Trump me semble aller dans le sens d’une restauration de relations diplomatiques saines. Il est en effet délirant que des technocrates sans aucune légitimité politique s’arrogent le droit de bouleverser la vie de milliards d’êtres humains au nom de leurs lubies du moment – de la dérégulation financière à la lutte contre le réchauffement climatique en passant par l’imposition de la démocratie à coups de bombes. J’ai également beaucoup apprécié le combat (pas toujours victorieux si j’en juge par plusieurs épisodes de la guerre en Syrie) de Donald Trump contre les néo-conservateurs au sein de son propre parti républicain et je crains, par ricochet, que sa défaite n’entraîne le retour des travers du messianisme holliwoodien qui croit pouvoir « pacifier » des peuples en les aplatissant sous des tapis de bombes !

Enfin, un troisième élément dans le bilan de Trump me donne envie de le voir à nouveau gagner : son combat pour les frontières et contre l’invasion migratoire. Certes, l’histoire démographique américaine n’a rien à avoir avec la nôtre (contrairement à la doxa médiatique, le peuple français est resté extraordinairement stable des Gaulois au XXe siècle); certes l’immigration aux Etats-Unis est majoritairement une immigration catholique et une immigration de travail (donc bien plus facilement assimilable que l’immigration musulmane de peuplement et d’assistanat qui constitue une large partie des quelque 500 000 personnes arrivant chaque année en France). Mais il me semble d’autant plus intéressant qu’un haut responsable politique américain mette en cause le dogme de l’interchangeabilité des êtres humains et de la nocivité des frontières. Les frontières sont nécessaires à notre identité – et sont donc la condition de notre dialogue avec d’autres civilisations.

A ce sujet, les drames récemment survenus en France sonnent comme un avertissement pour le reste de l’Occident, et les Etats-Unis en particulier : nous avons globalement, comme sphère civilisationnelle occidentale, structurée par le christianisme, un problème avec l’islam et l’immigration musulmane se trouve nécessairement d’une autre nature que d’autres immigrations qui soit sont également marquées par le christianisme (comme l’immigration sud-américaine aux Etats-Unis ou l’immigration polonaise chez nous), soit sont restées étrangères à l’Occident pendant des siècles (comme l’immigration asiatique). L’islam, au contraire, s’est doctrinalement défini contre le christianisme (la profession de foi coranique commence d’ailleurs par « la », non en arabe : non il n’y a pas d’autre Dieu que Dieu, ce qui est une contestation explicite du dogme de la Sainte Trinité) et, depuis la fondation de l’islam, nous avons pratiquement toujours été en guerre. On ne peut rayer cela d’un trait de plume. Plusieurs amis conservateurs américains m’ont dit se réjouir du récent discours de fermeté contre l’islamisme d’Emmanuel Macron. Mais ce n’est manifestement qu’un discours – alors que Donald Trump, lui, est un homme d’action, “a doer” comme dirait l’excellent vice-président Mike Pence. Et, surtout, c’est un discours qui évite soigneusement les questions qui fâchent (et notamment la responsabilité de l’islam comme tel dans les assassinats odieux qui ont ensanglanté la France au cours des dernières semaines) et l’on peut reprocher bien des choses à Donald Trump mais certainement pas d’éviter les sujets qui fâchent !

Un dernier mot : le meilleur argument électoral de Donald Trump, plus encore que son bilan objectivement bon, ce sont ses adversaires. Non pas seulement Joe Biden, mais sa vice-présidente pressentie, Kamala Harris, incarnation du « gouvernement des juges » qui défit naguère, sans aucune légitimité politique, les résultats du référendum californien sur le mariage pour complaire aux idéologues libertaires, sans parler de tout l’appareil d’un parti démocrate profondément radicalisé et devenu violemment hostile à l’idée même de civilisation occidentale, soutien actif des émeutes raciales et partisan du « Great reset », cette transformation mondialisto-socialiste dont rêve l’oligarchie financière qui, sous couvert de lutte contre le terrorisme, contre la pandémie ou contre le réchauffement climatique, supprimerait volontiers toutes les libertés des peuples et des personnes.

Donc, oui, sans hésitation, et quoi qu’en puissent penser la caste jacassante française, je suis de ceux qui se réjouiraient demain si Donald Trump l’emportait !

Guillaume de Thieulloy

Directeur du Salon beige

Partager cet article

21 commentaires

  1. Donc : ” In Trump we trust !! “

    • Les media français sont effectivement hystériques contre Trump ; ils dégoulinent de haine et dans les reportages, n’ interrogent à 80 % que les pro Biden. C’est hallucinant et à vomir…Parfois je quitte mon écran tellement c’est ignoble ! En tant que catholique, j’ai toujours soutenu Trump, dès le début, pour son attitude “morale” et résistante. Et je vous rejoins dans votre analyse. Vous n’avez pas à battre votre coulpe d’oser le dire ! Je pense qu’on est nombreux à penser comme vous.
      “4 more years” Mr President, and God bless you.

      • Attitude ‘morale’?? Vous voulez rire, j’espere! Celui qui declare pouvoir attraper les femmes par leurs parties intimes car il est une celebrite? Etes-vous vraiment certain que cette ‘morale’ soit tres catholique? Votre haine de la gauche vous rend aveugle.

  2. Attention quand même , 2 petites chose : la premiére , si Biden arrive au pouvoir , il est dit qu il changerait le nombre de juges de la Cour Suprême afin de mettre le nombre de juges plus un pour avoir la majorité.
    La seconde , certains speculent sur l espérance de vie de Biden et espérent ” monter ” à sa place sa vice-présidente , qui aurait toute latitude pour deverser son fiel dans le domaine sociologique et faire éclater sa haine du blanc, comme taubira chez nous , ily a peu.

  3. Pardon “… Deux petites choses…”

  4. Ce serait une grande joie de voir le président pour qui j’ai voté en 2016 réélu. J’espère bien que la surprise inespérée de 2016 se répétera demain. Biden serait une énorme catastrophe pour le pays. De plus, il est le premier véritable président pro-vie du pays a non seulement avoir promis des législations pro-vie mais a les avoir fait voter au niveau fédéral. C’est rare un président qui fait ce qu’il a promis en tant que candidat. Ma femme et moi irons voter pour lui demain. Nous allons prier à son intention dans notre église ce soir au cours d’une veillée organisée à cet effet. God Bless!

  5. Merci pour cet article.
    Les médias français sont à fond contre Trump. C’est l’hystérie !
    Pour nous catholiques, Trump est un peu le Cyrus des temps modernes, l’instrument de Dieu, pas son envoyé. Il contrecarre les plans des alliés de satan.
    Prions pour sa victoire ! Que Dieu ait pitié de nous !

  6. Tres bonne analyse geopolitique,cher Guillaume de Thieulloy, vous n’etes pas tout seul a souhaiter la Victoire de Donald Trump bien que sa politique restaurant de plus en plus le protectionisme americain ne nous soit pas vraiment favorable mais enfin on ne peut reprocher a qui que ce soit gouvernant un pays de restaurer autant que faire se peut sa souveraineté. Cela dit il est certain que pour reellement travailler a la paix dans le Monde il sera vraiment necessaires que les pays du Monde decident d’un commun accord de revenir a un etalon metal plus stable que le Dollar qui fluctue et fait tousser le Monde entier au gre des aleas de l’economie americaine.
    Le President Trump sera t’il l’Homme de telles negociations sur le choix d’un autre etalon monnaie.
    Pour l’heure nous ne pouvons qu’esperer son election, car il donne un bon exemple d’un president attaché aux retour aux lois morales ancrees dans la loi naturelle du proto commandement divin et du decalogue seul condition pour avoir des societes dont les membres ont besoin pour vivre en harmonie et exercer la Charite les uns avec les autres.

  7. Trump n’est peut-être pas trop mal mais il n’est pas le Messie… Attention à ne pas se tromper d’attente

    • Trump n’est pas le Messie, mais il a fait tellement de choses en faveur de la vie. Biden c’est vraiment le pire du pire et tous chrétiens doit choisir toujours le moindre mal quand un bien n’est pas possible (par exemple il est très difficile du supprimer les lois d’infanticides pré-natal, mais il est possible de diminuer leur “efficacité” et de favoriser la vie).

  8. Très intéressante analyse, merci

  9. Le plus important, en dehors de la position “pro-vie” est l’aide que pourra apporter DT à la lutte contre le “deep state” et contre toutes les visées mondialistes du “Great reset”. L’occident a besoin de lui, sinon, nous allons à l’esclavage et aux camps d’extermination (c Canada et programme de Bayrou).

  10. Donald Trump c’est plus que cela
    Il n’est pas seulement pro-vie il a déclaré la guerre à l’exploitation esclavagiste et sexuelle des êtres humains et lutte contre l’état profond.

  11. Il est vital pour l’Occident que Trump gagne.

  12. Que le BIen triomphe et que D.T. soit réélu ! n’oublions pas qu’il est également soutenu par Mgr Vigano (ancien Nonce Apostolique aux Etats Unis et qui doit bien connaître les choses de ce pays) qui lui-même a bien expliqué les raisons qui seraient excellentes pour le monde entier s’il était réélu.
    Certes D.T. n’est pas le Messie, mais s’il agit comme il a parlé alors (égoïstement) réjouissons-nous ! il est contre le grand ef facement, il est pro vie et si Dieu le veut il luttera de toutes ses forces contre l’ét at pro fond.

  13. Je suis catholique comme vous, et je ne pense pas me classer parmi l’espèce dite “progressiste” dont vous ne raffolez pas. Cependant il m’est impossible de penser que votre jugement soit juste relativement à l’élection américaine. Dans un monde qui n’est pas le Royaume de Dieu, la politique est l’art du compromis et non pas la défense inconditionnelle de quelques causes, même juste. C’est plutôt l’art du moindre mal. Or le comportement de celui qui vient de passer 4 ans à la tête des États Unis a été plutôt perturbateur et diviseur que constructif. En outre, on ne peut pas gouverner contre les mœurs d’une époque mais rechercher le compromis le moins malhonnête. Par exemple je vous accorderai que l’avortement est un homicide volontaire. Cependant, on ne peut pas chaque année envoyer aux Assises des centaines de milliers de femmes (et les hommes ?) ; il est donc raisonnable de sortir de l’alternative pour ou contre l’avortement, mais, si l’on ne doit pas le légaliser, on peut le dépénaliser dans certaines limites. Passons à la politique internationale : la volonté d’isoler l’Iran est une erreur géopolitique majeur, qui jette ce pays dans les bras des Russes, alors qu’il est le seul pays islamisé qui soit porteur d’une grande civilisation, au contraire de l’Arabie saoudite et du monde sunnite. Aider l’Iran à se libérer de sa dictature et à coopérer avec nous serait plus intelligent. C’est un exemple. Côté immigration, lutter contre l’islamisme et contenir l’Islam n’a rien à voir avec l’accueil des étrangers qui est un impératif de l’Évangile dont vous semblez faire peu de cas. Bref, votre parti pris pour M. Trump a quelque chose de pas très catholique, pas très moral et pas très politiquement juste. Et au fond, mais vous n’êtes pas le premier ni le dernier à le faire, vous politisez beaucoup trop votre foi catholique, oubliant par exemple la sage conduite d’obéissance à l’autorité impériale de la part des premiers Chrétiens. Nous ne sommes pas sur terre pour faire triompher des causes envers et contre tout, mais pour aimer le prochain à la manière du Christ, en aimant nos ennemis (car nous en avons) et en bénissant ceux qui nous persécutent.

    • Alors d’abord l’avortement c’est non négociable alors que sur l’Iran il est permis d’être en désaccord.
      Par ailleurs Donald Trump est seul des derniers présidents américains à n’avoir pas engagé de nouvelle guerre.
      Enfin, son action a été bénéfique sur le plan économique.
      A ces titres Trump est sans doute bien plus moral que Joe Biden, le complice d’Obama, du mondialisme et de la culture de mort.

  14. j’ai voté pour Trump en 2016, je viens de revoter pour lui; les journalistes francais ?? combien parlent l’américain (qui n’est pas tout à fait l’anglais) couramment, que connaissent-ils de l’Histoire de ce pays; et que comprennent-ils vraiment ?? Monsieur Trump est un gagnant; et s’il a parfois pu paraitre surprenant dans ses propos, il sait ce qu’il dit et ce qu’il fait – suivant son but – et ca l’a souvent arrangé qu’on le prenne pour un ‘idiot’ ; Melania est Catholique ! on a reproché a Trump d’etre presbytérien : il y a env. 25% de Catholiques aux Etats-Unis et env. 50% d’autres Chrétiens; il faut donc tenir compte de cela, sachant que bien des evangélistes n’apprécient pas les Catholiques ! Il a oeuvré contre l’exploitation humaine; il a en 4 ans remis son pays sur les bonnes rails; il a toujours dit qu’il lui faudrait 4 ans de plus; Si, comme je l’espère (et le crois), l’élection tourne à son avantage, et oui : rien n’est encore fait ! soyons surs que les Dems (dont les représentants sont surtout ‘marxistes’ et….) vont mettre le pays dans un triste état; mais si Trump venait à ne pas etre réelu; c’est le monde entier, et en premier lieu l’Europe, qui va etre dans un tres sale état; que ceux qui savent Prier prient encore plus !!!!! C’est la lutte entre le Bien et le Mal;

  15. petits ajouts à mon commentaire : 1. on apprendra peut-etre que le Covid a été ‘lancé’ en prévision de cette élection capitale… 2. JFK était Catholique et Démocrate… les Dems d’aujourd’hui n’ont plus grand chose de commun ; Donald Trump a demandé la déclassification de l’affaire de JFK… ‘certains’ ont freiné…… attendons…

  16. Pour tout dire Soyons honnête \ Donald Trump après sa dites ‘Victoire avec la Floride ‘ n’a fait que défendre son opinion sur la victoire de son adversaire en la personne de Joe Biden ! Biden aura fait lutte de Titans Pour ainsi faire admettre son pouvoir aux critiques en dernière heure du Président Donald Trump car lui aurait récolter la Pennsylvanie / La Georgie /le Michigan des États -clés tels L’Arizona / et j’en passe ! Quand à mettre son appuie sur les ‘Fraudes’ électorales et ainsi refaire le processus devant ‘La cour Fédéral’ d’un recomptage Certes savoir ce qui serait à l’origine d’une ‘imposture ‘ électorale !ou si tout cela ne serait qu’une fausse déclaration! Pour Donald Trump admettre ce serait se ‘Conjurer ‘

Publier une réponse