Bannière Salon Beige

Partager cet article

Pays : Etats-Unis

Pourquoi est-il toujours inexact de dire que Joe Biden a été élu président des Etats-Unis ?

Pourquoi est-il toujours inexact de dire que Joe Biden a été élu président des Etats-Unis ?

Les médias français (mais pas seulement) ont vraiment une attitude étrange. Lorsqu’un terroriste assassine et qu’il est arrêté en flagrant délit, ils parlent de « principal suspect« . Lorsqu’un homme politique est accusé de corruption ou de malversation, il est très important pour eux de souligner qu’il bénéficie de la « présomption d’innocence« . Sans doute ont-ils raison déontologiquement.

Mais alors, pourquoi ne sont-ils pas aussi prudents pour l’élection présidentielle américaine ? Pourquoi ne pas faire confiance au processus démocratique qui livrera le nom du vainqueur après que les grands électeurs auront voté le 14 décembre prochain ?

Voici encore trois raisons de rester prudent :

  1. La directrice des services généraux de l’administration américaine refuse pour l’instant de signer l’ordre organisant la transition entre les équipes de Trump et de Biden [source]

C’est «la femme la plus puissante de Washington (pour le moment)». Selon le média Politico, Emily Murphy, la directrice des services généraux de l’administration américaine (General Services AdministrationGSA en anglais), tient entre ses mains le pouvoir de reconnaître l’élection de Joe Biden. Et pour l’instant, elle ne semble pas prête à sauter le pas. Elle refuse de signer une lettre autorisant les équipes du démocrate à commencer à travailler à la passation de pouvoirs. Sans cela, impossible d’obtenir les financements fédéraux nécessaires pour mettre sur pied la nouvelle administration gouvernementale ni faire un point sur les sujets confidentiels avec les agents en place (…)

«Aucun vainqueur n’a été clairement déclaré», a temporisé Pamela Pennington, la porte-parole des GSA. En effet, tant que le collège électoral ne s’est pas réuni pour voter, ce qu’il fera le 14 décembre, le president-elect n’est annoncé «que» par les médias. Lors des élections précédentes, cette annonce suffisait pourtant aux GSA pour enclencher le processus de transition.

2) Le Brésil, la Russie, la Chine et le Mexique n’ont pas reconnu officiellement le résultat annoncé par les médias et préfèrent attendre que tout cela soit officiel [source]

Le président du Mexique Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO) a ainsi déclaré le 9 novembre qu’il attendait toujours le résultat officiel de l’élection aux Etats-Unis avant de féliciter le vainqueur.  «Le fait que nous attendions ne signifie pas que nous pensons qu’il y a eu une fraude», a-t-il fait savoir lors de sa conférence matinale quotidienne. Il a ensuite précisé que la victoire annoncée du démocrate Joe Biden devait «être validée par l’autorité compétente ou les juges aux Etats-Unis». «Nous n’interviendrons pas tant que les Américains n’auront pas réglé leurs affaires», a-t-il ajouté AMLO, avant d’insister : «Nous voulons agir avec prudence. Attendons que les autorités se prononcent, puis nous ferons une déclaration

De son côté, le vice-président brésilien Hamilton Mourao a déclaré le même jour que Jair Bolsonaro, proche allié de Donald Trump, félicitera «en temps voulu» le candidat «qui aura été élu» président des Etats-Unis, sans mentionner le nom de Joe Biden. «Je crois que le président [Jair Bolsonaro] attend la fin de cet imbroglio, de la discussion sur des votes frauduleux […] avant de se prononcer», a expliqué Hamilton Mourao. Et de poursuivre : «Il est évident qu’en temps voulu, il félicitera celui qui sera élu

La Chine avait, elle, expliqué le 9 novembre que le résultat final du scrutin n’était pas encore connu. «Nous avons pris note que Joe Biden a déclaré être le vainqueur de l’élection», a déclaré devant la presse un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin. Avant d’ajouter : «A notre connaissance, le résultat de l’élection sera déterminé par les lois et les procédures en vigueur aux Etats-Unis

Le Kremlin a indiqué le 9 novembre que le président russe Vladimir Poutine attendait l’annonce du résultat officiel de la présidentielle américaine pour féliciter le vainqueur. «Nous estimons qu’il est correct d’attendre les résultats officiels des élections qui ont eu lieu. Je tiens à rappeler que le président Poutine a plusieurs fois dit qu’il respecterait le choix du peuple américain quel qu’il soit», a déclaré aux journalistes le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

3) Le procureur général des Etats-Unis autorise l’ouverture d’enquêtes sur la présidentielle [source]

Le procureur général des Etats-Unis Bill Barr a donné son feu vert le 9 novembre pour l’ouverture d’enquêtes sur d’éventuelles irrégularités lors de la présidentielle du 3 novembre, dont Donald Trump assure qu’elle a été entachée de fraudes. Bill Barr a écrit dans son courrier aux procureurs fédéraux du pays : «Je vous autorise à enquêter sur des allégations substantielles d’irrégularités concernant les votes ou le comptage de bulletins avant la certification des élections dans vos juridictions, dans certains cas.» Et d’ajouter : «De telles enquêtes peuvent être menées s’il existe des allégations claires et potentiellement crédibles d’irrégularités qui, si elles étaient avérées, pourraient potentiellement avoir un impact sur le résultat d’une élection fédérale dans un Etat.»

Par ailleurs, voici un point de situation état par état du dépouillement en cours et des recours engagés. Ce point de situation publié sur Polémia permet de se rendre compte des enjeux :

  • Wisconsin avec 10 Grands Électeurs : Le matin du 4 novembre Donald Trump menait par 1 514 750 voix contre 1 396 865. Ce résultat prenait en compte le vote préalable (les personnes qui votent plus tôt) et le vote en personne (le jour du scrutin). Pas le vote par correspondance. Aujourd’hui, alors que le décompte est clos, Joe Biden l’a emporté par 1 630 570 voix contre 1 610 030, ce qui veut dire que le vote par correspondance a été de 72% en faveur de Joe Biden. C’était attendu et reste crédible. Maintenant l’écart est tellement faible qu’il ouvre la porte à des contestations.

  • Arizona avec 11 Grands Électeurs : Avec 98% des suffrages comptés, Joe Biden mène par 1 648 642 voix contre 1 633 896. Donald Trump n’a donc plus que 14 746 voix de retard avec encore 66 000 bulletins à dépouiller venant essentiellement de « comtés » majoritairement républicains. Le résultat final devrait être extrêmement serré, et l’Arizona peut encore basculer chez les Républicains.
  • Caroline du Nord avec 15 Grands Électeurs : Avec 99% des suffrages comptés Donald Trump mène par 2 734 525 voix contre 2 659 706. Les derniers bulletins semblent se partager équitablement et proportionnellement entre les deux candidats. Les 15 Grands Électeurs devraient aller à Donald Trump.
  • Géorgie avec 16 Grands Électeurs : Avec 99% des suffrages comptabilisés Joe Biden mène par 2 468 003 voix contre 2 456 590 à Donald Trump. Ce qui veut dire que 89% des suffrages par correspondance ont été en sa faveur, ce qui fait quand même statistiquement beaucoup. Particulièrement dans un État ou vivent beaucoup de militaires qui votent par correspondance (en opération à l’étranger) et majoritairement Républicain. 18 000 sont encore arrivés avant le week-end, et 7 000 depuis. Le responsable des élections a expliqué l’ensemble des problèmes qui ont eu lieu, et le Secrétaire Général du Gouverneur a annoncé que l’État de Géorgie va être contraint de lancer un recomptage complet des votes. 
  • Michigan avec 16 Grands Électeurs : Avec 99% des suffrages comptabilisés Joe Biden mène par 2 790 648 voix contre 2 644 525. L’écart est donc de 146 123. Il semble qu’il y ait de nombreux exemple de problèmes de software fourni par la firme Dominion. Là aussi, Donald Trump a demandé via ses avocats un recomptage complet des votes. 
  • Pennsylvanie avec 20 Grands Électeurs : Avec 100% des suffrages comptés Joe Biden mène par 3 365 846 voix contre 3 320 510. Il a donc reçu 1 078 981suffrages par correspondance (76%), pendant que Donald Trump n’en recevait que 355 657 soit 24%. C’est statistiquement possible, mais lourd. D’autant que la Pennsylvanie est l’État ou les suspicions de fraudes sont les plus grandes, et sur lequel les Républicains concentrent l’essentiel de leurs efforts. Ainsi Rudy Giuliani, ancien procureur de New York et le maire qui a restauré la sécurité dans cette ville, et accessoirement, l’avocat personnel de Donald Trump a déposé plainte lundi dernier pour obtenir une annulation d’une partie des votes par correspondances. Ce que les Républicains appellent les votes « illégaux ». Il est intéressant de noter que le « Justice » Alito de la Cour Suprême a ordonné vendredi dernier que les bulletins par correspondances soient séparés des bulletins déposés en personne le 3 novembre. Les juges de la Cour Suprême savent-ils déjà que la question de la validité de certains suffrages finira par arriver sur leurs bureaux ?

Outre le fait que les votes par correspondance oscillent entre 76 et 89% pour Joe Biden, quatre états n’ont donc toujours pas officiellement donné leurs résultats (Alaska, Caroline du Nord, Géorgie et Arizona). Les résultats sont consultables sur le site de CNN.

Et pour terminer, ces deux titres du Monde à 4 ans d’intervalle. Deux résultats différents, deux attitudes différentes face aux soupçons de fraude :

 

Partager cet article

6 commentaires

  1. Il y a les gentils et les méchants. Les gentils démocrates, même pris en flagrant délit comme les terroristes (je vous recommande le visionnage d’  « un crime pas parfait du tout » https://m.youtube.com/watch?v=gJDhxC_9ktI), et les vilains républicains proches de l’Extrême Droite française. Bouh les zaffreux !

  2. biden sera déclaré vainqueur par des juges qui auront accepté la fraude et non par le peuple qui a voté

  3. Les deux titres du Monde à 4 ans d’intervalle c’est parfait.
    Cela résume magnifiquement ce qu’est cet organe de propagande et de manipulation.
    Le reste de la presse aux ordres n’ayant rien à lui envier.

  4. La Caroline du Nord a été attribuée à Donald Trump. On l’a appris hier en début de soirée.

Publier une réponse