Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Pour répondre aux gilets jaunes qui veulent moins d’impôts, ils proposent d’augmenter les impôts

Pour répondre aux gilets jaunes qui veulent moins d’impôts, ils proposent d’augmenter les impôts

Nos députés sont de grands malades :

[…] Pour satisfaire à la demande de justice fiscale des Gilets jaunes, plusieurs députés La République en Marche (M. Orphelin, S. Houlié, G. Chiche, A. Taché…) s’empressent de proposer la création d’une tranche supplémentaire d’impôt sur le revenu pour taxer un peu plus les riches.

Ils oublient que la France est déjà le pays qui taxe le plus les revenus des riches. Le taux d’imposition directe de la tranche marginale supérieure des revenus est en France à un niveau inégalé ailleurs. Le taux appliqué de 45% peut être augmenté de l’imposition « Fillon » de 4% sur les hauts revenus et de la CSG/RDS… au taux de 9,2% sur les revenus du travail, voire de 17,2 % sur les revenus fonciers, soit au total 58,2%, voire 66,2%.

Par comparaison en Europe, beaucoup de pays ont des taux proportionnels et non progressifs, des flat taxes : la Hongrie au taux de 15%, la Bulgarie à 10%, la Roumanie à 16%, la Tchéquie à 15%, l’Estonie à 20%, la Lituanie à 15%, la Lettonie à 23%… Certains pays n’ont que deux taux comme la Slovaquie à 19% jusqu’à 35 268€ et 25% au-delà, l’Irlande à 20% jusqu’à 34 550€ et 40% au-delà, l’Islande à 22,5% jusqu’à 893 713 ISK et 46,24% au-delà, ou encore la Suède au taux de 20% de 455 300Kr à 662 300 et 25% au-delà. D’autres ont trois taux comme Malte de 15 à 25%, le Royaume-Uni de 20% à partir de 11 851£ à 45% au-delà de 150 000£.

L’Allemagne taxe la tranche supérieure à 45%, mais au-delà de 260 533€, l’Autriche à 55%, mais au-delà de 1M€, la Belgique à 50% dès 38 830€, l’Italie à un peu plus de 45 % (taxe régionale et municipale comprise) au-dessus de 75 001 €, les Pays Bas à 52 % au-delà de 67 072€, la Slovénie à 50% au-delà de 70 907 €, Chypre à 35 % au-dessus de 65 001 €, la Grèce à 45 % au-dessus de 40 000€, le Portugal à 48% au-dessus de 80 640 €. Dans quelques pays européens, le calcul est plus complexe car l’impôt sur le revenu est voté d’une part par l’Etat central et d’autre part par les collectivités territoriales. C’est le cas en Espagne où l’impôt central sur les revenus de 2016 était de 22,5% au-dessus de 60 000 € mais il fallait lui ajouter 21% à Madrid au-delà de 53 407 €, ce qui au total faisait 43,5 %.

Au surplus certains systèmes d’assurances sociales dits beveridgiens font payer tout ou partie de la sécurité sociale par l’impôt sur le revenu. C’est le cas au Danemark où le taux maximum d’impôt sur le revenu ne peut pas être supérieur à 51,95 %, mais il inclut les contributions sociales et les impôts locaux. Il en va de même en Norvège où le taux composé représente au plus, pour les revenus gagnés en 2018, 46,6%.

La France a donc bien le taux d’imposition sur le revenu le plus élevé de tous les pays européens. Mais en outre, les Français payent des cotisations sociales qui sont aussi les plus élevées. Selon Eurostat « Le coût de la main-d’œuvre comprend les salaires et traitements auxquels s’ajoutent les coûts non salariaux tels que les cotisations sociales à la charge des employeurs. En 2016, la part des coûts non salariaux dans le coût total de la main-d’œuvre a atteint 23,9 % dans l’UE-28, tandis qu’elle était de 26,0 % dans la zone euro. Elle variait par ailleurs fortement entre les États membres de l’Union. Les proportions les plus élevées des coûts non salariaux ont été observées en France (33,2 %), en Suède (32,5 %), en Belgique (27,5 %), en Lituanie (27,8 %) et en Italie (27,4 %). Les proportions les plus faibles ont été enregistrées à Malte (6,6 %), au Luxembourg (13,4 %), en Irlande (13,8 %), au Danemark (13,9 %) et en Croatie (14,9 %) ».

C’est normal car la France a le taux de dépenses sociales le plus élevé d’Europe selon Eurostat (34,3% du PIB en 2014, 32% selon la Dress en 2015). Les cotisations sociales représentent 18,8 % du PIB en France, soit le taux le plus élevé d’Europe où la moyenne est de 13,3% tandis que la Suède est à 3,3% et le Danemark à 0,9%. Ce qui explique d’ailleurs qu’en France, le coin fiscal [(impôt sur le revenu + charges sociales – avantages sociaux) / (salaire brut +charges patronales)] d’un salarié gagnant le salaire moyen, marié avec deux enfants à charge, est le plus élevé de l’OCDE, à 39,7% en 2017.

Certes, l’impôt sur les revenus des ménages ne représente « que » 8,7% du PIB en France contre 9,4% en moyenne dans l’UE. Mais c’est parce que l’impôt sur le revenu est très concentré en France : plus de 55% des foyers ne sont plus assujettis à cet impôt qui est payé par tous dans de nombreux pays. En France 2% des foyers fiscaux contribuent à 40% du produit de l’impôt sur le revenu et les 10 % des revenus les plus élevés en supportent 70%. Cette concentration de l’impôt sur le revenu devient insupportable, sauf à profiter excessivement des niches fiscales, mais celles-ci sont maintenant plafonnées.

A 48% du PIB (selon Eurostat), les prélèvements obligatoires français sont les plus élevés de l’OCDE et d’Europe. Pour répondre aux demandes légitimes des Gilets jaunes, il faut, non pas augmenter ces prélèvements sur ceux qui en payent déjà beaucoup plus que les autres, mais les réduire pour tous. Et pour ce faire, la seule solution est de réduire le poids des dépenses publiques qui est aussi le plus élevé d’Europe.

Au surplus, l’augmentation du taux de l’impôt sur le revenu tendrait sans doute à en faire baisser le produit selon le principe de Laffer qui veut que lorsque le taux de l’impôt dépasse un certain seuil, variable selon les pays et les époques, le produit de l’impôt baisse par suite des dispositions d’évitement adoptées par les contribuables. C’est ce qui est arrivé au Royaume-Uni après que le gouvernent travailliste eut, en 2010, augmenté le taux de la tranche supérieure de 40 à 50% au-delà de 150 000£, tandis que le produit de l’impôt a augmenté lorsque deux ans plus tard le nouveau gouvernement tory a baissé la tranche supérieure de 50 à 45%.

Augmenter d’une, voire deux tranches comme certains l’envisagent au gouvernement, le taux de l’impôt sur le revenu consisterait à faire peser un poids supplémentaire sur les actifs français qui sont déjà les plus chargés du monde, et peut-être à les inciter à quitter la France. Il faut, à l’inverse, réduire les taux d’imposition, voire n’en avoir plus qu’un, et supprimer toutes les niches, comme l’IREF ne cesse de le proposer.

Vous souhaitez que votre patrimoine serve à défendre vos convictions, plutôt qu'être dilapidé par un Etat prédateur et dispendieux ?

Savez-vous que le Salon beige est habilité à recevoir des legs ?

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

5 commentaires

  1. La revendication des gilets jaunes contre les cadeaux faits aux riches est purement “de principe”.
    Ce n’est pas en augmentant les impôts des riches ni en rétablissant l’ISF (impôt inutile et coûteux) qu’on calmera leur colère.

  2. Il faut arrêter de matraquer dans toutes les directions.
    Par contre, il y a d’énooormes économies à faire, qui permettraient, à terme, de supprimer quelques taxes.
    Il faudrait créer un audit populaire qui se substituerait à la Cour des Comptes, laquelle pointe des excès dont tout le monde se fiche et auxquels personne ne tente de remédier.

    Les sorties champêtres d’Emmanuel, soit dit en passant, sont assez coûteuses. Ces dépenses vont-elles être imputées à ses comptes de campagne ?

  3. le plus choquant c’est que les gouvernements successifs gaspillent nos impots sans vergogne!
    des commissions CESE, CNDP et une vingtaine d’autres avec des recalés du suffrage universel payés grassement pour pondre des rapports que personne ne lit, un avion qui vient chercher un premier ministre à l’autre bout du monde parce que son avion n’allait pas assez vite
    etc

  4. Cout annuel estimé de l immigration : 84 milliards. Vous avez la cause principale du vol fiscal et la source d économies première.

  5. Votre batterie d’arguments certes sensés est inutile et dérisoire. Le politique va prendre de l’argent là où il y en a, chez les classes moyennes “moyennes” et supérieures… Au dessus, on rase gratis car on en a les moyens, tout en bas, il n’y plus rien à prendre depuis belle lurette, paupérisation issue des politiques ultra-libérales oblige… Ce sont donc les classes moyennes qui raquent, ce qui est logique, car le nouvel ordre mondial en voie d’achèvement n’en a plus besoin, et sont donc condamnées à disparaître…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services