Pour préparer la révision des lois sur la bioéthique

B Un colloque de Bioéthique présidé par Mgr Pierre d'Ornellas, Archevêque de Rennes, et responsable du groupe de travail "bioéthique" de la Conférence des Evêques de France, a eu lieu dans les locaux de l'Institut Catholique de Rennes le mardi 25 novembre 2008. Les enregistrements des interventions de 8 particpants sont en ligne accompagnés d'un résumé : Mgr d'Ornellas, Mgr Jacques Suaudeau, Pierre-Olivier Arduin, Natalia Lopez Mortalla, Elisabeth Montfort, Aude Mirkovic, Pr Philippe Anthonioz et le Dr Alain Hirschauer qui s'est penché, lui, sur la proximité du combat entre le statut de l'embryon et la fin de vie :

"Réfléchir au statut ontologique de l'embryon peut paraître fort éloigné de la pratique médicale voire même dénué d'intérêt. La science doit poursuivre sa marche en avant et nous autres professionnels du soin avons-nous quelque chose à attendre d'une hypothétique définition de l'être humain à ces débuts qui plus est d'une définition philosophique ? Eh bien non ! Chercher à définir l'être humain dans ses premiers instants de vie éclairera un peu plus l'être humain dans toutes les situations où la maladie le menace et particulièrement dans les derniers instants lorsque la maladie le défigure, le prive de toute activité de connaissance, lorsque ses facultés spirituelles ne se manifestent plus, lorsqu'il redevient celui qui ne parle pas, l'"infans". La pratique de la réanimation néonatale ou des soins palliatifs nous ramène tous à la recherche d'un cadre éthique dans lequel agir, prendre des décisions les plus justes et respectueuses possibles."

Michel Janva

4 réflexions au sujet de « Pour préparer la révision des lois sur la bioéthique »

  1. Pierre

    C’est payant?
    Sur un tel sujet: c’est dommage cela limite le nombre de personnes (en particulier les non-cathos) susceptibles d’entendre ces interventions…
    Est-il possible de trouver quelque part le texte écrit, le verbatim des prises de paroles des intervenants de ce colloque.
    [C’est gratuit. MJ]

  2. Goéland

    A noter dans le cadre de cette loi, cette parole délirante d’un député nouveau centre reprise par le Figaro, à propos de l’euthanasie des prématurés qui risquent de graves séquelles :
    “Avons-nous le droit d’arrêter une vie qui n’a même pas commencé? Je réponds oui, par sédation, sans pour autant faire exception d’euthanasie”
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/12/02/01011-20081202FILWWW00496-fin-de-vie-la-question-des-prematures.php

Laisser un commentaire