Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement / France : Politique en France

Pour Marine Le Pen, l’avortement n’est pas un sujet prioritaire

De Marine Le Pen :

"Un grand nombre d'éditorialistes et de journalistes de cette presse veulent faire du Front un parti confessionnel où l'avortement serait le sujet principal. Je dis que l'avortement n'est pas un sujet prioritaire pour nos compatriotes aujourd'hui. […]"

Toujours cet amalgame : l'avortement n'est pas un sujet "confessionnel". Même s'il n'y a plus que les catholiques pour en parler. A l'heure du problème des retraites, ce devrait même redevenir un sujet d'actualité. Cela étant précisé, l'avortement reste le problème fondamental de notre temps et il est triste qu'une personne ayant de hautes ambitions politiques ne s'en aperçoive pas : le droit à la vie est la base de tout autre droit de l’homme. Si ce droit n’est pas inviolable, aucun autre droit ne peut être garanti. Le récent miracle au sein de l'APCE est un démenti à l'idée que l'avortement n'intéresse plus personne. Médiatiquement, c'est un sujet tabou. Politiquement, c'est un sujet incontournable.

Le Salon Beige est visité chaque jour par plusieurs dizaines de milliers personnes qui veulent participer au combat contre la culture de mort et pour la dignité de l’homme.

Je ne souhaite pas que le Salon Beige devienne une galerie commerciale avec des publicités voyantes, mais au contraire qu’il reste un outil de combat culturel.

Le Salon Beige est un lieu où chacun trouve les informations et les argumentaires dont il a besoin pour sa réflexion personnelle. C’est un lieu gratuit et une bibliothèque de référence vivante.

Si chaque personne lisant ce message donnait, notre levée de fonds serait achevée en une heure.

Aujourd’hui, je vous remercie de faire un don de 5€, 20€, 50€ ou de tout autre montant à votre portée, afin que le Salon Beige puisse poursuivre son combat.

Merci,

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

33 commentaires

  1. C’est quand même énorme…
    J’en viens à repenser à ces fameuses théories sur JMLP, comme quoi il aurait tout fait pour ne jamais avoir le pouvoir. Je n’y crois pas ou plutôt je n’ai pas d’avis là dessus, mais il faut reconnaître que ça expliquerait le comportement de sa fille, qui poursuivrait alors le même but: s’opposer uniquement pour exister, jamais pour agir. Les façons de s’y prendre sont différentes, mais l’objectif serait bien le même.

  2. Tout discours qui ne prend pas en compte la dénatalité est entièrement futile et vain. La dénatalité explique tout le reste : l’immigration, les déficits publics, la stagnation économique. Les 250.000 immigrés légaux annuels comblent les 250.000 avortements. Vase communicants.
    Si elle ne considère pas la question comme prioritaire, alors n’est que la facho de service prévue pour faire peur aux bourgeois et les réveiller les dimanches d’élection.

  3. Elle a raison.
    Comparé à l’islamisation de l’Europe, l’avortement est un problème important, mais secondaire. Pour avoir envie de donner la vie, il faut, au minimum, savoir que les enfants à venir, aient le droit à la vie, la liberté et l’égalité. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, et encore moins demain étant donné l’orientation nauséabonde des politiques migratoires européennes !

  4. “l’avortement reste le problème fondamental de notre temps”
    Tout à fait d’accord, c’est la base.

  5. Depuis que JMLP a imposé sa fille aux commandes du Front National, nous n’avons jamais cessé de combattre toutes les dérives idéologiques et stratégiques conséquentes. La calamiteuse campagne des élections présidentielles de 2007 et l’actuelle campagne interne ont le mérite de faire ressortir la véritable nature du marinisme : un besoin pathologique d’exister devant les caméras et de se conformer au politiquement correct. Il faut refuser la normalisation du Front National.

  6. Et bien moi, je préfère prendre le risque de perdre sur mes idées que gagner sur celles des autres…

  7. Objectivement, NON, l’avortement n’est pas “un sujet prioritaire pour nos compatriotes aujourd’hui”. Nous pouvons le déplorer, ce que je pense, mais c’est un fait objectif. Mettre en titre “Marine LP dit l’avortement n’est pas un sujet prioritaire” est trompeur ! Cela suppose que pour elle ce n’est pas un sujet prioritaire, or ce n’est pas ce qu’elle a dit.
    J’ajoute qu’il est regrettable qu’en tant que leader politique, elle suive les priorités de ses compatriotes, alors que ce que j’attends d’un leader pilitique est d’avoir des idées, et d’en susciter l’adhésion large. Ainsi, elle pourrait dire “l’avortement n’est pas un sujet prioritaire pour nos compatriotes aujourd’hui … mais pour moi l’avortement est un sujet prioritaire, et je vous invite à me suivre dans mon combat politique pour la vie”.
    [“Objectivement”, cela signifie donc qu’il lui faut faire campagne sur les sujets imposés par les médias. C’est ce qu’indiquait récemment son équipe de campagne sur son blog de soutien en écrivant que ce sujet n’était que “connexe”. MJ]

  8. Le Pen jouait sa peau en s’approchant du pouvoir et il ne pouvait pas ne pas en être conscient. Cela n’a pas entamé son franc-parler mais de toutes façons, le mur FM+Coco+Finance est humainement infranchissable pour celui qui maintient certaines bornes. Le scandale Chavez aurait paru une bougie auprès de l’éruption qu’aurait provoquée son élection ! Pourtant, ce qui était dit, était dit.
    Marine veut larguer un lest qu’elle juge encombrant : elle va se retrouver ballottée vers une centre mou où il serait logique qu’elle rencontre Ségolène !
    Adieu une droite, imparfaite certes, qui sauvait néanmoins l’honneur ! Gollnish pourra-t-il reprendre et réactiver ce lumignon fumeux ?

  9. Ca y est ! On glisse lentement vers le politiquement correct……

  10. Evidemment c’est un sujet prioritaire en soi,mais effectivement nullement prioritaire pour nos compatriotes, à ce jour. Ce ne sera pas l’enjeu de la prochaine présidentielle, c’est évident…Un jour peut être.
    Cependant ce genre de propos , et la stigmatisation des détracteurs en “confessionnel” marque une prise de distance assumée avec les fondamentaux du FN.
    Vouloir ratisser trop large ca n’a pas payé en 2007. A vouloir trop gagner, on risque de tout perdre…

  11. Mme Le Pen excelle dans le procédé rhétorique du “straw man”, consistant contrer des arguments que personne ne met en avant (personne ne défend un “parti confessionnel”; personne ne dit que l’avortement est au premier plan des préoccupations de nos contemporains – mais il le devrait).
    Trop utiliser ce procédé (qui est un favori d’Obama, et souvent de Sarkozy) est contre-productif, car les gens se rendent vite compte qu’on les prend pour des imbéciles.
    [En français, on appelle ce procédé réthorique “épouvantail” : créer un argument épouvantail consiste à formuler un argument facilement réfutable puis à l’attribuer à son opposant.
    MJ]

  12. @ zarmagh | 1 nov 2010 19:38:04
    ” Pour avoir envie de donner la vie, il faut, au minimum, savoir que les enfants à venir, aient le droit à la vie, la liberté et l’égalité. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, et encore moins demain étant donné l’orientation nauséabonde des politiques migratoires européennes ! ”
    On ne peut être pour l’avortement au prétexte fallacieux que des difficultés nous attendent (vous auriez pu ajouter le chômage, j’ai déjà entendu cet argument) et on surmonte ces difficultés en donnant la vie , pas en répondant favorablement à ce que certains attendent.

  13. Le Pen (jean-Marie, le seul, le vrai a plein de défauts, mais je trouve que son surnom de Menhir lui va bien!
    Malheureusement ce breton n’a engendré qu’un vague Kouign-amann mou, sucraillon, fadasse dégoulinant, aseptisé: bref un pur produit marketing!
    Faudrait voir du coté de sa mère: un tel décalage n’est pas normal!
    Le FN est mort et il ne le sait pas encore.
    Je n’ai jamais été lepeniste, mais cette débandade fait pitié!

  14. C’est un problème de conscience personnelle et l’état doit permettre de faciliter l’accueil de la vie.
    Le reste c’est du bla bla et chaque cas est différent, donc ne jugez pas.

  15. La défense de la vie, est absolument prioritaire, c’est une question de survie. L’avortement a fait en trente années plus de morts que les deux guerres mondiales. C’est de plus, le péché mortel de nos sociétés, l’islamisation en est le châtiment. Pour la guérison il faut remonter aux causes, sauf si l’on veut rester dans le système.

  16. certains pays ,aux politiques migratoires ,ont compris que le ventre de leurs femmes était une arme absolue .
    que c’est pénible de lire et relire ce terme confessionnel par lequel les anarchistes et les francs maçons désignent tout ce qui s’approche du droit naturel. marine LE PEN dérive, à des années lumières du compromis nationaliste qui fit la force du fn à ses débuts, en une sorte de radicalisme agité.

  17. Le FN devient un parti comme les autres! Tout ça pour avoir des voix… Je me demande ce que les électeurs du parti en penseront, eux!

  18. “Je dis que l’avortement n’est pas un sujet prioritaire pour nos compatriotes aujourd’hui. […]”
    Et bien, si . (point à la ligne)

  19. Pas prioritaire ne veut pas dire pas important…

  20. Le titre de cet article est fallacieux: dans la citation du même article, Marine déclare que “l’avortement n’est pas un sujet proritaire pour nos compatriotes aujourd’hui”; or le titre indique que c’est pour Marine que ce sujet n’est pas prioritaire.
    Le constat de Marine est exact, et c’est se bercer d’illusions niaises que de croire que l’opinion est prête à basculer et à se mobiliser sur l’avortement aujourd’hui.
    La position de Marine, hostile à la repénalisation de l’avortement (dépénalisé par la loi Veil) et favorable à une politique familale puissante pour lutter contre l’avortement (soutien des Familles françaises, salaire maternel, adoption prénatale) est sensée car morale (et chrétienne!) et capable de faire progresser de façon crédible le combat pour la Vie.

  21. L’avortement n’est plus un sujet majeur pour les français. C’est vrai: donc il doit le devenir pour le discours politique. L’écologie ou l’homosexualité n’étaient pas des sujets majeurs il y a 10 ans et le discours politique en a fait des préoccupations. L’argument de Marine Le Pen est tout simplement absurde.
    L’avortement est un choix de civilisation: soit on reconnaît que l’homme et la société ont un droit légitime de vie et de mort, soit on reconnaît la primauté du droit à la Vie sur le politique. C’est un des coeurs du problème: la hiérarchie des valeurs. Relativiser la vie humaine revient à soumettre l’Homme à la décision du législateur et donc à nier l’idée même de dignité.
    L’avortement n’est pas un programme politique, je serais d’accord avec Marine Le Pen sur ce point, mais c’est un marqueur qui situe celui qui en parle sur l’échelle du bien ou du mal. L’avortement est un mal absolu, celui qui relativise un mal absolu appartient déjà au mensonge. Le politique a le devoir de répondre aux attentes des femmes, pas de régler la question par la mort. Vive l’euthanasie des chômeurs pour résoudre le chômage ? Tant qu’on y est…
    L’avortement est un problème social (les problèmes des mères), culturel (notre rapport à la vie), anthropologique (dans le sens où cela implique une définition de l’homme). C’est pourquoi c’est une bataille politique, associative mais aussi religieuse. Du sort spirituel des enfants à naître dépend le sort spirituel de notre pays.

  22. Sur l’avortement et d’autres sujets d’importance : pour voir les non réponses de Marine Le Pen au questionnaire de Reconquête et lire les réponses de Bruno Gollnisch, cliquez ici : http://bernard-antony.blogspot.com/2010/11/reconquete-n272.html

  23. à Philippe Kersantin
    Le FN devient un parti comme les autres! Tout ça pour avoir des voix… Je me demande ce que les électeurs du parti en penseront, eux! (8h24mn)
    Monsieur Kersantin les français se sont déjà exprimés, Marine a depuis 2007 les meilleurs scores du FN que ce soit aux européennes, législatives ou aux régionales.
    Marine a raison sur l’avortement, la liste conduite par notre ami Axel de Boer a réalisé combien déjà aux régionales ?

  24. La meilleure façon de lutter contre l’avortement est de donner de l’espoir au Français;d’inciter la solidarité entre les nationaux
    La loi veil n’a fait que confirmer la tendance de nos compatriotes a l’hedonisme et au consumerisme

  25. Ce sujet est effectivement primordial et il est évident que pour Marine, il ne l’est pas. (pour les français dit-elle, mais aussi pour elle!)
    Face à ce constat déprimant et devant le risque de voir un FN “marinisé” -c’est-à-dire privé de ce qui faisait autrefois sa force (ses convictions justes), il reste une solution, LA solution: aider Bruno gollnisch à accéder à la présidence du FN.
    Pour cela, il faut devenir adhérent, à jour de cotisation (15, 30 ou 50 euro), adhérez avant la date limite, début décembre!
    Autour de moi, j’incite les sympathisants à le faire dans le but de voter Gollnisch et j’avoue que l’idée fait mouche!
    et qu’on me dise pas que gollnisch n’a aucune chance!: au vu de l’essor de sa campagne et de l’affluence de ces réunions, tout à fait comparable à celles de sa concurrente, c’est tout à fait possible… et même probable.
    à condition de se mo-bi-li-ser en sa faveur.

  26. Tout a fait d’accord avec TFP,
    Pour ma part, j’ai réadhéré.
    Il vaut mieux adhérer au FN pour la succession,
    ou une voix sur 20000 vaut bien plus qu’une voix à n’importe quelle autre élection, ne l’oublions pas.
    Non à l’électoralisme débridé. Ce que j’aimais jusque là au FN, c’est que contrairement aux autres partis, il assumait sa ligne, toute sa ligne. NON à un FN sur le même mode de fonctionnement que l’UMP

  27. Aujourd’hui l’avortement, demain le mariage homo, après demain l’euthanasie…
    Ne pas mettre en avant un sujet parcequ’il n’est pas porteur électoralement est une chose compréhensible. Mais modifier un programme politique, c’est le début du renoncement.

  28. Le titre de votre post est ”tiré” dans un sens que le texte de M LP n’exprime pas Elle dit que ce sujet n’est plus prioritaire pour les Français, mais elle ne dit pas qu’il ne l’est pas à ses yeux.
    Elle propose des mesures très précises dans un premier temps, qui visent à aider les familles, selon le programme traditionnel du FN et à donner aux femmes le choix d’être mères, y compris lorsqu’elles sont sont poussés vers l’avortement par le père, la famille la société, l’angoisse, les difficultés matérielles et psychologiques. Cela doit permettre, comme partout où ce type de mesures a été appliquées, de faire reculer le nombre d’avortements et donc de démontrer aux Français que c’est possible sans drame ni violence au contraire de l’avortement, et au contraire de qu’on leur a fait croire depuis 40 ans.
    Car, et là je réponds à AXEL DE BOER, il n’y a rien d’absurde à ce point de vue. Qui est aussi celui d’AUDACE 2012 : Marine LE PEN est assez bien accompagnée et elle a précédé en qq sorte cette initiative que soutient le Cardinal BARBARIN prendre en compte dans un premier temps des solutions de moindre mal.
    C’est la position négatrice du réel qui est illogique : si l’écologie ou l’homosexualisme sont devenus des sujets politiques, ce n’est tant par la loi, que par l’utilisation de l’opinion. Car sur ces deux sujets il existe des courants de pensée et des mobilisations collectives anciennes et fortes, structurées et efficaces.
    Donc, si l’opinion ne se mobilise pas plus actuellement sur l’avortement et les sujets connexes, il illogique de dire que faire ce constat est absurde. On doit en examiner les causes et tenter d’y remédier.
    Par la mobilisation de l’opinion, et il faut espérer que des initiatives comme AUDACE 2012 y contribueront. Par la prière, arme suprême pour tout catholique.
    Et aussi par le débat politique et les propositions législatives en effet, et là Axel DE BOER a raison. Mais la suppression pure et simple ne peut actuellement être crédible sans être précédée de mesures de rééducation des mentalités : Axel DE BOER parle d’ailleurs de batailles à mener. Comme pour l’écologie et les revendications décadentes des milieux homosexuels, on en revient toujours à la question des moyens pour atteindre le bien commun, et l’indispensable usage du discernement moral objectif pour définir le moindre mal.
    Si on esquive ce sujet, on se condamne à l’incantation impuissante.
    Aussi les attaques de principe contre telle ou telle (tjrs la même) n’ont pas d’intérêt, sans une prise en compte globale de la question.
    AUDACE 2012 semble proposer une ligne stratégique : discutable diront certains. Mais c’est un ancrage collectif : ne le refusons pas.

  29. @Olivier M
    “Le constat de Marine est exact, et c’est se bercer d’illusions niaises que de croire que l’opinion est prête à basculer et à se mobiliser sur l’avortement aujourd’hui”
    Est-ce de ce constat que lui est venue l’idée de nous prendre pour des imbéciles en proposant un référendum sur la loi veil??

  30. Notons tout de même que si l’on examine l’exemple américain, ou brésilien, ce ne sont pas les partis politiques qui ont mis cette question en avant : ce serait perdu d’avance.
    Non ce sont les catholiques, laics et CLERGE, qui ont porté l’avortement sur la scène politique, par les manifestations, pas la prière publique, etc …de façon logique des politiques ont pû se positionner dans ces deux pays . L’affaire de Recife , le courage du clergé, a porté des fruits politiques, nous avons pû le constater au Brésil.
    Un politique qui vise le pouvoir porte et est porté des aspirations qui existent et se manifestent sensiblement. Il ne peut se réduire à être un franc-tireur qui se bat pour l’honneur.
    Je me place volontairement au delà de toute problématique de la succession au FN, c’est autre chose, mais ne faisons pas ce procès d’intention là à Marine Le Pen, elle porterait avec cran la défense de la vie qui aurait été amenée dans le débat public par les catholiques. Et c’est notre rôle à tous. Notre premier porte drapeau, ne peut être ni BG, ni MLP, mais notre clergé français que nous devons mobiliser. Voilà le sujet prioritaire.

  31. Hé bé!
    L’UMP n’a pas fini de se marrer devant les réactions opposées de la soi-disante droite catholique nationale!
    Nationale, peut-être!
    Droite vous pouvez rêver,
    Catholique, heu c’est quoi ça?
    Allez continuez à vous disputez frontistes de tous poils, ça vous donne l’impression d’exister, et de vous affirmer bons républicains démocrates!
    Ma culture est loin d’être ce que j’aimerai qu’elle soit, mais quand je pense que j’ignorais que Jésus était républicain et démocrate, ça j’avoue ça me tue!

  32. @ EWART
    Vous dites très bien ce qui est premier : le fait que ce soit l’opinion qui doit être convaincue que l’avortement est un mal. Ce ne sont pas des groupes catholiques ultra minoritaires, ni qq journalistes qui peuvent agir et convaincre : ils sont eux-mêmes divisés entre eux.
    Au sein du peuple français les catholiques, après s’être largement unis entre eux et alliés avec d’autres confessions sur des objectifs communs, doivent être le fer de lance de ce combat pro vie, mais sans en faire un combat strictement confessionnel.
    Les pro Vie américains ont agi ainsi, comme tout lobby aux USA : chaque candidat passe devant des commissions, et signe des engagements législatifs sur les PNN. Il les tient, il sera à nouveau soutenu à l’élection suivante, il ne les tient pas, il sera politiquement combattu.
    Si les catholiques de France avaient ainsi porté ce combat de la Vie massivement depuis 40 ans, avec un épiscopat mobilisé derrière eux, les enjeux seraient plus clairs pour les politiques.
    Jusqu’à présent le monde catholique a été lui-même tellement divisé sur ses sujets des PNN et du moindre mal, qu’en 2007 on a vu s’exprimer la ”justification catholique” de tous les votes quels qu’ils soient, au 1er et au 2 ème tour, avec un positionnement épiscopal incompréhensible et volontairement ultra confidentiel.
    Voilà pourquoi AUDACE 2012 pourrait marquer un tournant : il y aura enfin une voix catholique unique, une plate forme unique de propositions concrètes que l’épiscopat pourra soutenir, et par rapport à laquelle l’opinion, les institutions et associations sociales et les politiques pourront se situer dans la clarté, et en toute connaissance de cause.
    Certaines positions marginales vont enfin apparaître pour ce qu’elles sont : cela n’enlève rien à leur pertinence intellectuelle, mais relativisera leur volonté de représenter tous les catholiques de France ou la seule opinion catholique possible sur ce sujet des PNN.

  33. @ HB
    Bien vu : le mélange de la morale et de la politique par fusion des deux conduit à la confusion.
    C’est ce dont a voulu sortir M LP par une formulation choc, destinée au grand public, auquel l’explication des PNN et du moindre mal est impossible, sauf si on rêve éveillé.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services