Bannière Salon Beige

Partager cet article

Actions/Pétitions

Pour la fin des subventions à la presse

La Pravda

S’il y a une chose que montre la crise sanitaire de façon évidente, c’est la servilité de la presse dominante. Le nombre d’informations “complotistes” qui ont dénoncées solennellement avant d’être avouées publiquement a été gigantesque!

Mais ce n’est qu’une illustration d’un problème plus général. D’un côté, l’oligarchie cherche à faire taire la presse dissidente en l’étouffant sous les procès (la loi Avia est le dernier avatar de cette tentative – qui sera aussi vaine que la tentative du pouvoir soviétique de faire taire les samizdats, tout simplement parce que l’on ne peut pas empêcher indéfiniment l’ensemble des citoyens de chercher la vérité) et en la discréditant par des prétendus “désintox”. De l’autre côté, une presse archi-subventionnée reçoit ses “éléments de langage” et dicte à son tour la “bien-pensance” aux citoyens.

Inutile de chercher plus loin le discrédit général des médias!

Il y aurait pourtant une solution bien simple pour en sortir: il suffirait que les médias soient payés par leurs lecteurs, auditeurs ou téléspectateurs. Ils seraient ainsi libres. Ils seraient ainsi diversifiés (je veux dire vraiment diversifiés, pas le simulacre de débat idéologique actuel!). Et les finances publiques s’en porteraient beaucoup mieux. Selon la Cour des comptes, en 2017, la seule presse écrite a reçu entre 580 millions d’euros et 1,8 milliard d’euros, selon les méthodes de calcul. Cela fait déjà des montants colossaux. Mais c’est pire encore si l’on compare au chiffre d’affaires global de cette même presse écrite: 7,5 milliards d’euros. C’est-à-dire que les aides de l’Etat (payées par nous, même quand nous sommes aux antipodes de la ligne éditoriale des journaux subventionnés – ce n’est d’ailleurs pas un hasard si “L’Humanité” est le journal le plus subventionné de toute la presse quotidienne nationale) représentent entre 8% et 24% du chiffre d’affaires de la presse écrite.

Naturellement, il faut ajouter à cela le budget de l’AFP, de Radio France ou de France Télévisions. Il faut aussi ajouter les abonnements des différentes collectivités et administrations. Il faut ajouter les avantages fiscaux des journalistes. Et bien d’autres choses encore sans doute.

Alors réclamons la fin des subventions à la presse! Ce serait un excellent thème de campagne pour un candidat à la présidentielle qui souhaiterait réellement changer la France: cela libérerait le pays, cela permettrait d’enquêter enfin sur des réalités occultées, et, cerise sur le gâteau, cela ne coûterait rien et réduirait au contraire les dépenses publiques qui en ont bien besoin. En attendant, le Salon beige lance une campagne sur ce thème. Pour voter, c’est ici.

 

Partager cet article

8 commentaires

  1. Tout à fait d’accord avec cet article. En plus des subventions aux média, il conviendrait aussi de supprimer les subventions en tous genres octroyées par les Pouvoirs Publics (au sens large, allant jusqu’aux Mairies). Ce n’est pas leurs rôles. Les Associations “Tout Azimut” bénéficiaires de ces avantages (acquis ?) doivent vivre des subsides de leurs adhérents et non de l’argent des contribuables trop souvent dépensé n’importe comment et contre le souhait de ceux-ci. Ces derniers, par leurs dons personnels – dont ceux défiscalisés – sont là pour aider les Associations et œuvres qu’ils jugent utiles et ainsi orienter plus correctement leur contribution aux charges nationales.

  2. Et en plus, cela ferait plaisir à Greta, notre nouvelle experte de la Covid19 : la plupart des journaux disparaîtraient, économisant des quantités de papier, donc des forêts qui ne seraient pas transformées en pâte à papier.
    Et quand on connaît les besoins en eau et en électricité pour recycler du papier journal, cela fait un raison de plus de faire plaisir à Greta.

  3. Et un certain nombre d’organismes (mairies et autres) devraient cesser de prendre des abonnements de complaisance, cela entretient le système !

  4. il y a bien des journaux qui ne vivent que des dons et des abonnements alors pourquoi pas les torchons de la macronie . Quant aux associations idem, l’argent devrait venir des dons et des cotisations et non de l’état, des régions et des communes et là on verrait un grand nombre d’imposteurs disparaître; Et bien sur idem pour les syndicats qui sont de véritables sang sues et ne représentent qu’eux-mêmes

  5. Très très bonne idée, ne subsisteront que ceux qui ont des lecteurs ou des abonnés, on peut étendre à la TV et supprimer celle d’État ou tout au moins supprimer la taxe, arrêter de subventionner les syndicats dits “représentatifs” qui ne le sont pas ne représentant qu’à peine 10 % des travailleurs, employés. Et puis, tant que nous y sommes arrêter de payer pour les MNA (Mineur Non Accompagné ~ 2 Mds par an) et les autres migrants illégaux qui vont tirer les salaires vers le bas. Et aussi les supprimer à toutes les associations diverses et avariées. Que d’économie en perspective.

  6. arrêt des subventions gouvernementales aux journaux qui ne doivent exister que par leurs lecteurs (le canard enchainé vit même sans publicité depuis plus d’un siècle
    idem pour les syndicats, les associations, les parasites de tout poil parce que clientèle porteuse de voix

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services