Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / France : Société / Immigration

Pour intégrer Sciences Po, il faut être pro-migrants

Dans le cadre de la procédure d'admission en master voie examen en 2016, les candidats ont le choix entre deux sujets qui portent en général sur des questions relatives à l’actualité politique, économique ou sur des questions de société. Cette année les candidats avaient le choix entre deux sujets : l’un portant sur le statut des frontières dans le monde contemporain, l’autre sur les rapports entre alimentation et développement durable. La lecture du corrigé montre très clairement l'orientation politique attendue des candidats. Inutile de s'étonner ensuite de la déconnection des élites avec le pays réel :

Sujet numéro 1 : Le dossier était constitué de quinze documents d'importance inégale dont certains (les documents n°13 et n° 14) n'ont pas été suffisamment travaillés parce qu'ils étaient plus complexes et invitaient à prendre plus de distance. L'essentiel consistait à souligner l'importance du terme "statut" pour penser les frontières et non à décrire, à la lumière d'une très brûlante actualité, un ensemble de faits. Penser le statut des frontières, ce n'est pas seulement déployer leurs fonctions, c'est insister sur leur caractère historique, leur diversité (les frontières ne sont pas seulement nationales, extérieures, matérielles), leur efficacité réelle ou supposée. La plupart des copies ont choisi, pour structurer leur note de synthèse, un plan en deux parties qui proposait d'abord un état des lieux puis une esquisse de solutions. Le risque dans un tel plan consiste à passer du descriptif au prescriptif sans développer une véritable problématisation. Certaines copies, en revanche, ont utilisé de façon pertinente une distinction reprise du dossier entre borne et limite pour interroger la notion de statut, d'autres ont saisi l'importance de l'histoire pour les frontières en analysant les politiques de repli et leurs difficultés, d'autres encore ont souligné l'ambivalence des frontières comme facteur de stabilisation ou de déstabilisation. On aura compris que les bonnes copies sont celles qui ont ignoré les discours politiques et médiatiques qui assimilent la question des frontières à celle des étrangers, des migrants, des terroristes, autant de prétendues menaces, et se sont autorisées une critique de la notion même de "crise migratoire".

Via FDesouche

Partager cet article

8 commentaires

  1. La clique de nos dirigeants se caractérise par l’autocratisme, l’auto-reproduction conduisant à l’autarcie et finalement à une attitude autistique complètement coupée des réalités, le tout, dans le plus profond mépris des autochtones…

  2. Sciences Po est devenu une décharge de “gens foutres” ne cherchant que des planques.

  3. Pour intégrer Sciences Po, il faut d’abord être un imbécile.
    Sciences Po est devenue une école de mouise.

  4. Le comble, c’est qu’ils l’écrivent directement, sans même prendre la peine de tourner autour du pot : la grille d’évaluation des copies est politique.
    Dans un déni total de réalité, la frontière n’est plus liée à la notion d’étranger, et les terroristes deviennent une “prétendue menace”. A ce niveau-là, si jamais ils ne sont pas leurs complices, au mieux ils sont les “idiots utiles du terrorisme”

  5. Il aurait été intéressant de connaître la pensée des migrants sur le statut des frontières et la distinction bornes et limites….
    Je suis sûr que c’est un sujet qui les préoccupe.

  6. Comme disait Zemmour, en urgence , il faut supprimer le conseil d’état ;
    mais revoir aussi profondément les castes qui s’occupent des concours de la magistrature , de sciences-po , et des écoles du journalisme , car on pourrait gagner avec 95% des députés que tout serait inexorablement bloqué.
    Et il faut un référendum immédiat!
    Je rêve mais cela fait du bien d’y penser.

  7. A quoi sert cette école, ou prétendue telle ??

  8. J’ai malheureusement beaucoup de preuves et de témoignages, tant personnels que de très proches, que les IEP sont des citadelles de la pensée libertaire et déconstructrice et qu’elles se verrouillent.
    L’Ecole de la Magistrature comme les Instituts d’Etudes Politiques comme les principales écoles de Journalisme sont là pour sélectionner des esprits soumis aux idéologies dissolvantes.
    Toutefois, les citadelles ont vocation à tomber un jour.

Publier une réponse