Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France / Non classé

Pour gagner, Marine Le Pen devrait être sans concession sur les idées et non compter à nouveau sur une stratégie électoraliste foireuse

Pour gagner, Marine Le Pen devrait être sans concession sur les idées et non compter à nouveau sur une stratégie électoraliste foireuse

Comme en 2017, c’est un piège qui se dessine et qui risque fort de créer de nombreuses désillusions au sein du RN et de l’électorat de droite.

Souvenez-vous, en 2017, Emmanuel Macron avait subtilement laisser entendre qu’il quitterait le débat de l’entre-deux tous si Marine Le Pen était trop agressive ou incorrecte. Il ne s’en était pas fallu de plus pour que les “glorieux” conseillers de la candidate du RN ne la pousse à faire craquer Emmanuel Macron, stratégie d’attaque et de harcèlement qui a conduit au fiasco mémorable qui collera à cette dernière comme le sparadrap du capitaine Haddock…

Aujourd’hui, Emmanuel Macron lui tend à un autre piège par l’intermédiaire de Gérald Darmanin, en service commandé et non en franc-tireur, qui lui reproche d’être “molle”. Une partie de LREM s’en offusque (hypocritement?) :

…et la gauche Libération s’étrangle:

Car comment continuer à coller à Le Pen l’étiquette d’«extrême droite» quand on a dans ses rangs un ministre fier d’être «plus dur» qu’elle sur les questions d’islam et d’immigration ? Comment appeler dans quelques mois au «front» ou «désistements républicains» afin d’empêcher le RN d’empocher une ou deux régions (Paca, Bourgogne-Franche-Comté) ? Comment appeler en renfort des électeurs de gauche à «faire barrage» contre le RN au second tour de la présidentielle en 2022 en cas de nouveau duel Macron-Le Pen ?

L’idée est donc que la gauche n’ira pas voter pour Emmanuel Macron au 2ème tour et que Marine Le Pen pourrait donc compter sur l’abstention pour gagner. Quelle bêtise et quelle naïveté de croire que la dédiabolisation fonctionnerait de manière aussi simple. La dédiabolisation est un piège dans lequel le RN est tombé (voir les analyses de Gilbert Collard, de Carl Lang, de Bruno Gollnisch ou cet article)

Jean-Yves Le Gallou a tout de suite vu le piège :

Et ce dernier montre que les pièges sont nombreux. Dans ce contexte, jusqu’où ira le courage de Marine Le Pen pour défendre Génération identitaire (voir communiqué du RN ici) ?

Frédéric Signant signe une analyse très intéressante dans Boulevard Voltaire que les conseillers de Marine Le Pen devraient s’empresser de lire :

On nous révèle donc que Marine Le Pen aurait fait du training avec un groupe d’énarques pour éviter tout soupçon d’incompétence. Mais le même article [du Figaro, NDPC] lève aussi le voile sur la stratégie de la candidate pour l’emporter face à Macron au second tour. La candidate et son staff compteraient sur un rejet tellement fort d’Emmanuel Macron qu’il entraînerait une très forte abstention, notamment à gauche, et permettrait l’élection de Marine Le Pen. D’après Le Figaro, son théorème serait le suivant : « En 2022, l’abstention sera militante contre Emmanuel Macron. » Décliné par l’un de ses proches : « Nous avons plus de chances que Macron perde plutôt que Marine ne gagne. » Ainsi, Marine Le Pen aurait théorisé une élection par défaut, jusqu’au bout (…)

Ne compter que sur le rejet d’Emmanuel Macron serait une lourde erreur stratégique (…) D’autant plus lourde que l’impopularité d’Emmanuel Macron et l’abstention qui en découlerait sont elles-mêmes très incertaines et toutes relatives. Malgré les crises et la situation exceptionnelle que traverse le pays, son impopularité n’a jamais retrouvé les points bas de la période « gilets jaunes » et les sondages montrent qu’il est moins impopulaire à ce moment de son mandat qu’un Sarkozy ou qu’un Hollande (…)

De plus, la stratégie fondée sur l’abstention de la gauche ne correspond pas à sa tradition électorale. C’est un fait que l’électeur de gauche est toujours beaucoup plus civique que l’électeur de droite. Beaucoup plus légitimiste et docile aux consignes, aussi.

Enfin, le pari de l’abstention reste hasardeux car il peut se retourner contre le RN : à trop dévitaliser cette élection avec un casting déjà fait, Marine Le Pen risque d’apparaître comme la partenaire d’Emmanuel Macron dans ce « duo » que dénonce Christian Jacob. Sa stratégie de dédiabolisation qu’elle a poursuivie dans le débat de jeudi sous le regard d’un Gérald Darmanin ironisant sur sa « mollesse » risque de décourager certains de ses électeurs potentiels. Si, en plus, elle n’a pas réussi à convaincre la partie de la droite qui, pourtant sur une ligne très proche de la sienne, ne se reconnaît pas en elle, comme le montrent le départ de Jean Messiha ou l’intérêt que suscite la candidature d’Éric Zemmour, on voit mal comment elle parviendrait à faire le plein de ces voix qui lui seront indispensables.

Le sondage miraculeux plaçant Marine Le Pen à 48 % lui a peut-être donné des ailes, ainsi qu’à son entourage. Il ne leur a, en tout cas, pas rendu service en termes de réflexion stratégique.

Addendum. Voici le communiqué du RN en soutien à Génération Identitaire :

Le Rassemblement National alerte nos concitoyens attachés aux libertés fondamentales que sont les libertés de conscience, d’expression et d’association. Ces dernières sont en effet dangereusement remises en cause par la décision prise hier par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, d’enclencher la procédure de dissolution de l’association Génération identitaire.

Force est de constater que les fondements de cette procédure de dissolution ne sont pas juridiques mais politiques.

Peut-on ainsi considérer que dénoncer la politique d’immigration, défendre la priorité nationale, être attaché à la nationalité française pour les fonctionnaires ou s’opposer au droit de vote des étrangers rendent possible une dissolution ?

C’est pourtant sur la base de la « discrimination en vertu de la non-appartenance à la nation française que se fonde la demande de dissolution.

Doit-on admettre que l’on ne puisse plus faire un lien entre immigration massive et insécurité ? Or, la demande de dissolution reproche de présenter l’immigration comme un danger pour les Français.

Le RN rappelle que l’article 10 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen affirme que « nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi ».

Par ailleurs, une telle dissolution serait également contraire à la jurisprudence constante de la Cour européenne des droits de l’homme selon laquelle « la liberté d’expression constitue l’un des fondements essentiels d’une société démocratique et vaut même pour les idées qui heurtent, choquent ou inquiètent ».

Sur la base des arguments politiques et d’opportunité avancés par le ministre de l’Intérieur, ce sont de grands partis politiques français, d’autres associations, et au-delà tout lanceur d’alerte, qui demain pourraient être visés par de telles procédures arbitraires.

Le Rassemblement National ne partage pas toutes les opinions exprimées par l’association menacée par le ministre de l’Intérieur, pas plus qu’il n’approuve toutes ses actions et ses modes d’expression, mais une association n’a pas à plaire ou déplaire à l’opposition, pas plus qu’au gouvernement.

Une association et de façon générale tout citoyen, se doivent de respecter la loi et le cas échéant, d’être protégés par cette dernière.

C’est au nom de ce principe démocratique et protecteur que le Rassemblement National dénonce cette décision du ministre de l’Intérieur et alerte nos concitoyens.

Partager cet article

11 commentaires

  1. Pour “gagner”, MLP devrait commencer par se retirer de l’élection présidentielle.

  2. Pour gagner il suffit d’être soi-même sans s’occuper des magouilles.
    La “dédiabolisation” ne sert strictement à rien bien au contraire car la diabolisation permet d’exposer le camp du mal, ses compromissions, son organisation, ses parrainages, sa corruption, ses plans secrets, ses buts inavouables.

    Il faut juste gagner massivement afin de faire s’effondrer le système de fraude électorale qui permet de faire élire des Hollandes et des Macrons. C’est ce qu’à fait Trump…

  3. L’élection présidentielle est hors de portée de MLP.
    Elle a touché ses limites lors du débat du 3 mai 2017, et il est difficile de se remettre d’un tel échec et de rebondir.
    En plus elle n’est pas en mesure de nouer des alliances solides menant à la victoire. Celle avec NDA était folklorique.
    Le soir de sa défaite, le 7 mai 2017, elle a dansé. Tel était son plaisir ou sa consolation. Soit mais Philippe de Villiers a eu un peu plus tard ce commentaire peut-être prophétique : “Une personne, qui danse sur sa défaite, n’a pas d’avenir”.

  4. La ruse macronienne évoquée au début de cet article est très intéressante et subtile. Il me semble qu’il faudrait aussi s’intéresser de très près à la fameuse vidéo qui circulait à l’époque, d’un soi-disant psychiatre italien analysant la personnalité de Macron. Cette psychanalyse youtube avait beaucoup influencé également l’attitude de MLP vis à vis de Macron pour tenter en vain de lui faire quitter le débat. Stratégie désastreuse dont l’issue nous est hélas connue.

    • @Foudras
      Il semble que l’analyse du professeur italien de psychiatrie date du 3 mai 2017, veille du débat entre les 2 finalistes du 7 mai.
      Peut-on imaginer une relation de cause à effet, alors que le débat a dû commencer à s’organiser dès le lendemain du 1er tour ?
      Dois-je déduire de vos interrogations que vous imaginez un montage réalisé par un comédien se faisant passer pour un professeur de psychiatrie ?
      https://www.adrianosegatori.it/

  5. Faites comme moi. Ne regardez-pas les débats, et votez, une dernière fois, pour MLP. Mais je me demande si Macron ne sera pas tenté de passer la main à un tiers neutre de type Le Maire. Pas le maire de Trappes, ni Lemaire le professeur du même lieu, mais Bruno Le Maire, le ministre. Ce serait une solution à l’italienne, type Draghi, une façon de botter en touche.

  6. MLP ne dit pas la Vérité aux français. La vérité, c’est qu’ils doivent travailler (même les chômeurs), travailler plus et plus longtemps, qu’ils doivent en attendre moins de l’Etat en terme de subventions, aides, assistanats en tout genre, que les fonctionnaires doivent renoncer à leur statut et que se recroqueviller sur nos frontières en espérant une réindustrialisation prolifique est une chimère.

    La France a juste besoin de réformes libérales courageuses et l’Etatisme vaguement conservateur de MLP est sans issue.

    Observons 5 mn l’évolution du PIB de la France depuis 20 ans par rapport à celles des EU et de l’Allemagne. Vous comprenez notre déclassement mondial, notre endettement, et l’augmentation de la pauvreté.

    Les cadres français ne veulent pas renoncer à leurs RTT, les CGTistes à leurs 35h et leurs avantages sociaux.

    Notre éducation nationale est en perdition.

    Le bateau France prend l’eau de partout, ça saute aux yeux faute de réformes constructives.

  7. ” Emmanuel Macron lui tend à un autre piège ”

    Français de pissotière bis

    lui tend un autre

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services