Bannière Salon Beige

Partager cet article

Culture de mort : Avortement

Pour défendre la liberté de conscience des personnels de santé

L’Observatoire sociopolitique du diocèse de Fréjus-Toulon met en place un courriel (bioethique@diocese-frejus-toulon.com) pour les professionnels de santé qui vivent dans leur pratique des limitations ou des atteintes à la liberté de conscience. Explications de Pierre-Olivier Arduin :

"Les professionnels de santé chrétiens se trouvent quotidiennement
face au devoir de refuser d’accomplir ou de coopérer à des actes, qui
pour être légaux, n’en sont pas moins « en contradiction totale et
insurmontable avec le droit inviolable à la vie
» […] Dans son discours du 10 janvier 2011 adressé aux ambassadeurs du
monde entier, Benoît XVI avait surpris son auditoire, car après avoir
insisté sur les limitations intolérables à la liberté de religion dont
sont victimes les chrétiens d’Orient, parfois au prix de leur vie, il
avait également appelé à prendre conscience des menaces pesant sur la
liberté de religion et de conscience en Occident
 : « Déplaçant notre
regard de l’Orient à l’Occident, nous nous trouvons face à d’autres
types de menaces contre le plein exercice de la liberté religieuse. Je
pense, en premier lieu, à des pays dans lesquels on accorde une grande
importance au pluralisme et à la tolérance, mais où la religion subit
une croissante marginalisation (…). On en arrive à exiger que les
chrétiens agissent dans l’exercice de leur profession sans référence à
leurs convictions religieuses et morale, et même en contradiction avec
celles-ci
». Et le Pape de citer les professionnels de santé comme exemple inquiétant de limitation de la liberté de conscience.

[…] Ceux qui se sentent les plus
démunis sont les pharmaciens. Aucune clause de conscience n’existe pour
les protéger
, tant pour ceux qui exercent en officine que pour ceux qui
travaillent dans le secteur hospitalier, alors même qu’ils sont amenés à
délivrer couramment des produits qu’ils réprouvent sur le plan
éthique : contraceptifs sous toutes leurs formes, pilule du lendemain et
du surlendemain, stérilet, RU-486 dans le cadre des protocoles d’IVG
dites médicamenteuses,…

Les sages-femmes font état de plus en plus de « brimades » voire de
« discriminations », notamment pendant leurs quatre années d’études
.
Selon les établissements où elles exercent, les « pressions » ne sont
pas rares alors même qu’elles bénéficient de plein droit d’une clause de
conscience en matière d’avortement. Signe qui ne trompe pas, il leur
est désormais quasiment impossible de refuser de prescrire les
ordonnances « contraceptives » dans les suites de couches
(les molécules
utilisées étant essentiellement à base de progestatifs, l’effet
antinidatoire n’est pas négligeable…). […]

L’inquiétude est d’autant plus vive chez les soignants que le spectre
d’une dépénalisation de l’euthanasie
, fût-elle d’exception, se profile à
l’horizon. […]

Mgr Dominique Rey a souhaité que l’Observatoire sociopolitique du
diocèse de Fréjus-Toulon concrétise la sollicitude que doit avoir
l’Eglise envers les chrétiens confrontés à ces difficiles questions. Un
courriel est désormais à la disposition des personnes désireuses de
partager leurs expériences et difficultés. Chaque témoignage relaté fera
l’objet d’une lecture attentive et sera porté à la connaissance de Mgr
Rey et de l’équipe de l’Observatoire
. A partir de là et de la réflexion
déjà engagée, de la concertation avec d’autres déjà engagés sur ces
sujets, nous tenterons d’élaborer des actions concrètes pour protéger la
liberté de conscience de tous."

Partager cet article

2 commentaires

  1. “Pas de liberté pour les ennemis de la Liberté…”Avec ce slogan,on veut exterminer le christianisme.Il justifie toutes les provocations,les infiltrations les mensonges.Car pour la Révolution “la fin justifie les moyens”.C’est la Terreur.Psychologique, puis sociale,puis physique.Préparons nos réseaux pour la clandestinité.Ce sera pire qu’en 1793…Mais la Vérité triomphera…

  2. ENFIN un évêque pour nous soutenir.
    Un grand MERCI à Mgr Rey.
    Rajoutons que pour un anesthésiste qui intervient après la décision prise par le gynécologue c’est particulièrement difficile.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.