Bannière Salon Beige

Partager cet article

France : Politique en France

Affaire Poisson : Pourquoi le président du CRIF a-t-il vu rouge ?

Politique Magazine revient sur l'affaire Poisson et s'interroge sur les raisons de cette soudaine levée de boucliers. C'est sans doute plus ce que représente Jean-Frédéric Poisson dans le paysage politique français qui est ciblé qu'un prétendu propos antisémite :

"Figure montante de la mouvance UMP (renommée ‘Les Républicains’), passerelle potentielle entre la droite européiste et le Front national souverainiste, le député Jean-Frédéric Poisson était suivi avec attention. Dans un entretien au quotidien Nice-Matin dont le sujet a dévié sur la politique américaine et les affaires internationales, le candidat à la primaire des partis LR-UDI-PCD a jugé dangereux les rapports étroits qu’entretient la candidate Clinton avec « les super-financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes ».

Le Conseil représentatif des institutions juives de France a vu rouge et les gros médias ont relayé la polémique. Dénonçant dans un communiqué des « propos nauséabonds », le mouvement communautaire a invité à mots à peine couverts les partis LR et UDI à exclure Jean-Frédéric Poisson de la primaire. Dans la foulée, le patron du comité d’organisation de la primaire, Thierry Solère, a dénoncé les propos du député et assuré que l’affaire serait discutée lors d’une réunion le 26 octobre prochain.

La réaction virulente du Crif ne saurait étonner au regard du parcours de son président, Francis Kalifat *. Dans les années 90, celui-ci a en effet dirigé la Fédération des organisations sionistes de France, et il a fondé en 2002 les Amis du Likoud d’Israël, une association ayant pour objet de promouvoir une « solidarité indéfectible avec l’Etat d’Israël ».

Cette « solidarité indéfectible » s’exerce-t-elle également au sein de l’hyper-puissance américaine, comme le suggérait le député français ? La question se pose :

  • La stratégie internationale de JP Morgan Chase, une banque américaine souvent considérée comme le principal spéculateur sur le marché des matières premières, est aussi dirigée par un ancien gouverneur de la Banque centrale israélienne : Jacob Frenkel l’a présidée entre 1991 et l’an 2000.
  • Pourvoyeur officiel de millions de dollars à la candidate Hillary Clinton, fournisseur de plusieurs secrétaires au Trésor des Etats-Unis, Goldman Sachs a jadis financé l’empire des médias du britannique Robert Maxwell, dont l’appartenance aux services secrets israéliens est supposée. A noter qu’après la crise financière de 2008, le président de la banque, Lloyd Blankfein, a évoqué à plusieurs reprises « le travail de Dieu » pour expliquer la tournure des événements financiers.

Ces établissements bancaires sont les principaux créateurs de dollars, une monnaie qui est utilisée dans le monde entier. Leurs responsables peuvent faire – ou ne pas faire – la fortune des spéculateurs souhaitant lever de l’argent. En France, leur principal relais est assuré par la banque d’affaires Rothschild, financier historique de la réimplantation des communautés juives au Proche-Orient. Son vice-président assurait au début des années 80 que « l’Etat d’Israël, pour le juif, est devenu la réalisation de la parole divine ». Le patron actuel de la banque d’affaires dispose d’un accès direct à Wall Street et au président américain, révélait en 2012 la journaliste Martine Orange, à qui David de Rothschild avait accordé des entretiens."

C'est sans doute pour cela que Jean-Frédéric Poisson a demandé pardon pour la formulation sans pour autant renier ses propos

Partager cet article

16 commentaires

  1. Pour moi, le problème de JF Poisson c’est que, quand on lui parle de la politique internationale d’H Clinton, il ne voit que “les super-financiers de Wall Street et sa soumission aux lobbies sionistes”. Rien d’autre ne le préoccupe à commencer par l’hyper agressivité des Démocrates (et de certains républicains), à commencer par l’anti Poutine H Clinton contre la Russie. Voilà qui est autrement plus inquiétant.
    B Obama était lui soumis aux lobbies arabes et islamistes que fréquente également H Clinton et … la République française, ce qui ne l’inquiète pas.
    En quoi les lobbies pro israéliens gênent-ils les intérêts de la France, j’aimerais plus de détails. En attendant, Gaza contrôlée par le Hamas s’est vidée de ses chrétiens et autres minorités

  2. Il faut dire que Poisson avait déjà fait fort quand il fut télévisé avec les 6 autres.
    Il eut le culot de dire:”La communauté juive relève-t’elle de l’intégration ou de l’assimilation?”
    On lui ficha la paix car c’était la 1ère fois…

  3. Quelle honte que les médias et politiques ne soutiennent pas massivement Poisson.
    Vivement la Remigration et son pendant la Grande Aliya.

  4. Quand on est marxisant, on voit toujours rouge… Surtout les petits poissons qui se faufilent sous la bannière de ICTUS !

  5. Le problème c’est qu’il est interdit de critiquer “nos maîtres”, que certains de leurs esclaves ne connaissent même pas, il s’est donc excusé il aura droit à un peu de sursis, mais ne parviendra jamais au pouvoir.

  6. Le Poisson ne croit pas si bien dire.
    “L’Amérique débloque 38 milliards de dollars pour préserver la supériorité militaire d’Israël”
    à lire dans le Figaro ici : http://www.lefigaro.fr/international/2016/09/14/01003-20160914ARTFIG00345-l-amerique-debloque-38-milliards-de-dollars-pour-preserver-la-superiorite-militaire-d-israel.php
    extraits :
    Malgré sa mésentente notoire avec Barack Obama, le premier ministre israélien a préféré s’accommoder de ses conditions plutôt que prendre le risque d’avoir à négocier la nouvelle aide américaine avec son successeur. Le spectre d’une victoire de Donald Trump semble à cet égard avoir constitué un motif d’inquiétude. S’il affirme à tout bout de champ son attachement à Israël, le candidat républicain a annoncé son souhait de remettre en cause certains programmes d’assistance jugés insuffisamment rentables – sans toutefois donner la liste des pays susceptibles d’être visés par des coupes budgétaires.
    Benyamin Nétanyahou, en refusant ainsi de céder la proie pour l’ombre, rend d’une certaine façon service à Barack Obama. Avec la signature de cet accord, le président américain peut se prévaloir d’avoir validé le plus important programme d’aide à un pays étranger jamais consenti par les Etats-Unis. Désormais hors d’atteinte pour ceux de ses détracteurs qui lui reprochent d’avoir insuffisamment soutenu Israël, il a les mains libres pour, s’il le souhaite, exprimer son opposition à la politique de colonisation du gouvernement israélien.

  7. « solidarité indéfectible avec l’Etat d’Israël ». Tiens, tiens, ça me rappelle le propos d’un ancien ministre de l’intérieur puis premier ministre qui s’appuyait sur les origines de sa charmante épouse pour délivrer sa profession de foi en Israel.

  8. Permettez-moi de vous rappeler qu’il n’existe pas de ministre des finances n’étant passé chez G & S, du moins pour les pays de l’UE d’importance.
    C’est donc faire un mauvais procès à JFP qui n’a jamais tenus de propos anti-sémite, mais plutôt affirmé la toute-puissance des personnes d’appartenance sionistes, sur la finance internationale.
    Nos je le répète le fond du problème est qu’ils veulent qu’il fasse allégeance à la rue cadet ……. A suivre.

  9. La théorie du genre n’existe pas.
    La communauté qui n’existe pas n’existe pas.
    Le grand remplacement n’existe pas.
    Les clandestins n’existent pas.
    Etc…
    Ca en fait des choses qui n’existent pas mais qui nous pourrissent la vie tous les jours.

  10. Poisson est plutôt un souverainiste. Il se trouve donc en opposition avec tous les hommes politiques comme Valls qui jure fidélité éternelle à Israël, ou Attali qui voit comme capitale mondiale : Jérusalem et non pas Paris. Car pour lui, la France n’est qu’un hôtel qui doit servir ses clients (il ne dit pas lesquels ?)
    https://www.youtube.com/watch?v=bVFBNhrWGqo&feature=player_embedded
    Comme Poisson ne semble pas vouloir être un serviteur (ou esclave ?) d’autres personnes, il lutte contre le lobby qui y tient. Peut-on le lui reprocher ? Et que penser des autres hommes politiques qui par contre sont pour une France “servante” ?

  11. Réaction scène que d’approfondir le sujet qu’une fatwa politique du lobby des lobbies voudrait frapper de censure. Je doute que les médias du système aient ce courage.
    Cette injonction tonitruante de déni de la réalité présente bien sûr un risque pour le CRIF, celui que par cette tonitruance ils attirent l’attention sur ce qu’ils veulent cacher, notamment les connivences entre les lobbies sionistes, le complexe militaro-industriel américain, et leurs exécuteurs des basses-oeuvres au Proche Orient (Al-Nosra, Daesh). Mais c’est bien sûr un risque calculé, et le facteur principal est la soumission des médias du système.

  12. Il a vu rouge sans doute en regardant son aquarium de poissons rouges.
    Le Crif; ce machin ne respire pas l’intelligence mais le fanatisme de ceux qui se prennent pour des personnages importants, noyés dans leur bêtise incomparable.

  13. & ce n’est même pas le seul lobby…
    il faut bien que le lobby des armes,
    avec son mr
    dick cheney,
    ait une guerre pour vendre…
    en fait l’un des avantages de
    Trump est son programme
    qu’il s’invente seul
    (parfois pour le pire…)
    et non sous la dictée
    de lobbies qui financeraient
    son élection comme Clinton…

  14. J-F Poisson n’hésite pas à parler de sa foi, de sa conversion quitte à être raillé et à passer pour un illuminé. Il met son talent politique au service de Dieu. Alors, soit on se dit derrière son écran d’ordi ou devant sa télé: “Il est grillé d’avance” ou alors on se dit, si on a la foi, cet homme ne serait pas le premier, partant vaincu humainement, pour qui l’Esprit-Saint ouvrirait la voie, et on prie. Pensons aux premiers apôtres dont les prisons se sont ouvertes. Un bon test pour notre foi!

  15. Il ne faut jamais parler de la communauté qui n’existe puisqu’elle n’existe pas.
    Même si on la voit à l’œuvre tous les jours, en général dans le sordide et le nauséabond mais le lucratif.

  16. Etre président du CRIF et se nommer Kalifat, c’est de la provocation ou une révélation ? S’agirait-il d’un nom… prédestiné ?
    Mon Dieu, quel ignoble antisémite, ou nauséabond antisioniste, ou affreux populiste franchouillard je suis…

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services