Police politique de la pensée

Yves de Kerdrel dénonce dans Valeurs Actuelles la police politique mise en place par le gouvernement Hollande :

"Qu’on
en juge : au début du mois d’octobre dernier, à l’occasion de la
bataille interne pour la présidence de l’UMP, Jean-François Copé se
lance dans une allégorie pour rythmer l’un de ses meetings et évoque le
cas d’un jeune Français qui se serait fait « arracher son pain au chocolat par des voyous » au motif « qu’on ne mange pas pendant le ramadan
». Cette phrase fait de nombreuses vagues, y compris à droite. Il
n’empêche que dans l’esprit de chacun, il s’agit d’une anecdote, d’une
simple illustration, et en aucun cas d’une pseudo-“dénonciation”.

La
justice de madame Taubira a une autre opinion des propos tenus par
Jean-François Copé. Puisqu’en pleine trêve des confiseurs, une enquête
préliminaire a été ouverte par le parquet de Draguignan
après une
plainte du Conseil français du culte musulman. Et pour clouer davantage
au pilori Jean-François Copé – qui a dit tout haut ce que beaucoup
pensaient tout bas – , l’enquête a été confiée au service des atteintes
aux personnes de la préfecture de police de Paris
. Depuis, les
représentants de l’islam de France ont annoncé qu’ils allaient retirer
leur plainte contre le président de l’UMP.

Chaque jour, on
enregistre en France pas moins de 13 000 vols, quelque 2 000 agressions
et environ 200 viols. Plutôt que de s’interroger sur les plaies de ce
pays désormais livré aux sauvageons, voire à une nouvelle sorte de
barbares, la ministre de la Justice a délibérément fait travailler les
services de la préfecture de police de Paris sur une phrase de
Jean-François Copé pointant les dérives d’un racisme anti-Blanc que nul
ne peut – hélas ! – nier. Au-delà de la saisine judiciaire, cette
affaire montre que le pouvoir actuel, qui sent les faveurs de l’opinion
se dérober sous ses pieds, a décidé de renouer avec “la police de la
pensée”.

D[…] Et puisque ces comportements d’une autre
époque – celle du “père Combes” par exemple au début du siècle dernier –
semblent trouver une impunité complète, une nouvelle sorte de
“cathophobie” se déchaîne. […] Par exemple, comment une ministre de
la République, Michèle Delaunay, chargée des Personnes âgées, a-t-elle
pu tweeter le 28 décembre dernier la phrase suivante : « Aujourd’hui, les catholiques condamneraient la Sainte Famille : un mari qui n’était pas le père, une mère vierge… » ? À côté de tels propos blasphématoires et injurieux à l’égard des millions de catholiques français, l’affaire « du pain au chocolat » de
Jean-François Copé relève de la mièvrerie
. […]"

7 réflexions au sujet de « Police politique de la pensée »

  1. senex

    affaire du tweet sur la sainte Famille.Madame Delaunay n’a fait que propager les propos de michel Serres sur france inter 7/9 du 28 12 12 -108,40 et ce philosophe a tout de même eu tort d’émettre des opinions douteuses même sous couvert d’humour sur les “changements dans les religions.”Rendons donc à César….Mme Delaunay ferait bien de réfléchir avant de twitter…!

  2. trahoir

    Mais j’espère bien que ces clowns socialistes vont continuer à se ridiculiser avec des tweets et des rodomontades d’un autre âge qui les coupent de la population.
    Pour l’instant tous se passe comme prévu : Hollande se ridiculise et sa bande ministres se radicalisent sur leurs positions de fils à papa cathos paumés devenus socialos par peur et par psy(chanalyse).
    Il faut bien évidemment que cela continue jusqu’à la rupture.
    Ces socialos incarnent le mépris de la population que nous sommes, ils sont comme des révélateurs chimiques qui vont faire naître une nouvelle droite sans complexe.
    La gauche ce sont nos idiots utiles.

  3. Robert Marchenoir

    Absolument personne ne songe à se demander :
    – Si cette histoire de pain au chocolat est vraie ;
    – Si elle est condamnable.
    Copé a eu le tort de laisser planer le doute sur l’authenticité de l’incident (fait-il allusion à un événement précis, ou est-ce une fable destinée à illustrer une situation générale ?).
    Or, non seulement il y a d’innombrables incidents au cours desquels des personnes sont menacées parce qu’elles mangent pendant le ramadan, mais cela va déjà beaucoup plus loin : à Paris, un client qui buvait un café à la terrasse d’un café, près de l’Opéra, a été poignardé à la gorge pour ce motif. Un hélicoptère a atterri à proximité pour l’évacuer à l’hôpital, tellement c’était grave.
    Ne me demandez pas ce qu’il est devenu, je n’en sais rien, silence dans les médias.
    En Belgique, un clochard a été bastonné à coups de barre de fer parce qu’il buvait une bière dans la rue pendant le ramadan. Par un père et son fils. Petit massacre en famille entre musulmans.

  4. dissident

    la police de la pensee a commence sous Mitterrand, elle s est largement poursuivie sous Chirac et Sarkozy, je me souviens des discours monomaniaques de Chirac repetant sans cesse les mots d ordre des loges, des propos siderants de Dati et Juppe qui semblaient dire que si on etait oppose a l islam on avait tout simplemùent pas notre place dans ce pays

Laisser un commentaire