Plaidoyer contre les mères porteuses

Alors que Nadine Morano milite activement pour la légalisation de la chosification de l'être humain, un 82 personnalités de tout bord et de toute profession (liste pdf) lancent un manifeste contre cette déviance :

"Prendre en compte la souffrance des couples infertiles ne peut justifier de transgresser des principes qui fondent notre vie collective et notamment le devoir de protection des plus vulnérables. La gestation pour autrui ouvre la voie à des pratiques hautement contestables : l'exploitation des femmes, la promotion du «tout génétique», la programmation d'enfants conçus pour être abandonnés par la femme qui les a portés. […]

L'enfant tant désiré est le grand oublié : qu'est-ce qu'être un fœtus porté par une femme instrumentalisée ? Nous connaissons l'importance des échanges entre la mère et le fœtus sur son développement physique, psychique et affectif. Nous connaissons les effets délétères des séparations précoces sur la vie entière. Les médecins doivent-ils se prêter à la conception d'enfants programmés pour être donnés par la femme qui les porte ?

Une loi peut limiter les dérives mercantiles des intermédiaires voire le tourisme procréatif. Il n'empêche qu'aussi restrictive soit-elle, elle légitimerait, avec la participation du médecin et du juge, des pratiques que nous condamnons parce qu'elles remettent en cause la protection qu'on doit aux plus vulnérables."

Michel Janva

6 réflexions au sujet de « Plaidoyer contre les mères porteuses »

  1. sawyer

    Je m’étonne que le Pr Debré ait signé cette pétition, lui qui s’est publiquement déclaré pour dans la recherche sur les cellules souches embryonnaires.
    Rien à voir me direz-vous avec les mères porteuses.
    Est-ce par logique? morale? ou par limite à ne pas franchir?

  2. Pitch

    On peut lire dans le manifeste en question :
    “Cette définition de l’individu par ses seuls gènes, évoquant le « pedigree » dont on sait les usages abusifs qui peuvent en découler va à l’encontre des valeurs de mixité et d’ouverture à l’autre.”
    Encore les HLPSDNH… Personnellement, ça ne me donnerait pas envie de signer.

  3. Marie laure

    Que peut il se passer en 9mois ?…..Beaucoup de choses .Que deviendra cet enfant en cas de mort accidentel des parents ,ou tout autre circonstance .Pauvre enfant que l’on prend pour des objets de plaisir .

  4. Hélène

    Effectivement un paragraphe (in extenso ci-dessous) sonne très bizarrement dans ce manifeste et met mal à l’aise sur la conception de “parentalité” des signataires.
    Réjouissons-nous donc de ces voix qui s’élèvent contre une dérive dangereuse, mais restons attentifs à l’idéologie qui les motive…
    “Le couple demandeur verrait se réaliser son souhait d’élever un enfant « de ses gènes ». Démarche bien différente de l’adoption qui valorise la parentalité d’intention, du don de sperme, d’ovule ou d’embryon, anonyme et gratuit, qui relativise l’apport du génétique. Il ne peut être comparé au don d’organe sauf à considérer l’enfant comme un «organe». Cette définition de l’individu par ses seuls gènes, évoquant le « pedigree » dont on sait les usages abusifs qui peuvent en découler va à l’encontre des valeurs de mixité et d’ouverture à l’autre.”

  5. Sancenay

    Je rejoins la prudence des commentateurs précédents: on ne peut pas être “contre” lorsqu’il s’agit de priver les embryons de leur environnement maternel et pour lorsqu’il s’agit d’en faire un matériau d’expérimentation et de trafic.
    Un minimum de cohérence s’impose en terme d’humanité faute de quoi on retombe dans les étripages habituels entre montagnards et jacobins et dont l’issue demeure invariablement funeste pour l’humanité.

Laisser un commentaire