Bannière Salon Beige

Partager cet article

Non classé

Pierre Vidal-Naquet est décédé

Pvn L’historien Pierre Vidal-Naquet est mort à l’âge de 76 ans. Cet intellectuel très engagé à l’extrême gauche avait dénoncé la torture pendant la guerre d’Algérie occultant souvent les crimes commis par le FLN. Né le 23 juillet 1930 à Paris, Pierre Vidal-Naquet a 14 ans quand ses parents sont arrêtés à Marseille en mai 1944, et disparaissent en déportation. Il entame des études d’histoire, devient agrégé, spécialiste de la Grèce antique. En 1958, il signe le Manifeste des 121, appel à la désobéissance contre la guerre d’Algérie, et publie son premier livre, "L’Affaire Audin".

Fin 2005 encore, il signait avec d’autres historiens de renom la pétition "Liberté pour l’histoire" demandant l’abrogation des lois limitant la recherche et l’enseignement de l’histoire (loi Gayssot sur le négationisme, loi sur le génocide arménien, loi Taubira sur l’esclavage et article sur les aspects positifs de la colonisation, abrogé en février dernier).

Michel Janva

Partager cet article

7 commentaires

  1. Personnage particulier, très contestable, même si je suis d’accord avec lui en ce qui concerne la pétition « liberté pour l’histoire ».
    CV

  2. Personnage contestable peut-être, mais intelligence lumineuse, et remarquable historien.

  3. Oui, Pierre Vidal-Naquet était un personnage contestable, mais qui ne l’est pas ? Tout dépend d’où vient la contestation.
    C’était vraiment un homme intelligent, d’une rare érudition, jamais ennuyeuse.
    Etant proche de lui par l’âge, je me suis presque toujours trouvé opposé à ses prises de position, notamment sur le sujet de l’Algérie, mais il était un adversaire respectable. Il avait sa logique propre, un idéalisme dévastateur qui ne lui a pas souvent permis d’éviter les manipulations.
    Il était de la race de ceux qu’on ne fait pas taire, des Bernard Lazare et des Péguy. Cette race est en voie d’extinction.
    R.I.P.

  4. Dans les différentes facettes de Pierre Vidal-Naquet il y avait aussi celle du défenseur de Georges Boudarel dont wikipedia écrit : « De juin 1952 à février 1954, Georges Boudarel était le commissaire politique du Viêt-minh, et à ce titre était chargé de la rééducation idéologique des militaires français prisonniers dans des camps de brousse. Le 7 février 1953, Georges Boudarel avait été envoyé par le Vietminh au camp 113, situé au Nord Tonkin dans la région de Ha-Giang, où il était chargé de l’instruction politique de prisonniers français. Avec cruauté selon les témoins, il appliqua sur ses compatriotes la méthode d’avilissement par la faim, la déchéance physique, l’endoctrinement politique et la délation entre détenus. Durant l’année de son intervention au camp 113, sur 320 prisonniers français, 278 périrent. »

  5. Sans aller jusqu’à partager le sentiment de Ulf, il est vrai que Vidal-Naquet restera le symbole d’une « Histoire » politiquement correcte jusqu’à la nausée, inféodée aux lobbys de tous poils…
    Certainement pas un « remarquable historien », mais plutôt le complice objectif de belles ordures, comme Boudarel par exemple…

  6. L’action de vidal naquet a été extrémement nuisible pour ce pays; on ne peut que déplorer qu’il ait exercé une influence aussi pernicieuse et malhonnête sur la pensée historique contemporaine.

  7. En fait, M. Vidal-Naquet s’était prononcé à l’origine contre la loi Gayssot, pour les raisons qui l’ont fait signer « Liberté pour l’Histoire » en 2005.

Publier une réponse