Bannière Salon Beige

Partager cet article

Bioéthique

Jean-Marie Le Méné : «L’entêtement à vouloir “faire de l’embryon” est suspect»

Pierre-Olivier Arduin, qui était présent à Marseille le 9 juin au premier "forum citoyen" des états généraux de la bioéthique s'étonne de certaines lacunes constatées dans la formation du "jury citoyen" :

Poa 2 "Consacrée dans sa première partie à la recherche sur l’embryon, les échanges entre le panel de citoyens représentatif de la population de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur et le comité d’experts n’ont pas toujours été à la hauteur des enjeux. Comment expliquer par exemple que le jury citoyen ignorât jusqu’à l’existence de la découverte des cellules iPS après avoir pourtant bénéficié de deux week-ends de formation ? Comment comprendre que ce qui est considéré dans la communauté scientifique internationale comme l’une des plus grandes révolutions de la biologie cellulaire de ces dernières années n’ait été abordé qu’en passant à la fin de la matinée ?"

C'est pourquoi Pierre-Olivier Arduin a demandé à Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Jérôme Lejeune,  de revenir pour les lecteurs de Liberté Politique sur tous ces sujets primordiaux. Extraits de ce long entretien (intégralité ici) :

Le méné "En somme, la raison invoquée pour instaurer un régime d’autorisation pérenne [de recherche sur les embryons] est paradoxalement la même que celle invoquée en 2004 pour instaurer un régime expérimental de cinq ans. En 2004, la recherche sur l’embryon n’avait encore rien trouvé, en 2009, elle n’a toujours rien trouvé ! C’est donc l’absence de résultats obtenus par les recherches sur l’embryon qui va justifier qu’on favorise une recherche qui ne trouve pas, alors qu’il existe une recherche qui trouve. Car ce qui s’est passé d’important depuis la loi de 2004, ce ne sont pas les progrès enregistrés par la recherche sur l’embryon, il n’y en a eu aucun, mais c’est la découverte de la reprogrammation cellulaire (iPS) du Pr. Yamanaka, en 2007. Ces cellules reprogrammées à partir de cellules somatiques adultes sont pluripotentes et donc équivalentes aux cellules embryonnaires. Elles présentent les mêmes caractéristiques, leurs réactions in vivo et in vitro sont identiques à celles des cellules embryonnaires. Comment imaginer pouvoir s’en passer ? (…)

Jamais la recherche sur l’embryon n’a été moins nécessaire qu’aujourd’hui et c’est le moment que choisit le Conseil d’État pour lui donner un statut d’autorisation pérenne. En 2004, on pouvait comprendre, même si l’on ne souscrivait pas à cette solution, la mise en place d’un système expérimental, limité dans le temps, et voué à devenir caduc dès qu’une alternative à la recherche sur l’embryon se présenterait. En 2009, nous nous trouvons exactement dans la situation imaginée par la loi de 2004 : il existe depuis 2007 une méthode alternative d’efficacité comparable. La conclusion s’impose d’elle-même : il faut arrêter la recherche sur l’embryon (…)

(…) serait-ce donc à l’industrie pharmaceutique que le Conseil d’État pense réserver le bénéfice de la recherche sur l’embryon ? Une telle philanthropie à l’égard du capitalisme est touchante mais l’on ne manquera pas de s’inquiéter que des fonds publics puissent venir en aide au secteur privé pour lui fournir, à bon prix, des embryons humains en guise de souris de laboratoire et en franchise de préoccupation bio-éthique ?

Ce que j’ai dit aux députés — et je crois qu’ils y ont été très attentifs — c’est que la loi Veil ne doit pas être sur-interprétée : elle ne donne strictement aucun droit aux chercheurs sur l’embryon humain et ne le transforme absolument pas en matériau de laboratoire, disponible pour les paillasses des scientifiques ! (…)

C’est pourquoi, conformément aux intentions de la loi de 2004, j’ai proposé de maintenir l’interdit de la recherche sur l’embryon et de ne pas reconduire le moratoire de cinq ans. Les dérogations sont en effet inutiles puisque modélisation et criblage moléculaires sont désormais possibles sur les iPS. Les seuls arguments pour prolonger le moratoire seraient idéologique et économique et n’ont donc pas à prévaloir sur un plan éthique. J’ai demandé aussi que soit respecté l'article L. 2151-2 de la loi de 2004 qui dispose que la conception in vitro d'embryons à des fins de recherches est interdite (…)

Partager cet article

7 commentaires

  1. J’ai vu la vidéo de JM Le Méné devant une commission parlementaire. Ses arguments sont parfaitements réfléchis et présentés mais il faudrait aller droit au but : la MAUVAISE FOI de ceux qui ont conçu cette loi avec “exception” renouvelable pour calmer les catholiques quelques années – exception destinée a être la règle à la première occasion. Ce n’est que trop évident.

  2. Très intéressant entretien, le professeur Le Méné est bien le digne héritier du professeur Lejeune.
    Merci de nous avoir transmis ces informations.

  3. Il faut bien comprendre ce point : peu importe que telle ou telle recherche donne des résultats ou pas.
    Ce qui compte, c’est de manipuler les esprits des gens pour leur faire accepter d’aller toujours plus loin dans l’horreur : avortement, état nazi, pardon, euthanasie, etc.

  4. Comment est choisi ce jury citoyen ? En Provence il y a des gens qui sont au courant des problèmes de bio-éthique sans avoir besoin de 2 WE de formation.

  5. Ce n’est qu’une question d’idéologie qui bloque actuellement.Ce désir nauséabond de s’affranchir de toute morale est la ligne directrice de ces esprits mediocres!

  6. à jeffmoveone,
    une idéologie qui doit tout de même représenter quelque officines à considération sensiblement plus financières que philanthropiques.
    En quelque sorte une secte de cannibals spéculateurs…

  7. J’aimerais suggérer à chaque lecteur du salon beige un “Je vous salue Marie” quotidien pour que seules des lois ethiques respectant la volonté de Dieu soient votées.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services
[name="url"]
[name="url"]