Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : identité chrétienne / Europe : politique

Philippe de Villiers chez Ardisson : « La construction européenne de Schuman et Monnet est ontologiquement conspirationniste »

Philippe de Villiers chez Ardisson : « La construction européenne de Schuman et Monnet est ontologiquement conspirationniste »

Ce 9 mars, Philippe de Villiers était reçu dans les Terriens du samedi par Thierry Ardisson, à l’occasion de la sortie de son dernier livre « J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu ». Cette phrase lui avait été glissée par Maurice Couve de Murville (ancien ministre du Général de Gaulle) au moment où de Villiers lui parlait des « Pères fondateurs » de l’Europe :

« Philippe, si vous voulez savoir, il vous suffira de tirer sur le fil du mensonge et tout viendra ».

Philippe de Villiers décrit dans son livre « les mensonges qui ont présidé à la construction européenne et il explique que l’Europe est une commande américaine ».

Sont passés en revue quelques aspects biographiques de trois de ces « Pères fondateurs » (une expression typiquement américaine…) de la construction européenne, généralement occultés dans les biographies officielles :

  • Robert Schuman est sous-secrétaire d’Etat du premier gouvernement Pétain. Démissionnaire et redevenu député,  il vote le 10 juillet les pleins pouvoirs au Maréchal. Frappé d’indignité nationale à la Libération, sanction levée par le Général de Gaulle, R.Schuman deviendra le premier parlementaire ayant voté les pleins pouvoirs au maréchal Pétain à devenir ministre après la Libération.
  • Jean Monnet est parfaitement introduit dans les milieux d’affaires anglo-saxons (il participe déjà à la coordination des ressources alliées pendant la 1èreguerre mondiale, en Angleterre et aux USA ; il est conseiller de Roosevelt pendant la 2èmeguerre mondiale). Il est proche du Groupe Bilderberg ; ce groupe, dont beaucoup plus tard F. Fillon (alors premier ministre et qui avait reçu ses représentants à Matignon) disait à Philippe de Villiers : « nous n’avons pas le choix, ce sont ces gens-là qui nous gouvernent », puis en 2017 : « Le Bilderberg a préféré Macron qui correspond beaucoup mieux au profil mondialiste». Et Jean Monnet, comme le démontrent beaucoup de documents du livre, est largement financé par les Américains. Pourtant, dans ses Mémoires, Jean Monnet nie tout financement par le gouvernement américain « parce que les Américains demandent des contreparties de la part de ces agents d’influence au service des intérêts américains ».  Au total, à travers le choix de Monnet, de Villiers explique : « l’Europe est programmée pour être impuissance ; ces gens-là suivaient les intérêts américains ».
  • Dernier cité dans ce trio initial,Walter Hallstein, juriste allemand et nazi actif, « dénazifié » aux USA. Il est recommandé à K. Adenauer (chancelier allemand de 1949 à 1963) par les Américains et devient, de 1958 à 1967, le premier président de la Commission européenne.

Remarque finale de T. Ardisson à Philippe de Villiers : « On va vous traiter de complotiste ». Réponse de P.de Villiers :

« Le complotisme, c’est la rumeur, c’est le fantasme. Moi, je publie des pièces. Mon livre, c’est 111 pages de fac-similés commentés, c’est le contraire du complotisme. Je vais aller plus loin : toute l’histoire de la construction européenne est une histoire complotiste. La construction européenne de Monnet et de Schuman est intrinsèquement, ontologiquement conspirationniste ».

On attend avec intérêt les réponses et arguments contradictoires. Peut-être le prochain grand débat… ?

Partager cet article

5 commentaires

  1. ben mon colon, ça va leur faire tout drôle les européistes de s’en prendre plein les gencives et macron le toxique en premier

  2. Injecter des adverbes savants dans une fable historique n’en fait pas une vérité. C’est très joli, “ontologiquement”, mais ça veut juste dire : je suis un faux historien et je vous enfume.

    Si je comprends bien, donc, De Gaulle était, soit un pro-américain frénétique, soit une lavette de type macronien qui s’est fait complètement berner par Schuman et Monet ? Dois-je rappeler que le Général préparait déjà l’union européenne avant même la fin de la guerre, montrant, là comme ailleurs, l’exceptionnelle clairvoyance qui fut la sienne ?

    Je remarque aussi que les mêmes qui grimpent aux rideaux (fort justement) lorsque c’est la gauche qui les accuse de pétainisme et de complaisances nazies à tout bout de champ, et hors de propos, s’emploient à utiliser ces étiquettes infamantes contre leurs adversaires avec la même absence de pertinence. Et la même mauvaise foi.

    Relevons aussi l’accusation ridicule portée contre Jean Monnet, d’avoir été “parfaitement introduit dans les milieux d’affaires anglo-saxons”. Premièrement, tout le monde le sait. L’immense historien Philippe de Villiers n’a rien découvert là. Monnet vendait du cognac aux Américains, il a vécu aux Etats-Unis.

    Et ? Donc ? C’est mal ? Il ne faut pas ? Le commerce, c’est mal ? Vendre des trucs aux Américains, c’est mal ? Nous avons là l’une de ces belles pétitions de principe qui signent l’idéologue, et non l’historien : les Etats-Unis sont le diable, donc si Monnet a fait des affaires avec les Américains, c’est bien que c’est un salaud. Comme historien, on repassera.

    • Faut-il être historien pour être autorisé à apporter la contradiction, qu’est ce qu’un historien, faut-il une licence, un doctorat ?
      Avec des arguments pareils, sommes nous condamnés à en rester au niveau bac pro et gober tous les poncifs des programmes du ministère de l’éducation nationale ?
      Un peu de fond cher monsieur, faites nous part de vos talents, nous nous languissons…

  3. Comme c’est le carême voilà le retour de Marchenoir ! Une pénitence offerte par M. Janva pour la sanctification de tous.

  4. “l’exceptionnelle clairvoyance qui fut la sienne” écrit Robert Marchenoir ! De quelle “clairvoyance” s’agit-il ? de Gaulle était-il si clairvoyant, lui qui a pactisé avec les communistes au moment du GPRF ? Lui qui a pactisé avec le FLN dans le dos de l’armée durant la guerre d’Algérie ? Lui qui va laisser faire les communistes en Indochine ?
    Et faut-il être historien pour s’intéresser à l’Histoire ? Bon nombre d’historiens clientelisés dans les universités font davantage un travail d’idéologue que d’historien car ils tordent le coup aux archives qui pourraient prouver le contraire de ce qu’ils pensent !

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Paramètres de confidentialité sauvegardés !
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Le Salon Beige a choisi de n'afficher uniquement de la publicité à des sites partenaires !

Refuser tous les services
Accepter tous les services