Bannière Salon Beige

Partager cet article

Europe : politique / France : Politique en France / Liberté d'expression / Non classé

Philippe de Villiers : “Ce livre ferme un cycle d’enseignement idéologique”

Philippe de Villiers : “Ce livre ferme un cycle d’enseignement idéologique”

Son livre sur les origines de l’Union européenne ayant été vivement critiqué dans une tribune au « Monde » rédigée par un collectif d’universitaires européens, le monde publie la réponse de Philippe de Villiers :

Un collectif d’universitaires a publié dans Le Monde du 27 mars une tribune en riposte à mon dernier livre « J’ai tiré sur le fil du mensonge et tout est venu ». Il le qualifie de complotiste, tout en expliquant que les pièces inédites que je publie seraient bien connues, et m’attaque pour des propos que je n’ai pas tenus. Ce faisant, il reprend la ligne de la note officielle que vient de diffuser la Commission européenne contre de mon livre. Où est donc passé le professeur libre d’esprit et de plume ? Où se cache-t-il, parmi les titulaires des 500 chaires Jean Monnet, 1500 séminaires et autres modules subventionnés, celui dont les travaux ne reflètent pas la position de Bruxelles ? Sans soutien institutionnel, une idéologie ne tient pas. J’affirme, moi, que les crises multiples, la montée d’un climat insurrectionnel et la désunion européenne d’aujourd’hui sont le résultat d’un déni historique.

On m’invente d’abord des propos. Je n’ai ainsi jamais écrit que la construction européenne serait d’inspiration nazie. Je dis que le choix de faire l’Europe par l’intégration plutôt que par la coopération était celui exigé par le Département d’État américain. Il fut porté avec conviction par trois personnalités – Monnet, Schuman et Hallstein – qui avaient pour points communs de haïr de Gaulle, vouloir une Europe postnationale et atlantiste, et de s’être diversement compromis avant 1945. De même, je n’ai jamais dit que Hallstein avait eu sa carte au parti nazi. J’affirme en revanche qu’il a bien volontairement et précocement adhéré à la Ligue nazie des enseignants et à la Fédération des juristes nazis. Il a collaboré avec le ministre Hans Frank à la nazification juridique, au rapprochement avec le droit fasciste et aux bases d’un Reich européen. Enfin et contrairement à la plupart de ses collègues, il fût choisi comme Officier instructeur en national-socialisme, sorte de commissaire politique dans la Wehrmacht. Où sont-ils, les indignés ? Pourquoi a-t-il été sélectionné pour être « rééduqué » à Fort-Getty en 1945, nommé Recteur à Francfort en 1946, négocier les traités puis présider la Commission ?

Les cosignataires expliquent ensuite que mon livre n’apporte, à leurs yeux, rien de nouveau. Pour ma part, j’ignorais que certains articles des traités de Paris et de Rome avaient été rédigés à l’ambassade des États-Unis à Paris. J’ignorais que le choix des présidents de la CECA, d’Euratom et de la CEE était validé à Washington. J’ignorais que c’est une agence américaine qui servit de modèle à la Haute Autorité devenue la Commission, ou que la méthode Monnet des « petits pas » avait été inventée par l’école fonctionnaliste américaine. J’ignorais qu’un autre récit des origines de l’intégration européenne se nichait dans une vingtaine de boites d’archives conservées en Californie, dans le Missouri et en Suisse. J’ignorais que la « Fondation Ford » faisait autre chose que de la philanthropie et qu’il existât un American Committee for United Europe ouvertement dirigé par les patrons de la CIA, finançant diverses opérations en Europe jusqu’en 1960. J’ignorais que les Mémoires de Monnet n’étaient pas de Monnet et résultaient d’une commande d’outre-Atlantique. J’ignorais que Monsieur Schuman, contrairement à de très nombreux Lorrains dont ceux de ma propre famille, s’était toujours trompé de camp, en 1914 comme en 1940. J’ignorais que Jean Monnet avait été d’abord un banquier d’affaires sauvé de plusieurs faillites par ses amis de Wall Street ou qu’il s’était marié à Moscou au moment des purges staliniennes. J’ignorais qu’il avait tenté d’empêcher l’appel du 18 juin à la BBC et recommandé, dans une note au conseiller de Roosevelt en 1943, de « détruire de Gaulle ». J’ignorais que deux de ses collaborateurs avaient trouvé la panoplie sémantique de la supranationalité à Uriage, sous Vichy. J’ignorais décidément tout ce qu’une historiographie officielle avait oublié de nous dire.

Enfin, on me dit que le contexte de la guerre froide justifierait tout. Non, la lutte anti-communiste n’impliquait nullement de se soumettre à une puissance étrangère quelle qu’elle fût. De Gaulle était anti-communiste et œuvra toute sa vie pour une Europe européenne, et non pas américaine, selon la devise « amis, alliés et non-alignés ». Pourquoi Monnet et Schuman recevaient-ils, eux, des versements américains tenus secrets si la cause était noble ? Pourquoi y a-t-il eu des contreparties, des rapports d’activité ? Il s’agissait d’effacer toute trace de souveraineté en Europe, pour en faire un pur marché ouvert à la surproduction américaine, non plus gouverné mais administré par une Commission supranationale. Les tentatives d’Europe européenne furent torpillées, du Plan Fouchet en 1962 à la confédération européenne de Mitterrand en 1991. Objectif atteint : l’Europe est un nain politique, économique et stratégique, une simple escale vers Globalia.

Personne jusqu’ici ne m’a contredit sur le fond. Ce n’est pas le rêve européen qui aurait mal tourné, mais un vice constitutif qui déploie ses effets. Oui, entre la nation et l’empire, le choix de la nation eût été plus sage. Entre l’équilibre et l’hégémonie, il faut préférer l’équilibre. Ce n’était pas le cas de ces pères-fondateurs qui façonnèrent l’Europe selon leur conception saint-simonienne, mercantiliste et globaliste. Le mythe d’une « Europe européenne » soi-disant bâtie contre le retour du Mal, que l’on a vendu à chaque génération depuis soixante ans pour saborder les frontières et les souverainetés relève, lui, du conspirationnisme. Je comprends que beaucoup voient l’idéal et la certitude de toute une vie universitaire ou militante s’effriter devant les faits et documents que je publie. Ce livre ferme un cycle d’enseignement idéologique. Il est la réponse aux gardiens d’un Temple qui se fissure de toutes parts. A ce Moloch sans corps, sans âme, sans racines et sans postérité, j’oppose l’urgence de l’Europe véritable, celle des nations et de la civilisation européennes. L’Europe véritable exige la vérité.

Nous vivons un changement civilisationnel dont le moteur est culturel. La famille dite traditionnelle - qui est simplement la famille naturelle - diminue massivement en nombre et en influence sociale. Le politique est de plus en plus centré sur la promotion de l’individualisme a-culturel, a-religieux et a-national. L’économique accroît des inégalités devenues stratosphériques et accélère et amplifie le cycle des crises. L'Église est pourfendue; clercs et laïcs sont atterrés.

Une culture nouvelle jaillira inévitablement de ces craquements historiques.
Avec le Salon Beige voulez-vous participer à cette émergence ?

Le Salon Beige se bat chaque jour pour la dignité de l’homme et pour une culture de Vie.

S'il vous plaît, faites un don aujourd'hui. Merci

On ne lâche rien, jamais !

Guillaume de Thieulloy
Directeur du Salon Beige

Partager cet article

13 commentaires

  1. Réponse aussi brillante qu’implacable. Je cours acheter le livre.

  2. Bravo Mr de Villiers. On comprend que des universitaires européens qui enseignent des mensonges puissent voir leur château s’écrouler devant la vérité, à eux d’en tirer les conséquences. Et de nous faire avaler des boas ce n’est pas du conspirationnisme? La vérité pâtit mais ne disparaît pas micron ferait bien de s’en souvenir et tous les hurluberlus qui le suivent comme des moutons

  3. Bien envoyé Philippe de Villiers ! En tant qu’enseignant d’Université, je peux attester du poids du conformisme intellectuel dans cette institution.

  4. Je viens juste d’acheter le livre. Je ne l’ai pas encore commencé mais je sens que je vais me régaler.

  5. Blam ! Bravo P2V !
    Que la Vérité fait du bien à lire et donne du sens à notre décrépitude.

  6. Quand une vie de certitude et de mensonges officiel s écroulent, il faut s attendre à ce que les chiens de garde du système montrent les crocs.

  7. Excellente réponse Monsieur de Villiers ! Il faut les traîner dans leur fange pour qu’ils comprennent que nous ne sommes pas dupes. Le pillage des ressources de la France au nom de l’Union européenne depuis des années s’apparente à un crime contre l’humanité. Je pense que Philippe de Villiers mérite largement d’entrer à l’Académie Française. La vérité nous rendra libres.

  8. Hé bien , nous sommes au moins deux ! Et pas les seuls !
    Mr de Villliers ? C est ce qu on peut appeller un homme libre car il touche à la vérité, au factuel . Il est le pendant politique de ce que doit être le croyant chrétien , toujours à la recherche de la vérité, qui lui aussi peut être qualifié de libre devant l esclavage du mondialisme.

  9. Je viens d’acheter son livre, il va s’en prendre plein la tête avec ses révélations. Il était temps qu’on dise la vérité aux Européens.

  10. Qu’il est regrettable que Ph. de Villiers ait renoncé à toute carrière politique. Si d’un côté je comprends qu’il n’ait pas envie de plonger dans ce marigot de crocodiles, d’un autre je regrette que des hommes de cette trempe ne se mettent pas au service de la France pour une restauration de son rayonnement. Si elle peut encore enfanter des personnes de qualité telles que Villiers, c’est qu’elle n’est pas encore tout à fait morte.

    • rappelez moi les catastrophes d’un Villiers en politique ??? le bilan, et je l’ai observé !! est plus que médiocre !!! On peut être bon écrivain, bon penseur, bon entrepreneur et être .. piètre politique… avec, dans le lot, toutes les conséquences catastrophiques pour le pays !!

  11. Je lirai ce livre avec grand intérêt !

  12. @Prout. Son bilan politique ? Vous oubliez qu’il n’a été aux affaires que quelques mois et encore comme modeste secrétaire d’État au ministère de la Culture. Pour juger d’un bilan, ça me paraît un peu court.
    Si vous voulez parler de son bilan comme président du Conseil général de la Vendée, alors là je pense que vous errez, il suffit de voir le dynamisme économique et le rayonnement de ce département. Je ne parle même pas de la réussite mondiale du Puy du Fou.
    Si tous nos hommes politiques avaient pu faire leurs preuves comme lui, la France serait indiscutablement mieux lotie.

Publier une réponse

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience en ligne. En acceptant, vous acceptez l'utilisation de cookies conformément à notre politique de confidentialité des cookies.

Privacy Settings saved!
Paramètres de confidentialité

Lorsque vous visitez un site Web, il peut stocker ou récupérer des informations sur votre navigateur, principalement sous la forme de cookies. Contrôlez vos services de cookies personnels ici.


Cookies nécessaire au bon fonctionnement du site.
  • wordpress_logged_in
  • wordpress_sec
  • wordpress_test

Refuser tous les services
Accepter tous les services